Digimon Story : Cyber Sleuth

24 mars 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Le challenger

Digimon Story : Cyber Sleuth est tout simplement un bon jeu, et un vrai palliatif à Pokémon. Joli, ce titre dispose d'un système de jeu convaincant. Et même si le scénario passe par des détours pas forcément nécessaires, il reste suffisamment intéressant pour vous tenir un tant soit peu en haleine. Finalement, Digimon Story : Cyber Sleuth pâtit d'un problème bien plus pragmatique : il n'est disponible qu'en anglais. Un choix qui impacte inévitablement son aspect multijoueur, déjà un cran en dessous d'une concurrence de toute façon inégalable. Reste une aventure réussie, tant ei si peu à la fois.

Vivre dans l'ombre de Pokémon, cela a toujours était le fardeau de Digimon. Avec Digimon Story : Cyber Sleuth, Namco Bandai essaye une nouvelle fois de séduire les adeptes de monstres en tous genres (et en l'occurrence de monstres digitaux).

L'histoire

Sur le fond, Digimon Story : Cyber Sleuth est fait de paradoxes. Premièrement, il y a cette nécessité de se différencier du jeu de Nintendo. Pour se faire, il donne l'impression de passer par un scénario faussement complexe, basé sur une chasse aux digimons ainsi que sur un virus faisant en sorte que certains adeptes d'EDEN (un réseau) soit plongés dans le coma. Vous, vous êtes un avatar qui s'est lui aussi perdu dans le réseau, mais qui a réussi à retrouver certaines de ses parties pour retrouver un modèle physique. Après avoir fait la connaissance d'une femme détective, vous décidez de profiter de ses enquêtes pour faire la lumière sur votre condition, et ainsi passer librement du monde virtuel au monde réel.

Digimon Story : Cyber Sleuth propose donc un scénario un peu brouillon, mais qui reste assez intéressant dans sa façon de briser le quatrième mur et d'incorporer le joueur à l'aventure. Hélas, en plus d'être très bavard, le titre est uniquement disponible en anglais et aura vite fait de perdre les personnes les moins à l'aise avec la langue du Dr. Who. D'un autre côté, le jeu reste agréable à l'œil, en particulier dans sa version Vita qui de toute évidence exploite correctement la puissance de la console.

Voilà un combat qui en jette, non ?

Le principe

Pour ce qui est du gameplay, Digimon Story : Cyber Sleuth alterne entre les habituels donjons agrémentés de combats de digimons et des phases d'explorations vous servant de points de décompression. Pour ce qui est des affrontements, vous vous retrouvez avec un système assez commun pour le genre (une équipe de digimons, des capacités, plein de possibilités) mais porté par une progression particulièrement plaisante. Exceptés les soucis de rythme inhérent à la narration (et à des quêtes secondaires peu palpitantes), le jeu propose une gestion de l'expérience agréable - les monstres gagnent assez facilement des niveaux - et qui se voit être couplée à différents pans annexes (un hub vous propose autant de partir explorer des donjons que de mettre vos monstres en pension en attendant votre retour. De façon générale, le côté divertissant du jeu est agréablement surprenant, surtout compte tenu de la concurrence qui ne cesse de mettre la barre toujours plus haut.

Regarder la carte vous évitera de vous perdre bêtement (c'est du vécu...).

Le multi

Digimon Story : Cyber Sleuth propose évidemment son mode multijoueur vous permettant par exemple de jouer en ligne. Toutefois, bien que ce mode soit bienvenu, deux bémols le rendent relativement anecdotique. Tout d'abord il y a la concurrence, Pokémon étant tout bonnement inégalable en terme de profondeur, de gestion des algorithmes mais aussi en matière de démesure. Ensuite, la barrière de l'anglais fait qu'il peut être difficile de trouver un ami désirant s'investir dans le jeu.

Très lisible, l'interface est l'un des plus gros atouts du jeu.

Pour qui ?

Digimon Story : Cyber Sleuth se destine donc uniquement aux anglophones. C'est bien malheureux, même si la complexité du scénario ne pouvait, de toute façon, pas vraiment convenir aux plus jeunes joueurs. Pour les fans de Pokémon hésitant à franchir le pas, ils peuvent voir Digimon Story : Cyber Sleuth comme une itération plus scénarisée de la franchise de Nintendo. Toutefois, "plus scénarisée" ne veut pas dire "plus profonde", et il va de soit que Pikachu a toujours une longueur d'avance en matière de démesure (gestion des statistiques, de la reproduction, etc.).

Finalement, les héros ont un design moins clinquant que les petites (ou grosses) bêtes.

L'anecdote

Finalement, l'un des rares (vrais) reproches esthétiques que nous pourrions faire à Digimon Story : Cyber Sleuth, c'est peut-être le manque de charisme des avatars qu'il nous fait diriger. Que vous choisissiez le garçon ou la fille, il vous sera compliqué d'être séduit par les physiques assez passe-partout de ces deux héros. C'est dommage, surtout que le reste du jeu est très réussi sur le plan graphique.
Les Plus
  • Une version Vita à la hauteur techniquement (et esthétiquement)
  • De vraies ambitions scénaristiques
  • Un gameplay classique (pour le genre) mais efficace
  • Une aventure longue
  • Un multi logiquement présent
  • L'interface, tout simplement parfaite
Les Moins
  • En anglais uniquement
  • Surtout que le jeu aime le blabla
  • Des quêtes secondaires pas toujours passionnantes
  • Un multi sympa mais moins profond que la concurrence