Pokémon Rumble World

27 janv. 2016
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Ambrella
  • Sortie initiale 22 janvier 2016
  • Genre Beat'em All

Mad World

Pokémon Rumble World est surtout la preuve que le free-to-play reste un modèle économique bancal, qui impacte beaucoup trop les systèmes de jeu et de progression. Libéré de ses impératifs mercantiles, Pokémon Rumble World n'en reste pas moins un titre tout ce qu'il y a de plus anecdotique. Pour une série disposant de si nombreux jeux de qualité, difficile de conseiller cet énième spin-off faisant office, pour le coup, de vilain petit psykokwak.

Sorti l'année dernière sous la forme d'un free-to-play, Pokémon Rumble World arrive désormais en boutique pour une trentaine d'euros. Mais vaut-il le coup pour autant ? Rien n'est moins sûr...

Le principe

Pokémon Rumble World a beau quitter son système de micro-transactions, il demeure inévitablement attaché à ce modèle économique. Esthétiquement d'abord, le jeu proposant un design se rapprochant plus des mini-jeux disponibles sur la place Mii que d'un véritable volet de Pokémon. Un constat dû au style graphique, mais aussi à la présence de Miis venant s'intégrer assez difficilement dans l'univers.

Côté gameplay, le jeu pâtit également de ses origines. Un village sert d'interface vous permettant d'acheter divers objets ou de vaquer à des occupations annexes, tandis que vous débloquez les niveaux en achetant des montgolfières. Hélas, certaines destinations impliquent une part de hasard, et il n'est pas rare de devoir s'y reprendre à plusieurs fois pour accéder à une zone spécifique. Typiquement le genre de choix inhérent aux free-to-play et que l'on aurait aimé voir absents de cette version payante.

Ajoutez à cela un gameplay particulièrement simpliste (la plupart du temps, vous n'aurez qu'à matraquer une touche), et vous obtenez un titre pour le moins étrange. En effet, cette version payante vous permettant d'utiliser des Poké Diamants à l'infini (ils sont d'ordinaire payants ou offerts avec parcimonie), la progression dans l'aventure s'en retrouve impactée, et l'intérêt devient assez relatif au fil des heures.

Le design du jeu n'est pas vraiment engageant.

Pour qui ?

Car finalement, jouer à Pokémon Rumble World comme à un jeu lambda n'a que peu d'intérêt. Un peu à l'instar du récent Pokémon Picross, il s'agit surtout d'un jeu qui a été pensé, à l'origine, pour être joué cinq minutes par jour. Et encore, le principe de Picross reste intrinsèquement bien plus intéressant que celui de Pokémon Rumble World. D'ailleurs, même les fans de la série auront du mal à trouver leur compte dans ce spin-off. Enfin, Pokémon Rumble World ne dispose pas de mode multijoueur. Pire que cela : la fonction StreetPass - qui servait surtout à récupérer quelques Poké Diamants au gré des rencontres - devient encore plus anecdotique que dans la version téléchargeable.

Vous capturez les monstres en les ramassant et en les rappportant au Roi.

L'anecdote

Comme Assassin's Creed qui vous fait incarner des personnages lambdas qui eux-mêmes se prennent pour des assassins historiques, le principe même de Pokémon Rumble World laisse dubitatif. En effet, vous ne jouez pas avec des pokémons à proprement parler mais avec des jouets qui en ont l'apparence. Mouais...
Les Plus
  • Honnêtement, on ne voit pas trop...
Les Moins
  • Un gameplay simpliste au possible
  • L'abandon du modèle économique accentue d'autant plus la répétitivité de la chose
  • Un univers et une direction artistique loin d'être attirants
  • La 3D, étonnamment absente de certains plans...
  • Aucune remise en question du modèle (StreetPass, etc.)