Les enquêtes de Nancy Drew : pas que pour les fillettes

16 janv. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

On ne retrouve pas la poésie d'un Syberia, ni la difficulté accrue d'un Myst, mais bel et bien un titre qui crée une sous catégorie dans le monde des jeux d'aventure. A l'opposé de son scénario bien ficelé et de ses énigmes riches, la réalisation est bien terne. Les voix françaises sont correctes, par contre les personnages agiteront la bouche sans cesse, et sans se soucier des phrases prononcées. Le système de déplacement, même s'il était évident il y a 10 ans, rebutera le novice, obligé de cliquer à chaque pas, puis de prendre les directions imposées. En bref, si l'on se soucie de la forme, il est alors inutile de passer du temps sur ce titre. Par contre, ceux qui privilégieront le fond iront faire un tour dans la lande anglaise, histoire de se balader du côté de Blackmoor.

Les aventures de Nancy Drew, jeune détective plus connue sous le nom d'Alice en France, connaît un fort succès aux Etats-Unis. Les adaptations vidéoludiques des livres de la belle n'ont jusque là jamais traversé l'Atlantique. Micro Application se décide enfin de nous sortir de notre puits culturel en nous proposant de vivre sa onzième aventure : La malédiction du Manoir de Blackmoor. Les prétentieux ont déjà prévu deux séquelles pour 2006, mais voyons déjà ce que vaut cet épisode.

L'Angleterre, pays aux confins brumeux et aux bus étranges

C'est l'histoire d'une fille...

Linda, une voisine, est partie habiter avec son mari le manoir familial en Angleterre. Celui-ci, diplomate, s'absente très souvent pour de longs voyages. La jeune mariée reste alors bien seule dans cette grande battisse lugubre. Seules sa belle fille et la tante de son époux habitent les murs. Pour noircir un peu plus le tableau, Linda tombe malade : cachée derrière un drap, elle refuse quasiment tout dialogue. Ses excès de colères deviennent de plus en plus fréquent, et son histoire d'amour tourne bien vite au cauchemar. Refusant la situation, sa mère appele au secours la jeune Nancy Drew au secours. Bien connue dans son pays pour ses qualités d'enquêtrice, la voila prête à résoudre le mystère du manoir de Blackmoor.

Le BlackBerry de Nancy permet de (fausses) recherches sur le net.

Un jeu à l'ancienne

Voici un jeu qui fleure bon le old school : déplacement image par image à la manière d'un premier Myst, une interface des plus austères mais complète et une résolution idéale pour les premiers 14 pouces. Cependant, on se rend compte bien vite que derrière cette réalisation veillotte, qui ne fait pas regretter de prendre l'aventure à son onzième épisode, se cache une véritable intrigue et un réel challenge. Les rencontres avec les personnages résultent non pas en un dialogue mais plutôt en un épuisement de dialogue. Il suffit de cliquer sur les différentes réponses possibles à la suite pour faire le tour de ce que votre interlocuteur a à vous dire. Alors, défaut ou qualité ? C'est bel et bien une qualité à ce niveau car les conversations ne feront que situer le problème et vous devrez accomplir tout le travail. Un tâche monumentale nous attend.

A cette heure-ci, les perroquets aiment pousser la chansonnette, et donnent parfois de précieux indices...

Minuit, l'heure du crime

Pour ceux qui auraient peur de ne pas savoir où donner de la tête, la chambre de Nancy est justement un bon point de départ qui donne immédiatement le ton du jeu. La première énigme qui s'y trouve dévoile de quelle manière il faudra procéder par la suite pour s'en sortir. Se référant à une carte astrologique ainsi qu'un blason, elle donnera du fil à retordre sans pour autant rebuter. Une bien belle mise en bouche qui incite à continuer. La gestion du temps est un autre bon point, trop souvent négligée dans les titres concurrents. En effet, se promener dans les couloirs la nuit est idéal pour inspecter tranquillement les lieux. De plus, vous saurez comment rencontrer ou éviter certaines personnes suivant l'heure à laquelle vous vous rendez à tel où tel endroit. Pour cela, il suffit simplement de régler votre radio-réveil. Simple n'est ce pas ? De plus, lorsque tout est calme, il est plus simple d'écouter aux portes. Mais pas de faux pas ! Vous pouvrez vous faire renvoyer manu militari du Manoir sur une simple erreur. Il est également possible de mourir, c'est pourquoi une option "seconde chance" est présente. Elle permet de reprendre l'aventure juste avant la dernière mauvaise décision.

Un puzzle de malade, oui de malade

Pas si facile que ça la Nancy

De là, les énigmes s'enchaînent, non pas dans un ordre strict mais dans une certaine logique. Ne pas résoudre un problème n'est pas bloquant, il suffira de chercher un peu dans le carnet de note ou sur internet via le blackberry de Nancy pour trouver une route à suivre. Les énigmes elles mêmes sont dans le ton de la logique, nul besoin de chercher des heures l'épingle de la botte de foin qu'il faudra glisser dans le chandelier. Ainsi tout se construit sur l'observation, la déduction et des mini-jeux corsés. Bien qu'un mode pour débutant soit présent, la difficulté de l'aventure fait de Nancy Drew un jeu s'adressant tout de même aux aventuriers dans l'âme.
Les Plus
  • On peut mourir ou se faire sortir du manoir suite à une mauvaise action
  • Le jeu est entièrement en français, dans les moindres recoins
  • Les énigmes sont difficiles à souhait, sans pour autant rebuter
  • L'ambiance est bien rendue
  • Une belle surprise !
Les Moins
  • La réalisation date
  • Il n'y a pas beaucoup de personnages à rencontrer
  • Destiné au 7 ans et plus, il sera en fait pour les 12 ans et plus