Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition

27 juin 2015
Testé par sur
Disponible sur
1

Une alliance ratée

Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition est une vraie déception. En plus de proposer un univers insipide, Puzzle & Dragons Z ne semble clairement pas à sa place sur console. Manquant de challenge, le titre a tout du jeu smartphone mal à l'aise sur 3DS. D'ailleurs, on peut même se demander si le rythme du jeu sied réellement à l'aspect apéritif des puzzle games. Loin d'avoir un quelconque aspect scoring, dépourvu d'un multijoueur digne de ce nom et proposant des temps morts relativement longs, le jeu peine à emballer. Ajoutez un spin-off dédié à Mario - qui décidément ne cesse de parader sur l'eShop - et vous obtenez approximativement tout ce que l'on peut redouter de l'arrivée de la firme japonaise sur mobile.

Si Puzzle & Dragons n'est pas très connu en France, ce jeu mobile développé par GungHo Online Entertainment a déjà été téléchargé plus de 30 millions de fois au Japon. Bien conscient du potentiel de la franchise, Nintendo a décidé d'éditer Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition, un jeu qui en Europe réunit à la fois Puzzle & Dragon Z et une version estampillée Mario. Un choix concluant ?

L'histoire

L'histoire et le background de Puzzle & Dragons Z sont particulièrement décevants. Très vite, vous comprenez pourquoi Nintendo a eu l'idée de co-éditer le jeu 3DS, accompagné d'une version Mario pour l'occasion. En effet, le titre s'inspire très ouvertement de Pokémon. Alors que le monde de Dracomancia est découpé en pièces de puzzle par une organisation nommée Paradox, un jeune dompteur de dragon (ou une jeune dompteuse, selon votre choix) est bien décidé à remettre tout ça en ordre. Pour ce faire, il part libérer les dragons célestes, chacun d'eux lui donnant une sorte de badge en guise de récompense.

Ce pitch mignonnet rappelant forcément la licence phare de Nintendo est accompagné d'une esthétique en adéquation. Impossible de ne pas penser à Pokémon en voyant les héros où le design de la ville principale. De même, la présence d'outils d'évolution et de trois dragons "starters" laissent sceptique. La pilule serait moins difficile à avaler si le design des monstres était au rendez-vous, mais ces derniers rappellent bien trop la série de Nintendo (en moins réussi), ou même Dragon Quest puisque certains ennemis font notamment penser aux célèbres slims. Globalement, le jeu manque cruellement de personnalité.

Vous avez dit Pokémon ?

Le principe

Niveau gameplay et réflexion, Puzzle & Dragons est là aussi moins original qu'il en a l'air. En fait, le jeu demande sans surprise d'aligner des orbes afin d'infliger des dégâts aux ennemis se trouvant face à vous. À chaque tour, vous disposez de quelques secondes pour déplacer une gemme où bon vous semble, et ainsi modifier la grille entière au gré de votre passage. Comme dans de nombreux jeux de rôle, le titre base son système sur un pierre-papier-ciseaux élémentaire : le feu à l'avantage sur la plante qui a l'avantage sur l'eau et ainsi de suite. Au final, vous retrouvez le schémas classique, chaque ligne colorée infligeant un type de dégât en fonction de votre équipe. Bien sûr, des orbes spéciaux infligeant des dégâts bonus sont présents, tout comme quelques subtilités telles que la possibilité de choisir un soutien.

Votre formation peut être composée de monstres récupérés en combat, qui gagnent en expérience au fil des affrontements ou évoluent à l'aide d'une machine présente dans le laboratoire. Rien de bien original, et surtout rien de bien compliqué. En effet, le jeu se révèle assez inutilement scénarisé et manque assurément de rythme. Un constat dû aux temps morts entre chaque combat (vous progressez automatiquement dans les donjons) et à la difficulté assez mal calibrée par moment. Alors que 90% des affrontements manquent de challenge et rendent l'intérêt quasi nul, il vous arrive parfois de mourir en quelques coups, la faute à des attaques subitement surpuissantes. Les mauvaises langues n'hésiteront pas à dire qu'il s'agit là d'un résidu de la version mobile de la série qui, rappelons-le, reste un free-to-play en partie basé sur des micro-transactions.

L'aventure est longue, très longue, trop longue.

Le multi

Voilà une bien mauvaise surprise. Alors que la boîte de Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition laisse augurer d'un mode local, celui-ci se révèle être plutôt décevant. Pas de joutes à deux au programme, simplement des échanges de monstres et son équivalent via StreetPass.

Évidemment, chaque monstre à ses propres caractéristiques et compétences.

Pour qui ?

Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition ne se destine pas à grand monde. Paradoxalement, son scénario assez inutile et le manque de rythme le rendent probablement moins apte à convaincre le joueur lambda que les (autres) cadors disponibles sur smartphone. Les fans de Pokémon ne retrouveront rien de la profondeur du jeu de Nintendo, tandis que les fans de jeux de réflexion feront mieux de se tourner vers d'autres titres véritablement pensés pour console, et à la progression plus agréable.

Même dans la Super Mario Bros. Edition, vous pouvez confectionner vos propres équipes.

L'anecdote

Comme son nom l'indique, Puzzle & Dragons : Super Mario Bros. Edition propose aussi un jeu annexe reprenant l'univers de Mario et ses amis. Pas grand chose de neuf de ce point de vue, cette mouture se contentant généralement de transposer la recette initiale au monde du plombier. On aurait quand même espérer plus d'attention, d'autant que c'était probablement le bon moment pour se démarquer du jeu d'origine, et notamment corriger quelques soucis de rythme. La difficulté a tout de même été revue à la hausse, au point de parfois friser le ridicule. Décidément, c'est tout ou rien.
Les Plus
  • Deux jeux en un, pour un relatif petit prix
Les Moins
  • Un univers insipide
  • L'aspect "Pokémon du pauvre" qui va avec
  • Un rythme de jeu étonnamment mou
  • Les défauts inhérents aux jeux sur smartphone
  • Et pas forcément les (rares) qualités qui vont avec
  • Un mode multijoueur au rabais
  • Honnêtement... Il vous a fait quoi Mario ?