Far Cry 3 : grain de génie pour jeu de folie

30 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4

Far Cry 3 fait bien mieux que son prédécesseur. Jouissant d'une liberté justifiée et discrète (les ficelles ne sont pas aussi grosses que dans Far Cry 2), le titre d'Ubisoft est représentatif des jeux actuels. Certes, on n'atteint pas le brio de Dishonored, notamment pour ce qui est de l'immersion et l'implication du joueur, mais le tout est assez solide pour convaincre les fans de FPS et d'aventure. Plus soignée que par le passé, l'ambiance y est aussi pour beaucoup. Bien que le multijoueur soit sympathique mais sans plus, le jeu brille par la richesse de son contenu et la taille de la carte. Si vous avez été déçus par Far Cry 2, ce troisième volet, surprise inespérée, pourrait bien vous réconcilier avec la série.

Que retenir de Far Cry ? Le premier volet, en son temps resplendissant, ou sa suite, magnifique sur le plan technique mais saccagée par les scripts et une narration ennuyeuse. A cette question, Ubisoft répond par Far Cry 3, épisode censé mettre tout le monde d'accord.

Parfois à la limite de la folie, les personnages secondaires sont très réussis.

Otage des graphismes

Commençons par le scénario. Far Cry 3 vous place dans la peau de Jason, un touriste venu s'éclater sur une île paradisiaque du pacifique avec ses amis. C'est à la suite d'un saut en parachute mal préparé qu'il se retrouve pris en otage par Vaas, le leader d'une faction prenant part à une véritable guerre civile. Parvenant à s'échapper tant bien que mal, il perd son frère dans la bataille. Dès lors, il ne lui reste plus qu'une idée en tête : le venger et sauver ses amis toujours détenus par ses ravisseurs. Derrière son histoire assez convenue, Far Cry 3 développe plutôt bien ses personnages tous plus fous les uns que les autres. C'est d'autant plus intéressant que la mise en scène jouit de subtils éclats donnant du relief à certains passages. Un constat renforcé par quelques musiques réussies, un doublage excellent et des graphismes qui convainquent sans surprendre. Bien que jolie, cette version console n'est pas exempte de défauts : clipping, freeze et scintillement se font globalement ressentir. La dynamique des couleurs, allant du vert flashy des plantes au noir des ombres, n'arrange pas forcément les choses. Le jeu reste globalement joli mais n'est peut-être pas la claque technique espérée. Relativisons tout de même ce constat : nous arrivons en fin de génération et il est de plus en plus difficile de nous en mettre plein les yeux.

Les amateurs d'action devraient y trouver leur compte.

Snake Eater, enfin presque

Si Far Cry 3 se différencie de son prédécesseur, c'est surtout en matière de profondeur et de rythme. Se situant dans un environnement ouvert, le jeu vous incite à chasser de nombreux animaux dans le but d'acquérir des améliorations d'équipement : sacs plus ou moins grands, bandoulières et carquois à la contenance variable, portefeuille permettant de conserver plus ou moins d'argent... Les possibilités sont nombreuses et l'aspect "survie" est assez marqué. Un sentiment accentué par la présence de plantes nécessaires à la confection de seringues améliorant vos aptitudes. A cela vient s'ajouter des compétences à glaner au fil de l'aventure via un système de points de capacité à répartir. Tout cela ne sera pas de trop pour venir à bout des ennemis présents sur votre route. Le jeu reprend d'ailleurs le système de postes de garde déjà aperçu dans Far Cry 2, vous permettant de réduire les forces opposantes à mesure que vous progressez. Si l'intelligence artificielle laisse une fois de plus dubitatif, les scripts se font globalement moins présents, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Enfin, un détail mais non des moindre : il vous est nécessaire de saboter des antennes relais pour avoir accès aux cartes des zones parcourues. Un point qui a son importance puisque ces cartes donnent souvent des informations favorisant votre progression, à commencer par la présence de tel ou tel type d'animaux.

Bonne nouvelle : la propagation des flammes est identique à celle de Far Cry 2.

Un vrai goût de liberté

La où Far Cry 3 remplit plutôt bien son contrat, en particulier si on le compare à Far Cry 2, c'est dans le sentiment de liberté qu'il procure. Dans la mouvance des jeux actuels, le titre d'Ubisoft vous donne la possibilité de chasser comme bon vous semble, d'atteindre les antennes relais ou non ou d'utiliser les véhicules si nécessaire. Alors que les adeptes de la survie et des améliorations aimeront parcourir les vastes étendues à pieds pour trouver du gibier, les fanas de bagnoles et quads partiront pour de folles traversées jonchées d'action. Évidemment, tout cela se fait sans que vous vous en rendiez vraiment compte, en fonction de votre style de jeu : à vous de choisir entre Rambo ou Expandables... Ou les deux. Tout cela trouve écho dans l'arsenal, globalement identique à celui de Far Cry 2, ainsi que dans les habituelles éliminations furtives. De ce point de vue, les habitués de la série ne devraient pas être dépaysés.

Le multi reprend le système de classe et d'expérience de Call of Duty. Pour changer.

Un contenu conséquent

Pour utiliser toutes ces armes et compétences, il fallait une interface particulièrement efficace. C'est le cas puisque chaque action entreprise s'avère être particulièrement intuitive, qu'il s'agisse d'éliminer des adversaires, de jeter des cailloux pour attirer leur attention ou de les prendre en photos pour répertorier leurs rondes. A vrai dire, le seul à-côté un peu regrettable se situe dans la gestion des sauvegardes et checkpoints. Ne disposant pas de sauvegardes automatiques, le jeu est parfois un peu fastidieux. Certaines missions nécessite, une fois ratées, de les recommencer depuis le début. Sympa lorsque le jeu plante. Bien que l'aventure soit particulièrement longue (une quinzaine d'heures sans trop flâner et sans compter les quêtes annexes), Far Cry 3 dispose aussi d'un mode multijoueur. Semblable à celui du précédent volet, il comprend divers modes de jeu dont certains nécessitant l'utilisation d'incendies. Pas de quoi sauter au plafond, la faute à des dégâts abusifs, mais de quoi se divertir quelques heures (surtout pour les plus courageux qui pourront créer leur propres maps). A vrai dire, pour trouver de la nouveauté au niveau du multi, il faut plutôt se tourner vers le jeu en coopération proposant des missions exclusives. Jouable en local, ce pan se révèle sympathique.
Les Plus
  • Très joli...
  • Une ambiance réussie
  • Quelques coups d'éclat
  • Un rythme bien mieux maîtrisé (au revoir les trajets interminables)
  • Un vrai sentiment de liberté
  • L'impression d'un monde plus vivant
  • Des personnages excellents
  • Un multi tout de même sympathique
Les Moins
  • ... mais imparfait
  • Une IA toujours faiblarde
  • Le multi pourrait être encore meilleur
  • Des musiques qui passent du tout au tout