SCAR à bosses

02 oct. 2005
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Black Bean
  • Sortie initiale 17 juin 2005
  • Genre Simulation

Proposé à un petit prix (39€) SCAR innove ainsi dans le monde de la simulation automobile, mais sans vraiment convaincre : malgré de bonnes idées la réalisation est trop classique et la progression entre les différents niveaux est monotone. Passé l'enthousiasme des premières courses et des premiers KO, on a du mal à se motiver pour engranger les points d'expérience. D'autant plus que le pilotage n'est pas toujours très facile sans pour autant être très réaliste. A quand un SCAR 2 avec plus de vitesse, de circuits et de sensation ?

SCAR est un jeu qui s'annonce assez original : à mi-chemin entre la simulation automobile et le RPG, c'est votre pilote que vous allez améliorer, et non votre bolide. Voyons de suite ce qu'il a dans le ventre !

Une tondeuse à gazon très sportive !

SCAR : le premier RPG de la simulation automobile !

Mettons les choses au clair d'entrée : si Squadra Corse Alfa Romeo (ou SCAR pour les intimes) avait été un simple jeu de simulation automobile il n'aurait pas passé plus de quelques petites heures au chaud dans votre console. Mais Squadra Corse Alfa Romeo n'est pas un jeu de voitures banal et vous propose d'améliorer au fil du jeu votre... pilote ! Loin des Need For Speed & Co où vous pouvez "tuner" votre voiture de fond en comble, SCAR vous propose de gagner des courses pour remporter des points d'expérience et augmenter les performances de votre pilote.

Mais où sont passés les spectateurs ?

Mamamia !

Comme son nom l'indique SCAR vous mettra aux commandes de bolides de la marque italienne Alfa Roméo, de la simple Alfa 147 jusqu'aux modèles les plus puissants, ceci sur une vingtaine de circuits (enfin plutôt une dizaine de tracés disponibles en version courte ou longue). Vous retrouverez des circuits réels et bien connus des amateurs de sports automobiles (Laguna Seca, Hockenheim...) et d'autres circuits fictifs sur des parcours urbains. Les tracés sont malheureusement peu excitants au niveau de la conduite et les décors sont assez vides et pauvres graphiquement (tribunes vides à Hockenheim, facades des maisons sans relief dans les circuits en ville, etc...). La sensation de vitesse n'est pas très convaincante et le pilotage parfois trop sensible. Vous l'aurez compris : SCAR ne révolutionne pas le genre et a bien du mal à tenir la comparaison face à GTR et Gran Turismoen terme de simulation pure. Enfin, comme la plupart des jeux sponsorisés par une marque, le nombre de véhicules disponibles est limité et la différence entre les modèles se manifeste surtout par leur vitesse.

A moi les points d'expérience !

Des petits points, des petits points, toujours des petits points...

Heureusement SCAR sait faire oublier certains de ses défauts par de nombreuses innovations. Tout d'abord, les points remportés au fil des courses vous permettent d'améliorer les performances physiques de votre pilote : sa vue, son endurance, sa résistance au stress... peuvent ainsi être augmentées pour vous faciliter le pilotage. De même, certains défis vous permettent de remporter de nouveaux casques, gants ou combinaisons ! L'influence de ces équipements sur le pilotage ne m'a cependant pas paru très sensible... Une bonne idée donc, mais à concrétiser. Ces possibilitiés donnent à SCAR un aspect RPG assez sympathique et on enchaîne les courses pour faire du tuning... sur son pilote !

Boire ou conduire, il faut choisir !

1... 2... 3... KO !

Les caractéristiques de votre pilote vont se faire sentir pendant des courses parfois acharnées. Deux jauges sont en effet présentes à l'écran : la classique jauge de dégâts du véhicule et une jauge représentant la résistance de votre pilote ! Cette dernière diminue au fur et à mesure que vos adversaires vous intimident en se plaçant derrière vous. Et contrairement à la plupart des jeux où vos adversaires suivent leur trajectoire prédéfinie, vous serez confrontés ici à de véritables requins de la conduite qui n'hésiteront pas à se porter à votre hauteur pour vous intimider ou à vous coller au derrière pour abaisser votre jauge de résistance et provoquer un KO. Lorsque votre résistance est à 0 vous êtes ainsi aveuglé pendant quelques secondes, comme si votre pilote était victime d'un malaise : vue troublée, respiration irrégulière... on s'y croirait ! Libre à vous de faire subir le même sort à vos adversaires pour qu'ils partent en dérapage sous le coup de votre pression une fois que vous aurez reprit vos esprits.

Un virage mal négocié ? Utilisez votre effet Tiger !

Mangez du tigre !

Autre innovation pendant les courses : l'effet "Tiger". Celui-ci vous permet de revenir quelques secondes en arrière pour rejouer un virage raté ou rattraper une situation désespérée. Mais pour bénéficier de cet effet il faut doter votre pilote des caractéristiques adéquates, au détriment de la résistance au stress ou de l'endurance par exemple. Il faut ainsi savoir jouer avec les caractéristiques de votre pilote pour l'adapter à votre style de conduite. Malheureusement toutes n'ont pas de répercussions réelles sur le pilotage et on se retrouve vite à distribuer ses points sur la résistance au stress (pour ne pas être mis KO par ses adversaires) et la puissance de l'effet Tiger.

Le charme des belles italiennes

Un peu de piment dans un jeu trop monotone

Finissons avec quelques mots sur les différents modes de jeu qui apportent un peu de piment au jeu : le classique mode "carrière" (ici appelé mode Dynastie) permettant de gagner des points d'expérience ou de l'équipement est accompagné de défis spécifiques (rattraper un adversaire, finir une course sans abîmer sa voiture, réussir à échapper à un adversaire qui vous poursuit, etc...). Un mode Contre la montre est également présent et vous pourrez comparer vos temps aux meilleurs pilotes sur le net (c'est d'ailleurs malheureusement la seule fonctionnalité online).