Dead or Alive 5 : Last Round

04 mars 2015
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Koei
  • Développeur Team Ninja
  • Sortie initiale 19 février 2015
  • Genre Combat

Une claque dans ta tronche

Chose amusante : c'est à la veille du salon de l'agriculture que Dead or Alive 5 : Last Round est sorti. À croire que chez Tecmo - où visiblement l'expression "prendre les joueurs pour des vaches à lait" fait office de crédo - ils ont le sens de l'humour. Plus sérieusement, en l'état, Last Round est un portage à fuir. Si l'idée d'importer le jeu sur next-gen était louable, cette version donne l'impression d'avoir été faite à la va-vite. Bien qu'à l'instar d'Ultimate les nouveaux combattants soient relativement peu intéressants, c'est bien l'optimisation de cette mouture qui fait tomber le couperet. Au final, deux sentiments subsistes. Premièrement, le regret qu'une partie des effectifs se soit concentrée sur ce projet plutôt que sur un éventuel Dead or Alive 6. Ensuite vient une impression encore plus désagréable : celle d'avoir affaire à une mouture sortie trop tôt, peut-être pour profiter du manque de concurrence en attendant Mortal Kombat X. Les optimistes diront qu'une mise à jour viendra sûrement corriger le tir, mais impossible de ne pas sanctionner un jeu charcuté de la sorte le jour de sa sortie. Ceci dit, si vous avez vraiment faim, n'oubliez pas que Killer Instinct ne cesse de se bonifier avec le temps.

Dead or Alive 5, Dead or Alive 5 Plus, Dead or Alive 5 Ultimate... Tecmo n'en finit plus de décliner son jeu de combat phare de la génération précédente. Pour le meilleur, mais désormais aussi pour le pire. Car autant être cash (c'est le bon mot) : Last Round aurait mieux fait de ne jamais monter sur le ring.

Les nouveautés

En soi, Last Round reste Dead or Alive 5, avec ses défauts mais surtout ses qualités (voir notre test). Ainsi, le titre brille toujours pas son dynamisme et son équilibre entre spectacle et technicité - notamment grâce à l'ajustement des contres en comparaison de l'épisode 3DS. Hélas, Last Round a la mauvaise idée de tirer le cinquième volet vers le bas. Pourtant, Dieu sait qu'on n'a rien contre les portages chez Gamatomic (en témoigne le récent test de Saints Row IV : Re-Elected). Mais quand l'un d'eux sacrifie sa finition sur l'autel de la machine à cash, il est légitime de faire tomber la guillotine (aussi jolies les combattantes soient-elles).

Techniquement d'abord, Last Round est certes plus fin mais n'impressionne guère. Si d'un côté le travail sur la peau des personnages ou certains détails est à saluer (l'eau), les vêtements s'en sortent moins bien, en particulier lorsqu'il s'agit de matières souples et détaillées. Mais c'est surtout le gameplay qui intéresse les puristes ; et c'est là où le bât blesse. Car entre le matchmaking du online, à la rue au point de parfois faire freezer la console, et les ralentissements présents au sein des affrontements (souvent à raison d'un par round), Last Round fait office de vilain petit canard. Et quand bien même de nouveaux personnages son inclus d'office dans cette version (notez la présence de Raidou et d'une petite nouvelle nommée Honoka), difficile de voir en ce "round final" l'aboutissement du cinquième épisode. D'ailleurs, certains ne manqueront pas de souligner l'appellation trompeuse du titre, promettant un jeu complet alors que le menu d'accueil vous invite sans vergogne à passer par la case DLC.

Il faut s'interroger sur la nécessité de changer le design, les héroïnes font encore trop "poupées".

L'anecdote

Je lance Dead or Alive 5 : Last Round et j'arrive sur un drôle d'écran me disant que je peux transférer ma sauvegarde du jeu 360 sur Xbox One. Mais attention : si je passe ce menu, la manipulation ne sera plus possible. Je décide donc de me renseigner sur internet, et j'apprends qu'il est bel et bien possible de mettre à jour Ultimate vers Last Round pour transférer la sauvegarde sur la nouvelle génération de consoles. Je m'empresse d'allumer ma Xbox 360 afin d'effectuer la tâche en question. Une fois Last Round lancé sur 360, un nouveau menu apparaît : "Avant de jouer, veuillez télécharger les packs suivants, blablabla". Je passe le menu afin de télécharger les DLC indiqués. L'occasion, soit dit en passant, de s'apercevoir que Dead or Alive 5 compte pas moins de 437 contenus téléchargeables présents sur le Xbox Live. No comment.

Une fois les téléchargements terminés, je me retrouve de nouveau sur le menu d'accueil et je remarque une petite inscription en anglais pour le moins sympathique : "Attention, si jamais, lors de la mise à jour, un écran apparaît pour vous demander de télécharger un pack, n'appuyez surtout pas sur A pour passer l'écran... sous peine de perdre vos sauvegardes". C'est ainsi que j'ai perdu toutes mes sauvegardes d'Ultimate, incluant les célèbres "bikinis légendaires" si difficiles à obtenir. Cette perte de sauvegarde, c'est le parfait exemple de l'état d'esprit animant cette mouture finie n'importe comment. Pourtant, Dieu sait que j'aime cette série et notamment Dead or Alive 5, au point, encore récemment, d'avoir acheté la version Vita afin d'y jouer partout. Non, décidément, Last Round est un coup de poignard dans le dos des fans de la série.
Les Plus
  • Du 60 images/seconde
  • Les persos en DLC d'Ultimate présents d'office, et deux nouveaux
  • Les bases de Dead or Alive 5
Les Moins
  • Mais des saccades
  • Les soucis liés au online
  • Le transfert de sauvegarde, catastrophique
  • Des DLC pour une version intitulée Last Round, sérieusement ?
  • Le minimum sur le plan graphique