Wonderbook : Diggs Détective Privé

02 sept. 2013
Testé par sur
Disponible sur
2

Une coquille vide ?

S'il propose une bonne ambiance, de celle des polars chers à ceux qui connaissent Humphrey Bogart par exemple, Wonderbook : Diggs Détective Privé n'en reste pas moins un jeu vidéo au gameplay trop basique pour captiver même les plus jeunes. Dans de telles conditions, la faible durée de vie n'est même plus un problème. Dommage, l'histoire originale, la technique très réussie et un souci d'emballage flagrant méritaient pourtant une expérience ludique plus motivante.

Entre la Kinect de Microsoft et le WiiU Gamepad de Nintendo, Sony pouvait paraître un peu dépassé question "nouvelles façons de jouer". Mais ça, c'était sans compter l'arrivée du Wonderbook ! Après Le Livre des Sorts et son ambiance Harry Potter, voici Diggs Détective Privé, une enquête policière un poil plus mature mais qui ne la destine pas pour autant aux joueurs plus âgés.

L'histoire

Humpty Dumpty, une célèbre et richissime tête d’œuf de Bibliopolis, vient de s'écraser sur le bitume. La chute n'est évidemment pas accidentelle. Empêtrée dans les morceaux de coquilles, la police locale a bien du mal à séparer le blanc des jaunes dans cette sombre affaire d’omelette. Heureusement, il existe en ville un détective privé répondant au nom de Diggs, asticot de son état mais également rat de bibliothèque de réputation. Ça tombe bien : des pages entières des meilleures histoires de la ville ont disparu. Voilà qui devrait doublement le motiver à résoudre ce mystère.

Penchez à droite, puis à gauche. Et recommencez...

Le principe

Comme son nom l'indique, Wonderbook : Diggs Détective Privé utilise la technologie du Wonderbook. Pour y jouer, il vous faut donc ce fameux livre, une caméra PlayStation Eye ainsi qu'une manette de détection de mouvements PlayStation Move. Une fois ce matériel réuni et disposé au bon endroit, il s'agit pour vous d'aider Diggs dans son enquête, principalement en tournant les pages du Wonderbook et en le remuant parfois dans tous les sens. Côté gameplay, même si les situations se veulent variées, vous allez vite les trouver redondantes. Par exemple, contrairement au Livre des Sorts, la manette PS Move n'est quasiment jamais utilisée. Et avec une durée de vie plutôt faible (une poignée d'heures), remuer un livre sur un tapis devant une télévision, ce n'est malheureusement pas ce qui se fait de mieux en matière de plaisir ludique. Même pour de jeunes enfants.

L'ambiance polar est très bien rendue.

Pour qui ?

La cible de Wonderbook : Diggs Détective Privé n'est pas si facile à cerner. S'adressant a priori aux plus jeunes, comme c'était le cas du Livre des Sorts, le jeu utilise pourtant une ambiance relativement mature avec des références polar un peu difficiles à appréhender pour un jeune joueur. Par contre si cet univers pourra susciter l'intérêt des parents qui souhaitent accompagner leurs enfants dans la découverte de cette aventure, le gameplay utilisé, très basique, aura vite fait de les démotiver.

L'anecdote

Sous ses faux airs de polar pour les grands, Wonderbook : Diggs Détective Privé fait régulièrement - et astucieusement - référence aux contes pour enfants. Au cours de votre enquête, vous allez ainsi croiser Humpty Dumpty (Alice aux Pays des Merveilles), les trois petits cochons, la petite bergère sans son ramoneur, etc. Pour tromper l'ennui du gameplay, amusez-vous donc à reconnaitre tous les personnages cachés !
Les Plus
  • Une mise en scène sympathique
  • Des personnages originaux
  • Un emballage sonore travaillé
  • Une technique Wonderbook toujours impressionnante
Les Moins
  • Un gameplay très basique
  • Un déroulement en demi-teinte
  • Une manette PS Move qui ne sert à rien ou presque