Resident Evil : Revelations 2

07 juin 2015
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Capcom
  • Sortie initiale 25 février 2015
  • Genres Action, Aventure, Survival

Fascination, tentation, hésitation et surtout coopération

Resident Evil : Revelations 2 est un bon jeu. Aucun doute là-dessus. Il faut juste avoir conscience que celui-ci ne se destine peut-être pas à tout le monde. Principalement basé sur la coopération, le titre se savoure avec un ami, quitte à peut-être mettre un peu l'horreur de côté. L'aventure gagne ainsi en rythme et en fluidité. Pour le reste, Resident Evil : Revelations 2 reste un jeu orienté vers le ludisme, avec des mécaniques (la gestion de l'infiltration) et des choix (les capacités) un peu simplistes ou pas toujours justifiés, mais qui participent au divertissement.

Le monde du jeu vidéo est parfois fait de paradoxes. Ainsi, tandis que le premier Resident Evil : Revelations a d'abord été développé pour la 3DS, sa suite se paye une sortie exclusive aux consoles de salon. Et notamment sur One et PS4, deux plateformes qui n'ont pas connu le premier volet.

L'histoire

Resident Evil : Revelations 2 prend place entre les cinquième et sixième épisodes. Dans un monde où le terrorisme est l'ennemi majeur, et dans lequel le bioterrorisme demeure la plus grosse crainte, un organisme humanitaire du nom de Terra Save organise une soirée mondaine. Alors qu'elle se retrouve à cette soirée en compagnie de Moira Burton (la fille de Barry, protagoniste bien connu des fans de la série), Claire Redfield se voit être embarquée par un groupe d'hommes surarmés. À leur réveil, Moira et Claire se retrouvent prisonnières d'une drôle d'usine, située sur une île remplie d'infectés. Ayant un étrange bracelet autour du poignet, les jeunes femmes redoutent le pire lorsqu'une voix - qui les épie - prononce ces mots faisant office de sentence : "Craignez ce que vous deviendrez, devenez ce que vous craignez". De son côté, Barry arrive sur l'île pour sauver sa fille. Là, il fait la connaissance d'une enfant aux pouvoirs singuliers : Nathalia.

Resident Evil : Revelations 2 reste Resident Evil. Comprendre par là que l'écriture est avant tout utilitaire et qu'elle a vocation à mettre en place des situations plus ou moins horrifiques. Pas de grosses péripéties en vue, mais une efficacité bien présente. D'ailleurs, le jeu est segmenté en épisodes assez longs, en premier lieu pour des raisons économiques diront certains (ce qui n'est pas vraiment faux). Enfin, un petit mot sur la technique : Revelations 2 peine quand même à briller sur la génération actuelle, loin de ce que l'on est en droit d'attendre d'un titre One ou PS4. Heureusement, le soin accordé à la partie sonore maintient une ambiance digne de la franchise.

Vraiment excellent, le mixage sonore renforce l'horreur présente à travers la survie coopérative.

Le principe

Resident Evil : Revelations 2 est clairement orienté vers la coopération. Toutes les mécaniques tournent autour du switch de personnages : l'un tire sur les ennemis tandis que l'autre peut les faire tituber, leur exploser la tête au sol ou observer l'environnement et dénicher des objets. À noter que Nathalia se différencie un peu de Moira. Si la fille de Barry dispose d'un pied-de-biche, la gamine peut sentir la présence des ennemis et envoyer des briques sur ces derniers. Évidemment, le level design ajoute un peu plus de piment, avec des situations savamment mises en scène. Il n'est pas rare, par exemple, que les protagonistes soient séparés pendant quelques minutes histoire d'actionner un mécanisme. Sensations fortes garanties.

Mais Resident Evil : Revelations 2 sait mêler horreur et amusement. Le jeu propose un système d'améliorations plutôt divertissant. Vous pouvez dénicher des pièces d'équipement afin de confectionner vos propres configurations. D'ailleurs, le titre vous demande parfois d'ouvrir des coffres à l'aide d'un mini-jeu déductif un peu plus original qu'à l'accoutumer. En plus de cela, des crédits peuvent être dépensés, histoire d'améliorer les capacités des différents personnages. De l'efficacité des herbes ou des esquives à l'optimisation des partenaires, chacun devrait y trouver son compte. Il reste toutefois regrettable que ces capacités n'aient rien de logique. Faire en sorte qu'une arme face plus de dégâts quand on en change, d'accord mais comment justifier cela ?

Le deuxième joueur peut rejoindre une partie en pleine campagne. Pratique.

Le multi

Comme dit précédemment, Resident Evil : Revelations 2 est en grande partie centré sur la coopération. Pas grand chose de plus à dire, si ce n'est que certains souligneront l'absence de multi en ligne. Un point qui peut effectivement être jugé comme dommageable compte tenu de l'orientation du titre. En revanche, une fois ce constat passé, force est de constater que le jeu prend une tout autre saveur à côté d'un ami. Tandis que l'un décharge ses chargeurs sur les ennemis, l'autre peut faire tituber les opposants avec sa lampe torche ou son pied-de-biche. Plus globalement, le jeu gagne surtout en rythme, la coopération avec un partenaire étant logiquement plus pratique que le switch entre deux personnages.

Il est parfois possible de tuer silencieusement les ennemis.

Pour qui ?

C'est la vraie question que pose Resident Evil : Revelations 2. Étrangement, nous sommes assez loin du premier volet, aussi bien du point de vue du rythme que de l'ambiance. Il est clair que ce n'est pas parce que vous avez apprécié Revelations que vous apprécierez cette suite. Pourtant, les fans assidus de la série devraient quand même s'y retrouver, en particulier ceux habitués aux spin-off en tous genres. D'ailleurs, ceux qui ont apprécié l'aspect coopératif de Resident Evil 5 devraient être ravis, Resident Evil : Revelations 2 restant une réussite à ce niveau.

Les défis annexes ne manquent pas.

L'anecdote

Depuis quelques temps, Capcom a instauré un système d'enregistrement des jeux Resident Evil sur residentevil.net, un peu à la manière d'Ubisoft et son UPlay, ou de Turn10 pour sa série Forza. En plus des modes annexes habituels, Resident Evil : Revelations 2 permet de jouer pour obtenir des points, et ainsi débloquer des crédits le mode Commando ou autre.
Les Plus
  • Un vrai sens de la coopération
  • Quelques passages forts
  • Une orientation ludique efficace
  • Le mixage sonore
  • Une ambiance tout de même au rendez-vous
Les Moins
  • Un intérêt moindre en solo
  • L'absence de campagne en ligne
  • Pas très beau