Just Dance 2015

05 nov. 2014
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 23 octobre 2014
  • Genre Musical

Et tu danses, danses, danses... ce refrain qui ne te plait plus

Les années se suivent et se ressemblent. Après un Just Dance 2014 illustrant une licence fatiguée, Just Dance 2015 est caractéristique d'une franchise à bout de souffle. Entre sa playlist orientée pop mais aux chorégraphies en dents de scie, et l'absence globale de nouveauté, Just Dance 2015 donne juste l'impression d'actionner la machine à billets. Certes, le titre ajoute du communautaire grâce à un partage de vidéo bienvenu (encore que...) mais difficile de conseiller un jeu vendu plein pot et disposant de si peu d'audace. La série semble plus que jamais se reposer sur ses acquis - relatifs quand on pense à la gestion de Kinect - et Ubisoft devrait prendre garde à ne pas laisser les fans de la première heure détourner leurs regards vers des horizons plus rafraichissants. En espérant que l'éditeur français parviendra à mettre un vrai coup de fouet à sa franchise l'an prochain, sans quoi le Rédac' Chef de Gamatomic risquerait de passer un mauvais week-end.

Il est étrange que le Rédac' Chef m'ait confié ce test. En effet, il adore les titres conviviaux et s'est toujours occupé de Just Dance. Cela dit, la licence compte pas moins d'une dizaine de jeux. Alors, fatigué le chef ? Naïf, j'ai préféré croire que son choix était dû à l'arrivée du jeu sur Xbox One, et qu'il préférait garder sa virginité next-gen pour la belle Lara Croft (la vraie femme de sa vie). Bref, j'ai testé Just Dance 2015.

Le principe

Une fois n'est pas coutume, disons deux mots sur la playlist de ce cru 2014. Bien que les chansons soient assez sympathiques musicalement parlant, c'est du côté des différentes chorégraphies que la qualité pêche, allant du plutôt réussi au clairement décevant. Entre la chorégraphie inspirée de Tetris ou la platitude de celle de Let It Go (La Reine des Neiges), il est un constat terrible : pâtissant déjà de la comparaison avec Dance Central il y a quatre ans (jugé à la fois plus pédagogue et mature), la série semble prendre un virage pour le moins extrême. L'abondance d'artistes pop (Lady Gaga, Rihanna, Katy Perry, One Direction, etc.) ou de délires festifs tranche inévitablement avec l'absence de musiques dites plus "sérieuses" (exit le rock). Ainsi, Just Dance 2015 peinera inévitablement à rassembler les pisse-froids réfractaires à la déconne (ou au ridicule, c'est selon). En un sens, le titre semble avoir perdu l'une des bases fondamentales des jeux conviviaux pourtant posée (en quelque sorte) par SingStar au début des années 2000 : la faculté à rassembler.

Si bien que la cible du jeu n'est plus tant le commun des joueurs que les enfants (nous y reviendrons plus tard). C'est d'autant plus le cas que, niveau gameplay, rien n'a bougé sur la nouvelle génération de consoles. Comprendre par là que le titre met une fois de plus le challenge au second plan, la faute à une détection de mouvement toujours aussi permissive. Comme un aveux de faiblesse, Just Dance 2015 permet de remplacer Kinect par son mobile, grâce à une application disponible sous peu. Vous achetez un jeu destiné à Kinect, on vous propose de danser avec votre téléphone comme avec une wiimote sur Wii... cherchez l'erreur. Alors que la plupart des épisodes Wii doivent être trouvables pour une bouchée de pain, le choix semble évident (en tout cas pour un possesseur de la console de Nintendo).

Rassurez-vous, vous n'êtes pas (encore) obligés de porter ce genre de costumes. C'est déjà ça.

Pour qui ?

Just Dance 2015 se destine donc à deux types de joueurs. Premièrement les enfants, qui étaient déjà les premiers à se déhancher avec amusement sur les stands animant des grandes surfaces en 2009. Ensuite, et c'est là où le bas blesse, Just Dance 2015 n'est plus tant un rival pour les autres jeux Kinect qu'un concurrent de Time's Up, jeu de société pas forcément très fin. Pourquoi cette remarque ? Tout bonnement car le titre d'Ubisoft est lui aussi devenu un prétexte à la déconne plutôt qu'un véritable concept ludique.

Le partage de vidéos a parfois quelque chose de déroutant.

Le multi

Côté multi, la nouveauté réside surtout dans un nouveau système d'édition et de partage de vidéos. Après chaque chorégraphie, le jeu vous propose d'éditer un enregistrement de votre prestation en y appliquant des filtres graphiques. Une fois édité, partagez-le avec la communauté Just Dance et vous serez peut-être sélectionner pour participer au Community Remix - les adversaires vous voient danser plutôt que des avatars - et pourquoi pas intégrer une vidéo montée par Ubisoft. Bien que l'idée soit sympa, il est tout de même légitime de se poser des questions sur la démarche initiale, surtout que le titre est destiné aux mineurs. Pas sûr que les parents apprécieront de voir leurs gamins partager des vidéos sur internet. En dehors de cela, on retiendra surtout la possibilité d'affronter des fantômes d'autres joueurs, notamment des stars.

Pharrell, Miley Cyrus, Enrique Iglesias, One Direction, Stromae... Presque tout pour la jeunesse

L'anecdote

Avec sa quarantaine de chansons toutes plus ou moins dans la même veine, Just Dance 2015 semble également adopter un modèle un peu désuet. Plutôt que de cumuler les disques de jeu, on préférerait peut-être quelque chose de plus moderne, comme une version téléchargeable proposée à prix réduit et qui mettrait en avant les chansons téléchargeables. C'est d'ailleurs le choix opéré par Dance Central Spotlight, et dans une moindre mesure SingStar Ultimate Party.
Les Plus
  • Quelques chorégraphies sympathiques...
  • Les rares ajouts
Les Moins
  • .. d'autres qui frisent le carton rouge
  • La permissivité, encore et toujours
  • Une playlist qui manque un peu de variété
  • L'impression de repasser à la caisse seulement pour 40 chansons
  • Ce sentiment d'avoir fait le tour de la licence, au moins trois fois de trop