FIFA 06 : on refait le match !

03 déc. 2005
Testé par sur
Disponible sur
3

Il est temps de faire le bilan. Sans révolutionner la série, cet opus 2006 se maintient dans la moyenne de ces prédécesseurs. Le jeu se veut authentique avec un habillage qui transpire le football, une base de donnée hallucinante et même la présence de quelques vieilles gloires du ballon rond. Le gameplay a été retravaillé. FIFA 06 propose un jeu individuel plaisant et un aspect collectif soigné. Il reste pourtant, de gros efforts à fournir pour mettre à niveau le jeu défensif trop approximatif. En attendant un épisode Coupe du Monde 2006, puis un volet 2007, FIFA 06 est un excellent jeu de football que je conseille tout particulièrement aux novices.

A bientôt 12 ans, la série des FIFA cumule déjà 19 épisodes, en prenant en compte les jeux événementiels et les softs dérivés. Depuis quelques années, cette saga prolifique a été délaissée par les fans, qui lui préfèrent PES. Pour cet épisode 2006, EA Sports veut reconquérir son public d'antan à coups de nouveautés, pas toujours novatrices.

Totti fait une frappe de mule sur le portier anglais

Première foulée sur la pelouse

On démarre toujours un FIFA avec beaucoup d'appréhension. EA Sports nous a habitué à soigner son habillage et cet opus 2006 ne déroge pas à la règle. Le joueur est accueilli par une introduction qui plante le décor : joie, buts, supporters enivrés par le foot et un "Maintenant c'est à vous de jouer" final définitivement fédérateur. Première surprise, dans le menu, Titi et Jean-Mimi s'enflamme. Le FIFA Flashback, sorte de radio retro, nous fait revivre un temps fort du football comme le but de Zidane en 98 ou les exploits de King Eric en terre mancunienne. Puis, un Onze de légende vous met au défi. On y retrouve des joueurs comme Cantona, Voller, Baresi, Zico, ou le goleador merengue Hugo Sanchez. EA aurait-il succombé aux sirènes du foot retro ? Une fois le onze maté, nous découvrons les nouveaux modes de jeux.

Une jolie bourde de Paulo Ferreira

Le bureau du manager

Déjà présent dans FIFA 2005, le mode carrière refait surface avec quelques nouveautés appréciables. Le principe reste inchangé : vous êtes toujours un manager en quête de reconnaissance internationale. Il est désormais possible de commencer directement sa carrière dans un "gros" club et de ne plus devoir subir le niveau piteux des deuxièmes divisions. Vos premiers pas sont guidés par des boîtes textes très pratiques lorsque l'on se perd. Premier constat, la navigation dans les menus a été revue pour un meilleur confort sans pour autant que l'interface principale ait été modifié. L'aspect sportif est mis en avant. Dorénavant, il faudra gérer le moral de votre équipe. Un collectif qui enchaîne les mauvais résultats, ne peut pas fonctionner correctement. Ainsi, vos exploits sur le terrain améliorent l'entente et la cohésion du groupe. Le côté sportif influe également sur votre popularité auprès de vos supporters mais aussi du directoire de votre club. Vous êtes sur un siège éjectable et votre président n'hésitera pas à vous virer si les résultats sont mauvais.

Le mode carrière de FIFA 06 propose une dimension économique plus importante qu'auparavant. Pas aussi complexe qu'un Football Manager, la gestion humaine du club reste tout de même centrale. Il faudra par exemple, diriger son équipe technique grâce à un système de point d'expérience. Chaque personne du staff a un rôle déterminé et déterminant dans l'avenir du club. Par exemple, même avec une grosse somme d'argent, un mauvais recruteur ne peut pas débusquer les futures pousses. Trouver un sponsor, ajuster le prix des billets du stade, voici des exemples de possibilités limitées mais appréciables que vous retrouverez dans le mode Carrière.

Kalou sur la pelouse du Parc des Princes

La Salle des trophées

Comme chaque année, FIFA se vante d'être la simulation la plus complète en championnats et en équipes. Et il n'a pas tort. En Europe, on retrouve toujours les quatre divisions anglaises, les deux divisions allemandes, françaises, italiennes et espagnoles, ainsi que les divisions norvégiennes, polonaises, néerlandaises, écossaises, portugaises, autrichiennes, belges, suisses et suédoises. En Amérique, la MLS, les championnats mexicains et brésiliens tiennent le haut du pavé tandis que la ligue argentine est uniquement représenté par Boca et River Plate. On regrette toujours l'absence de la ligue turque, tchèque et grecque. Au niveau des sélections, c'est plutôt vide pour un jeu qui prétend nous amener sur la route de la Coupe du Monde. Les Pays-Bas et le Japon sont les grands absents pour faute de licence. Pour les autres, on retrouve tous les équipementiers et il est même désormais possible de changer les joueurs sélectionnés. Ribéry au côté de Zidane, c'est la classe.

Le foot retro envahit ce FIFA 06 et, si ce n'est pas encore ce que le vrai fan de foot désire, EA a fait un effort en proposant plusieurs bonus. Tout d'abord, il est possible de débloquer l'équipe Onze de Légende avec des joueurs comme Eric Cantona, Franz Beckenbauer, Zico, Franco Baresi, ou Gica Hagi. Les joueurs sont accompagnés de biographies plus ou moins complètes avec quelques anecdotes sur leur passé. On déplorera juste l'absence de joueurs essentielles comme Garrincha, Pelé, Cruyff, Kempes, Maradona ou notre Platoche national. En outre, EA propose des vidéos de très beaux buts, des commentaires de l'époque, une rétrospective de la série ainsi que le tout premier FIFA sorti en 94. On reste quelque peu sur notre faim et on espère que EA inclura des vrais équipes de légendes comme dans FIFA 2000, dans un prochain opus.

Ronaldinho ou l'arme fatale contre les défenses adversaires

Appeler vos amis pour le match

Histoire de concurrencer PES sur son terrain fétiche, FIFA 06 met en avant la convivialité et le plaisir de se retrouver entre potes autour d'un bonne partie de foot virtuel. Sur PC, l'ambiance n'est évidemment pas la même. Pas de canapé et de multitap mais il faut signaler tout de même la possibilité de jouer jusqu'à 8. Les parties sont toujours funs même si, massés autour de l'écran, c'est un beau la cohue. Vous pouvez désormais créer des compétitions personnalisées à la manière des Coupe Konami dans PES. Jouer à un jeu de foot est un spectacle : on crie, on s'insulte, on traite l'arbitre, on change de formation toutes les dix minutes parce que "Rothen fait n'importe quoi sur le côté gauche". Un bazar jouissif !

Le must reste le mode LAN à deux. Le plaisir de jeu est optimale et vous pouvez tranquillement profiter de l'écran sans être gêné par vos nombreux voisins. Pour ceux qui n'aurait pas d'amis sous la main pour profiter de FIFA 06, il reste le mode online, présent depuis FIFA 2001. Les changements et les nouveautés ne sont pas si significatifs. Il faut toujours s'enregistrer sur les serveurs de EA pour pouvoir profiter du online. L'aspect amical a été soigné : vous pouvez vous créer des clubs entre potes et discuter grâce à la messagerie. Le niveau des joueurs est plutôt élevé et certains maîtrisent parfaitement les rouages de cette épisode 2006. Sachez enfin que tous vos résultats sont stockés dans une rubrique statistique qui permet également de connaître le niveau de vos adversaires.

Le Stadio delle Alpi s'enflamme pour la Juve

Ambiance électrique dans le stade

Avant d'aborder l'analyse du gameplay, arrêtons nous sur l'aspect graphique et sonore de cette version 2006. Force est de constater que le visuel n'a pas tellement évolué depuis FIFA 2004. C'est légèrement plus beau avec quelques effets d'ombre par-ci par-là, mais on est loin d'atteindre les limites techniques de nos PC surboostés. Ce FIFA 06 a au moins le mérite de tourner sur des petites configurations (1.3 GHz, carte graphique 32 Mo, 256 Mo de RAM). L’évolution s’est surtout portée sur l’amélioration des visages des joueurs. La modélisation de Christiano Ronaldo, Rooney, ou de Francesco Totti est criantes de réalisme ! Malheureusement, les "seconds couteaux" de la L1 sont médiocrement reproduits comme par exemple, Franck Ribéry ou Jérôme Leroy. En outre, les animations des joueurs n’ont pas été améliorées et on retrouve toujours des erreurs dans les transitions ce qui donne des mouvements bizarres et irréalistes. Malgré tout, FIFA 06 s'en sort plutôt bien mais récolte la mention "Peut mieux faire".

Habituellement, il n'y a rien à dire sur la bande-son, toujours parfaite, de la série des FIFA. Pourtant, cet opus 2006 échappe à la règle en nous offrant un travail sonore mitigé. Certes, on jubile à l'écoute d'un vibrant "Aux Armes" olympiens qui résonnent dans les travées du Vélodrome. Mais, les commentaires sont loin d'être exempt de tout défaut. En effet, le ton particulier d'Eugène Saccomano ne convient pas à l'aspect robotique des commentaires d'un jeu vidéo. De plus, Franck Sauzée délivre des analyses techniques inintéressantes et hors du coup. Enfin, la playlist ne transpire pas assez le football. Parmi les bonnes surprises, on trouve Damian Marley (un des nombreux fils de Bob Marley), Oasis, et du revival post punk british (LCD Soundsystem, Dove, Bloc Party...). EA a également ressorti les Gipsys King. Bof.

Le Milan AC joue en 3-4-1-2

Formations et stratégies

Ce nouveau FIFA doit définitivement changer l'image arcade que traîne la série depuis 5-6 ans. Et cela passe par une retouche du menu formation. EA a tenté un changement dans la continuité avec pour but de rester accessible au plus grand nombre. On ne retrouvera malheureusement, pas l'exhaustivité d'un Pro Evolution Soccer mais les possibilités tactiques de FIFA sont tout de même nombreuses. Il est désormais possible d'appliquer des marquages individuelles sur les joueurs adverses. Sur le terrain, cela a pour conséquence une défense plus compacte, mais également moins vivace. Les marquages peuvent être couplés avec un nouveau système de stratégie. En effet, il est possible de changer la disposition et la mentalité de votre défense, en plein match grâce au joystick analogique. Piège du hors-jeu, Pressing, Défense en ligne... Vous dirigez vos joueurs à la baguette tel un José Mourinho

Les réjouissances tactiques ne s'arrêtent pas là. En effet, EA a implanté de nombreux détails rendant l'expérience plus stratégique que jamais. Désormais, en plus de la jauge de fatigue, vous pouvez directement visualiser le niveau de jeu de votre joueur. En Or, il est indispensable à l'équipe; en blanc, il est inexistant sur le terrain et il faudra le recadrer. A cela s'ajoute un petit indicateur qui permet de savoir si le joueur demande à être changé. Cet icône apparaît lorsque la fatigue ou une blessure handicapent votre équipier. Malgré ces nouveautés, l'aspect tactique de FIFA 06 est beaucoup moins développé que dans PES5. Par exemple, on ne peut pas choisir l'orientation défensive ou offensive de chaque joueur. De plus, l'excellent menu stratégie de UEFA Champions League (sorti en février 2005) a disparu. A trop vouloir simplifier, EA a tout simplement oublié d'apporter de la profondeur.

Coup franc de Thierry Henry

Coup d'envoi, le match commence !

Après quelques matchs, on commence déjà à maîtriser les dernières innovations en matière de gameplay de ce FIFA 06. Premier constat, le jeu avec le ballon a été amélioré. Deux nouvelles touches de dribble sont à la disposition du joueur. Avec L2, vous pouvez exécuter un passement de jambes suivi d'un crochet, très pratique pour éliminer facilement un adversaire trop collant. Avec R2, le joueur stoppe le ballon et fixe le défenseur. Une fois le ballon stoppé, vous pouvez crocheter pour effacer le défenseur ou utiliser le joystick droit pour enclencher une feinte de déplacement à la Garrincha. La conduite de balle a également été retravaillée. Il est désormais plus facile de contrôler et de zigzaguer au sein de la défense adverse. Bien entendu, il n'est pas possible de fumer une défense entière à coup de passement de jambes et de roulette zidanesque.

Les coups de pied arrêtés ont également connu une cure de jouvence forcée. On se souvient que dans FIFA 05, les coups francs directs avaient tendance à rentrer à chaque fois. EA a troqué son ancien système pour un nouveau beaucoup plus proche de Pro Evolution Soccer 5. Exit le viseur à la jeu de golf, tout se fait désormais au feeling. Il est donc plus difficile de mettre une balle imparable en pleine lunette... sauf avec Juninho. En outre, le système de corners a été revu. Le joueur est moins dirigé mais on perd en réalisme puisque les précédents opus avaient su retranscrire les batailles dans les surfaces lors des coups de pieds de coin. Le système de corner est très proche de PES tout en étant plus obscur. A revoir pour l'opus 2007.

Juninho et l'OL en grande forme

Deuxième mi-temps

Malgré ces quelques innovations, rien n'a vraiment changé. On note tout de même, l'importance accrue du bouton L1. Cette touche à tout faire peut se révéler être votre arme favorite lors de la construction du jeu. En effet, combiné à une autre touche, le L1 (ou A) permet d'exécuter différents gestes collectifs. Il est possible de faire un une-deux au sol ou en hauteur et faire déborder un ailier. Avec Triangle (ou Z), vous exécutez une passe en profondeur aérienne qui trompera la défense adverse. Outre le bouton L1, c'est tout le système collectif qui a été revu et retravaillé. Les "actions d'école" sont enfin récompensées. Cet opus 2006 ne s'embarrasse pas des contrôles superflues : tout peut se faire en première intention. Le jeu collectif devient agréable et on prend du plaisir à construire, à déborder, à revenir dans l'axe, et à relancer proprement.

Pourtant, le gameplay de FIFA 06 n'est pas parfait. L'aspect défensif est, encore une fois, passé à la trappe. Vos défenseurs n'ont jamais l'avantage sur les attaquants adversaires. Les pressings avec Rond (ou D) sont peu efficaces et il n'est pas rare que votre défenseur se fasse bêtement déborder à cause d'un pressing défaillant. Grande nouveauté de cette épisode 2006, les marquages individuels sont trop respectés et le défenseur reste souvent scotcher à l'attaquant au lieu d'aller presser le porteur du ballon. Les développeurs ont ajouté une touche qui permet de fixer l'adversaire pour un duel, mais là encore, elle est inutile et peu efficace. Avant de prétendre concurrencer Pro Evolution Soccer 5, EA devra résoudre ce grave problème défensif dans un prochain épisode.
Les Plus
  • Mode Carrière
  • Les joueurs de légende
  • Un gameplay peaufiné
  • L'ambiance de folie dans le stade !
Les Moins
  • Système défensif
  • Peu de vraies nouveautés
  • Saccomano et Franck Sauzée