Vous avez demandé Fire Department 2, ne quittez pas !

20 janv. 2005
Testé par fâcheux sur
Disponible sur

Globalement, donc, Fire Department 2 est un jeu qui saura vous scotcher quelques heures devant votre PC pour peu que vous ne soyez pas trop regardant sur les qualités techniques du soft. Il y a bien sûr un mode mulijoueur, mais réduit à sa plus simple expression : le mode coopératif sur les mêmes maps de la campagne solo. Rien d'explosif donc. Un bon moment quand même, sympathique sur une petite semaine quand les RTS à la mode commencent à nous user avec leur tanks et autres catapultes.

Voilà que le père noël est passé. Au pied du sapin, pour ceux qui ont été sages, vous aurez sûrement été livrés en blockbusters du jeu vidéo. Oui, on pense à Half-Life 2 ou encore à L'Ame du Guerrier mais avez vous pensé à commander Fire Department 2. Ah, je vous vois venir ! Quoi ? Encore un RTS, chiant comme la mort ? Tss tss. Fire Department, effectivement n'est pas de la race des Seigneurs du RTS et bien des efforts auraient été nécessaires pour que ce soit le cas. Pourtant, voilà une boîte (Montecristo) sans trop de moyens qui nous balance un jeu éminement sympathique, très prenant et agréable à jouer.

Où l'on se fait les muscles, les reflexes et un vrai corps d'athlète

Pour mémoire, rappellons que dans Fire Department 2, on dirige une escouade de soldats du feu. Oui, cette catégorie de soldats dont la mission est de sauver plutôt que de flinguer à tout va. On se souvient avec émotion que lors des attentats contre les Twin Towers ces hommes qui se jetaient sans arrière-pensée dans les forges de Vulcain. Et bien voilà, dans Fire Department 2, on va pouvoir sauver de la vie virtuelle, du pixel en flammes avant que de songer à signer un véritable contrat auprès des Sapeurs-Pompiers de France ou d'ailleurs. Très vite ensuite, vous êtes appelés pour votre première mission. Comme on le constate vite, les missions sont plus ou moins liées entre elles et un scénario mince comme un fil à pêche sert de prétexte à des mini-campagnes. Tout ça classé en fonction des terrains (urbain, rural, forestier, usines...). Il y a bien des mini-vidéos, assez mal fichues, mais qu'importe, on se lance dans l'aventure. Et le truc, c'est qu'on y éprouve un certain plaisir à defaut d'un plaisir certain.

Allo, les pompiers? Oui, voilà, j'ai jeté ma clope dans une usine pétro-chimique. Bon, le boss est enfermé dedans, ça me gêne pas trop, mais il ya aussi sa ravissante secrétaire, si vous pouviez faire quelque chose, ça m'arrangerait.

Voilà, c'est souvent ce genre de grosse boulette qui met le feu aux poudres s'il on peut dire. Le tutorial est rapide où vous apprendrez le b-a-ba du métier : savoir distinguer les différents types de feu (puisque chacun d'entre eux demande un traitement particulier), utiliser les véhicules intelligement et surtout adapter sa tactique sur le terrain pour éviter d'envenimer les catastrophes.
 

Où il faut venir en aide aux pompiers eux-mêmes

On a reproché à Fire Department d'être assez difficile (cela varie en fonction des missions bien sûr). Et c'est plutôt vrai. Pour lutter contre le feu, on dispose au départ d'une caserne. Généralement, on a un camion-échelle ou un camion-pompe, une ambulance, et nos valeureux soldats (entre 4 et 6). Dès lors, ils vous appartient de lutter efficacement et pour cela d'utiliser votre maigre escouade au mieux. Il faut avouer aussi que l'intelligence artificielle de nos pixels en cuir n'est pas transcendante. Ainsi, il n'est par rare de voir l'un des membres de l'escouade en train de s'épousseter tranquillement la veste alors qu'à deux pas de là, un civil meurt dans d'atroces grésillements. Frustrant n'est-ce pas. Alors voilà, il va falloir “micro-manager”. Bon, ce n'est pas infaisable là, hein. Rien à voir avec WarCraft III, inutile d'avoir plusieurs mains. Un peu d'attention, de concentration sur les messages sonores, et ça passe. Après quelques tentatives malheureuses et la perte d'innocents civils, on recommence et on fait gaffe à ne pas répeter les mêmes erreurs. Surtout qu'une tactique assez payante consiste souvent à éviter que le feu ne se propage aux alentours. Et, croyez en votre serviteur, ça flambe vite un quartier. D'autant plus vite que le soft est scripté jusqu'au trognon.
 

Où il faut se montrer rapide et, dans la mesure du possible, efficace

Oui, rapide parce qu'il y va de la vie (virtuelle) de nos braves civils. Efficace car le jeu est scripté comme un épisode de Santa-Barbara et, dans la mesure où il y a des objectifs à remplir, il est de l'intérêt du joueur de faire ce qu'on lui demande dans les plus brefs délais. Autrement dit, si l'ordre est de sauver tel ou tel civil, d'éteindre tel ou tel feu en particulier, exécutez-vous au plus vite. A défaut, la map risque bien de devenir injouable et infernale. D'autant plus que si l'interface est réduite à sa plus simple expression, il n'est pas toujours facile d'identifier au premier coup d'oeil le spécialiste requis. Il eut fallu rendre les choses plus facile de ce point de vue. Rageant de chercher partout dans la barre de l'escouade votre technicien alors qu'un feu électrique menace de ce déclencher.Après quelques parties on se sent tout de même mieux. De là à dire que c'est intuitif...
 

Où pourtant, on remet le couvert malgré les défauts du jeu :

Les quelques bugs du jeu sont irritants, c'est vrai : problèmes de transparence, pathfinding à la limite du supportable, IA yoyotante...Pourtant, le principe est attachant et on finit par pardonner au soft ses quelques défauts. Vous me retorquerez que c'est le second opus, que les choses auraient pu être peaufinées et vous aurez raison. Malgré tout, on continue de jouer. Peut-être parce qu'on a envie de savoir comment on se débrouillera avec nos ptits bonhommes dans des situations variées, face à des dangers qui sont communs et que l'on regarde toujours avec stupéfaction dans la vie quotidienne sans s'y affronter. Et puis quoi bon sang ! Ici l'action est immédiate, pas de ressources à collecter, pas de tergiversations tactiques, c'est tout de suite sans rechigner. Les maps sont sympathiques et relativement grandes pour occuper quelques heures. Bon c'est pas une débauche d'effets spéciaux, c'est vrai, mais ça passe bien. Et puis, niveau ressources PC, pas la peine d'avoir une bête de course non plus.