Toujours pas de poste de titulaire pour PES 2013

28 sept. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Konami
  • Développeur Konami
  • Sortie initiale 20 septembre 2012
  • Genre Sport

PES 2013 n'est pas un mauvais jeu de foot : il pâtit simplement du niveau de la concurrence. Plus accessible, le titre de Konami n'en reste pas moins une alternative à FIFA 13 capable de garder les quelques irréductibles fans de la franchise. Axé sur les attaques placées et offrant quelques "nouveautés" issues du jeu d'Electronic Arts,PES 2013 s'avère agréable à jouer. Nous avons hâte, tout de même, de voir le retour de la franchise sur les futures consoles. Un retour qui à n'en pas douter devrait être savoureux. Car à force de voir la franchise avancer au ralenti, il est impensable que Konami ne nous réserve pas une jolie surprise... Wait and see.

Si vous surfez sur internet, vous êtes peut-être tombés sur cette publicité dans laquelle Christiano Ronaldo arbore un t-shirt sur lequel il est écrit "PES contre le reste du monde". A croire que Konami a de l'humour et de la lucidité, à moins que ce ne soit qu'une maladresse de plus. Pourtant, on a du mal à croire que l'éditeur japonais puisse encore se voiler la face. Depuis PES 6, les fans de la franchise n'ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent et nombreux sont ceux à s'être tournés vers FIFA. Inutile de vous dire que personne ne s'attend aux miracles et que l'on se doute que Konami et Shingo "Seabass" Takatsuka" prépare déjà l'avenir, à savoir le PES de la prochaine génération de console. Toutefois, PES 2013 reste t-il une alternative à FIFA ?

En plein jeu, PES 2013 est plutôt joli. Le constat est un peu plus mitigé lors des ralentis.

Beau de loin

Si PES pouvait, au début de la génération, mettre en avant ses graphismes et la modélisation des joueurs, il n'en va pas de même en 2012. Dommage, par exemple, que les visages des sportifs stagnent depuis quelques années, ainsi que le manque de vie des stades plutôt flagrant. Pour leur part, les animations restent terriblement en retrait par rapport à la concurrence. Mais arrêtons un peu de critiquer, car finalement personne ne s'attendait à un miracle sur le plan technique. Et puis ce n'est pas non plus comme si le résultat était proche du désastre, non, il est juste en dessous de la concurrence. En revanche, l'interface du jeu reste bien moins lourdingue que celle de FIFA. Tout s'effectue avec une grande simplicité, qu'il s'agisse de la navigation dans les menus ou des choix stratégiques. On regrette une fois du plus la disparitions des diagrammes résumant les statistiques des joueurs mais le système de notation générale reste tout-à-fait satisfaisant. De par sa simplicité et l'absence de temps de chargement, l'interface de PES 2013 est toujours aussi engageante. Un bon point pour les adeptes de bonnes soirées entre amis.

Vous pouvez gérer manuellement, en plein jeu, la position d'un joueur annexe.

Calmement

Les mauvaises langues diront que d'une année à l'autre, l'évolution d'un jeu de foot se situe avant tout dans le rythme de l'action. Il est vrai que c'est généralement le changement le plus visible, et aussi bien PES 2013 que FIFA 13 ne risquent pas de faire changer la donne. Alors que le titre d'Electronic Arts accélère son rythme de jeu, celui de Konami se voit un peu plus posé qu'auparavant. Couplé au temps de réaction des joueurs pour faire des passes, bien plus court que dans FIFA, il se dégage du titre de Konami un agréable mélange entre arcade et simulation. Côté frappes, il est regrettable de voir que les tirs sont globalement moins explosifs que par le passé, ce qui rend le jeu légèrement moins spectaculaire. Mais c'est finalement assez logique, car PES 2013 fait la part belle aux attaques placées et aux actions construites (en témoigne la relative inefficacité des corners, centres et têtes). De même, le jeu marque le retour au tout manuel, ce qui devrait plaire aux joueurs les plus expérimentés.

Darren Tullet fait son arrivée aux commentaires. Pas mal mais sans plus.

A jour ou presque

Pour ce qui est du contenu : "on prend les même et on recommence". Rien de véritablement choquant pour autant, surtout qu'il s'agit ici d'un jeu de sport. Estimons-nous déjà heureux, cette année, d'avoir des transferts convenablement mis à jour (malgré quelques retardataires comme Van Persie ou Van der Wiel, évidemment). Ce qui est un peu plus gênant ce sont les caractéristiques des joueurs, ces dernières manquant parfois un peu de sérieux. Puyol 93, Tiene 84, Adebayor 83, Kaka 84, Ronaldo plus fort que Messi... Euh quoi ? Non pas que cela soit gênant une fois manette en main, mais c'est étonnant de voir des gloires d'antan avec des statistiques aussi bonnes aujourd'hui, d'avoir des joueurs parisiens anecdotiques ayant pris autant de points ou de la domination de Ronaldo lorsque l'on sait que celui-ci figure sur la jaquette du titre. En tout cas, cela ne vous empêchera pas de vous éclater entre amis ou sur le mode en ligne, un peu long à la détente lorsqu'il s'agit de trouver des joueurs.
Les Plus
  • Un plaisir bien présent
  • Accessible
  • La part belle à la balle au sol
  • Le tout manuel
  • Une interface claire et plutôt rapide
  • Des transferts relativement à jour
  • Le temps de chargement au lancement du jeu et quelques bugs (version presse ?)
Les Moins
  • La technique stagne et continuera à stagner jusqu'à la prochaine génération
  • Des centres bien trop inefficaces
  • La concurrence est là