La Maison du Style 2 by Carnimolla

26 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 16 novembre 2012
  • Genre Gestion

Nouveau look pour une nouvelle console. Tout en conservant les bases de son aîné, La Nouvelle Maison du Style bonifie la recette en y ajoutant quelques nouveautés bien senties. Encore plus rythmé et attachant que son prédécesseur, le titre de Nintendo envoie la faible concurrence à six pieds sous terre. Fort d'un StreetPass sympathique et de l'arrivée de clients masculins, il justifie son existence auprès des possesseurs du premier volet. Terriblement addictif par son concept et son contenu démentiel, La Nouvelle Maison du Style est à conseiller à toutes les Cristina Cordula en herbe... et aux autres.

Si vous me parlez de La Maison du Style, cela éveille en moi de doux souvenirs : c'est le premier jeu que j'ai testé pour Gamatomic. Ce qui passait à mes yeux pour un mini-bizutage (bizarrement, pas grand monde voulait s'coccuper d'un jeu de mode) s'est finalement révélé être une bonne surprise, au point d'attribuer la note maximale à ce jeu destiné aux gamines (ou pas). De ce fait, je n'ai pas honte de le dire : j'ai fait de La Nouvelle Maison du Style l'une de mes priorités de ce mois de novembre. Rien que ça.

Si la 3D n'apporte rien, il est possible de faire apparaître des modèles grâce à la réalité augmentée. Mouais.

Comme tou es belle ma chewie !

En matière d'emballage visuel, le travail effectué sur cette suite est visible dès sa jaquette arborant un design un peu plus adulte. Jeu pour jeunes filles, La Maison du Style semble avoir évolué avec sa cible, comme pour lui souligner que trois ans sont effectivement passés. C'est d'autant plus judicieux que ce deuxième volet sort sur une nouvelle console aux capacités évidemment supérieures. Attention : n'allez pas croire que le ton graphique passe du tout au tout, loin de là même. Mais disons qu'en dépit d'une 3D relief anecdotique, la technique apporte une finesse bienvenue donnant l'illusion d'une évolution en matière de design. Côté scénario, La Nouvelle Maison du Style reste dans la mouvance de son prédécesseur, vous mettant dans la peau d'une vendeuse prête à tout pour satisfaire ses clients (oh, arrêtez de fantasmez !). Toujours aussi légers, les dialogues sont admirablement localisés et n'en font jamais trop, insufflant au jeu un rythme assez soutenu pour éviter l'ennui malgré la répétitivité relative du concept, à savoir conseiller des clientes et vendre des vêtements. L'interface, claire et bien pensée, finit de rendre l'ensemble efficace.

Vivement les femmes rondes, histoire que l'on puisse définitivement conseiller le jeu à William.

Quand les hommes participent à la fête

Niveau gameplay, le jeu reprend les ficelles de son prédécesseur, se basant principalement sur la vente de vêtements, la gestion des stocks et la confection de tenues pour des concours de mode. Toutefois, La Nouvelle Maison du Style se tourne vers l'immersion et la personnalisation, le titre vous proposant, en plus d'habiller votre personnage comme vous l'entendez, de décorer votre appartement ou de boire des verres avec des copines... euh, clientes. Pour ce qui est du multi, les concours se voient accompagnés d'un mode StreetPass vous donnant la possibilité d'échanger votre carte de visite avec d'autres joueuses et d'habiller leurs avatars, tout cela afin de gagner vêtements et points de réputation supplémentaires. Car l'expérience est une fois de plus à la base de votre progression, vous permettant d'appâter la clientèle et d'insuffler des nouveautés qui viennent briser la routine. On s'étonne ainsi, après plusieurs heures de jeu, de constater la présence de clients masculins. Ou comment apporter un vent de fraîcheur lorsque on ne s'y attendait plus. En fin de compte, avec ses centaines d'articles à collectionner, La Nouvelle Maison du Style dispose d'un contenu gargantuesque, à faire pâlir les penderies des animateurs d'émissions de relooking. De longues heures de jeu en perspective.
Les Plus
  • Un design réussi
  • Un contenu hallucinant
  • Un rythme maîtrisé
  • Vous les hommes...
  • Une recette sublimée et addictive
  • Une durée de vie conséquente
  • Le StreetPass/multi local
  • Une interface au top
Les Moins
  • Une 3D relief anecdotique