L'épopée de Gilgamesh : du mythe à la bande dessinée

15 mars 2010

Écrit par

L’épopée de Gilgamesh est à l'origine un récit légendaire de l’ancienne Mésopotamie. Elle se décompose en 11 tablettes gravées au XVIIIème siècle avant Jésus-Christ, et partiellement retrouvées. Elle fait donc partie des œuvres les plus anciennes de l'Humanité et retrace, comme le titre l'indique, les exploits de Gilgamesh. A la mort de son père Ludalbanga, roi d'Uruk, Gilgamesh est trop jeune pour monter sur le trône et est contraint à l'exil. Il est recueilli comme un fils par Agga, roi de la cité voisine de Kish. Arrivé à l’âge adulte et après des batailles qui lui ont permis de prouver ses excellentes qualités de combattant sous la bannière de Kish, Gilgamesh va regagner la cité d’Uruk pour réclamer ses droits et pour y régner enfin !

Le premier tome de cette adaptation BD, Le Trône d'Uruk, est cosigné par Julien Bondel au scénario et Alain Brion pour les dessins. Et au niveau graphique, il faut bien reconnaître que c'est très impressionnant : les différentes planches relèvent du grand art. Certes, vous pouvez déplorer un léger abus des teintes orangées de-ci de-là, ou une légère difficulté à distinguer les visages dans une ou deux séquences, mais c'est bel et bien l'admiration qui prédomine devant un travail aussi somptueux. Le souci du détail, que ce soit au niveau des personnages comme au niveau des décors, rend les situations très crédibles. Chaque page est une véritable fresque qui dépeint avec fidélité ce qu'Alain Brion a voulu faire ressentir, de la violence qui se dégage des décapitations à la sensualité des prestations féminines.

Le scénario est en-deçà des dessins même s'il plonge efficacement dans le mythe d'une période assez méconnue de notre civilisation, et peu exploitée jusqu'alors. Son seul vrai problème est de devoir condenser en une cinquantaine de pages une histoire très riche qui en aurait nécessité une vingtaine de plus pour détailler davantage les moments-clés. La rencontre avec Enkidu est par exemple traitée de manière trop sommaire. De plus, il est préférable à mon sens de commencer par lire la biographie succincte des personnages principaux qui se trouve à la fin de l'album. En effet, ces dernières pages permettent d'associer avec précision les noms - beaucoup ont une prononciation inhabituelle pour nous européens - aux rôles joués dans cette épopée. Sinon, vous risquez d'être un peu perdu avec tous ces personnages, d'autant plus que certaines transitions entre les étapes de l'histoire sont un peu rapides.

Le Trône d'Uruk, le premier tome de la future trilogie de L'épopée de Gilgamesh éditée chez Soleil, est d’ores et déjà disponible au tarif conseillé de 13,95 €, sur internet et dans tous les magasins spécialisés.