Code Name S.T.E.A.M.

17 juin 2015
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Intelligent Systems Co., Ltd. (IntSys)
  • Sortie initiale 15 mai 2015
  • Genre Action

Une machine qui fonctionne

Code Name S.T.E.A.M. est un très bon jeu, et surtout un excellent premier jet. Certes, l'univers du titre ne séduira pas autant que ceux des autres productions d'Intelligent Systems, mais le gameplay offre une alternative convaincante aux Fire Emblem et autres Advance Wars. Très dynamiques, les affrontements brillent par l'ingéniosité du level design et par des subtilités comme le gestion des couvertures et des contre-attaques. Un jeu réussi et généreux, et plus que conseillé aux possesseurs de New 3DS.

Lors de son annonce, Code Name S.T.E.A.M. a suscité la curiosité des joueurs pour deux raisons. Premièrement, il proposait un style graphique et un univers atypiques, proches des comics américains. Ensuite, le titre est conçu par Intelligent Systems, le studio à qui l'on doit Advance Wars et Fire Emblem. Autant dire qu'ils s'y connaissent en matière de tactique.

L'histoire

Contrairement à ce que laissait croire son annonce, Code Name S.T.E.A.M. ne débute pas aux États-Unis mais en Angleterre, plus précisément à Londres où le Steamgate Bridge reliant les berges de la Tamise est sur le point d'être inauguré. Hélas, une attaque extraterrestre ne tarde pas à mettre fin aux festivités. Henry, un agent spécial, parvient néanmoins à s'en sortir avec son ami John. Tous deux sont alors récupérés par Abraham Lincoln, bien décidé à sauver la Reine d'Angleterre grâce à sa nouvelle section de combat : le S.T.E.A.M. Si le scénario prête à sourire, c'est plus le style graphique (inspiré des comics américains) et la narration qui vous tiendront en haleine. Les dialogues ont effectivement le mérite de ne jamais trop trainer en longueur, ce qui donne à la structure narrative l'allure d'une mécanique parfaitement huilée.

Seul le design des ennemis laisse vraiment à désirer.

Le principe

La mécanique, justement, est le moteur de ce titre se déroulant à l'âge industriel. Ainsi, le jeu reprend le principe du tour par tour cher à Intelligent Systems. Tout le concept est basé sur la vapeur dont dispose chacun des quatre personnages constituant votre équipe : c'est elle qui leur permet de se déplacer et de tirer. Ainsi, chaque mouvement ou action coûtent un certain nombre de points de vapeur. Dans les faits, le résultat est moins original qu'il n'y parait, et il convient de se plonger dans les quelques subtilités du gameplay pour trouver ce qui lui donne du piment.

Cela passe par deux/trois aspects simples mais redoutablement efficaces. D'abord, il y a l'utilisation de la caméra : Code Name S.T.E.A.M. ne vous donne jamais l'emplacement exact des ennemis. En effet, le jeu adopte le point de vue des personnages et c'est à vous qu'il convient de deviner les tactiques ennemies lors du tour adverse. De plus, le titre propose un système de contre-attaques plutôt bien pensé. En conservant de la vapeur, certains personnages peuvent contrer l'adversaire en effectuant des embuscades au moment ou celui-ci approche.

De ce fait, Code Name S.T.E.A.M. base sa réussite sur son level design est les possibilités qui en découlent, comme par exemple le système de couverture ou de sauvegarde. Des protagonistes peuvent par exemple détruire des éléments du décor pour débusquer les ennemis ou récupérer des bonus. Des pièces/médailles permettent notamment de profiter des points de sauvegardes présents sur les cartes (et utilisables qu'une seule fois) afin de recouvrer de l'énergie ou même de ressusciter son équipe.

Vous pouvez utiliser des véhicules, faire exploser des barils ou même trouver des passages secrets.

Le multi

Évidemment, le jeu était aussi attendu pour son mode multijoueur. Code Name S.T.E.A.M. propose donc trois modes jouables seul ou en local. En dehors du plat principal - le célèbre Deathmatch - deux modes annexes sont présents. Si la Ruée Vers L'Or vous demande de récolter des pièces dans un temps imparti, le mode A.B.E. vs A.B.E. vous permet d'utiliser votre robot présidentiel pour affronter celui de votre adversaire. Présent dans la campagne solo à travers des missions spécifiques, celui-ci se pilote comme un mécha (comprendre sans grande finesse). Un bonus sympathique même si le sel du multi réside tout de même - assez logiquement - dans les Deathmatch. D'ailleurs, les développeurs ont eu une idée plutôt judicieuse : limiter le temps des tours à 60 secondes. À noter que le pan multijoueur de Code Name S.T.E.A.M. est probablement l'aspect qui différencie sensiblement le jeu de son principal concurrent, à savoir l'excellent Fire Emblem : Awakening.

Voici le Liberty, le vaisseau d'Abraham Lincoln et son S.T.E.A.M.

Pour qui ?

Si vous aimez les jeux estampillés Intelligent Systems, Code Name S.T.E.A.M. a toutes les chances de vous séduire. Vous retrouvez le savoir-faire du studio en matière de game design et d'agencement des niveaux. Le challenge est constant sans jamais décourager, notamment grâce à des mécaniques millimétrées. Pour ceux qui n'auraient jamais touché à un jeu du studio, il est vrai qu'il ne s'agit peut-être pas du titre le plus accessible (notamment par son univers) mais il serait déraisonnable de condamner Code Name S.T.E.A.M. sur ce point. D'ailleurs, les tutoriels - répartis sur les cartes grâces à des panneaux descriptifs - sont parfaitement intégrés et ne cassent jamais le rythme de jeu.

En comptant les amiibo, 16 personnages sont disponibles, chacun avec des capacités propres.

L'anecdote

L'un des points forts de Code Name S.T.E.A.M. est sans conteste son panel de soldats. Chacun d'eux disposent de deux armes ainsi que d'un coup spécial qui lui est propre. Évidemment, de l'équipement se débloque au fil de la campagne et c'est donc à vous qu'il incombe de créer votre équipe de choc. Rapidement, vous vous rendez compte qu'il est bon d'avoir une équipe polyvalente : Little Lily peut par exemple soigner ses coéquipier tandis que Lion - une boule de poil qui porte bien son nom - peut bondir sur ses adversaires et atteindre des endroits inaccessibles. D'autres personnages sont spécialisés dans les leurres, les explosifs en encore le sniper. Le jeu est également compatible avec les amiibo Fire Emblem, et permet donc de recruter les personnages de la série (Ike, Marth, Lucina ou encore le héros du dernier épisode en date sur 3DS).
Les Plus
  • Un univers qui a du cachet
  • Des bases de gameplay très solides
  • Le système de contre-attaques (aussi appelées "embuscades")
  • La diversités des combattants
  • Une progression au poil
  • La compatibilité des amiibos Fire Emblem
  • La durée de vie
  • Le multi
Les Moins
  • Une New 3DS vivement conseillée pour le ciblage des adversaires
  • Le design des ennemis, peu inspiré