Quelle médaille pour Mario & Sonic aux J.O. de Londres 2012 ?

14 févr. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur SEGA
  • Sortie initiale 18 novembre 2011
  • Genre Sport

Difficile de reprocher quelque chose à ce Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Londres 2012. Si vous voulez vraiment qu'on chipote, soulignons le surplus de blabla du mode Histoire ou le manque de didactique de certaines épreuves, mais ça serait oublier les multiples atouts de cet épisode. Profitant d'une technique logiquement revue à la hausse, d'une 3D sympathique et d'un contenu assez gargantuesque (aussi bien seul qu'à plusieurs), Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Londres 2012 fait office de jeu de premier choix pour tout possesseur de 3DS, surtout que les jeux conviviaux sont encore assez rares sur la dernière née de Nintendo.

La recette est connue : des personnages de Mario, d'autres de Sonic, les Jeux Olympiques et plein d'épreuves en tout genre pour s'amuser. Par conséquent, l'objectif de cet épisode (déjà sorti sur Wii en fin d'année dernière) était de tenir son rang, surtout que celui-ci est le premier à voir le jour sur la 3DS de Nintendo. Et autant le dire tout de suite, Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Londres 2012 ne déçoit pas.

Londres dans la brume, normal ?

Les angles de caméra favorisent une 3D franchement sympathique.
Ce sont surtout les apports techniques de cette version 3DS qui étaient attendus, et ce notamment grâce à la 3D relief. Les graphismes, forcément plus fins que ceux des volets précédents, s'approchent de la version Wii tandis que les angles de caméra permettent une 3D à la profondeur aussi sympathique que non-agressive. Une bonne chose donc, surtout que l'interface et tout le tintouin sont des plus agréables à parcourir. Autant de points qui vous poussent à jouer avec la 3D activée et non en 2D. Un confort visuel de tout instant qui met plutôt bien en valeur l'aventure, car Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Londres 2012 possède un mode Histoire particulièrement plaisant. A la veille des J.O., le Docteur Robotnik et Bowser, non invités aux festivités, fomentent un plan pour semer le trouble au sein de la ville. De la brume et des clones de nos héros font alors leur apparition dans Londres. Sonic, Mario et leurs amis vont faire leur possible pour résoudre ce mystère et permettre aux J.O. de se dérouler de la meilleure façon qu'il soit. Vous aurez donc compris que l'histoire de ce mode solo est assez enfantine, pourtant, ses dialogues assez (trop ?) nombreux, leur mise en scène et la durée de l'aventure (cinq heures) montrent une volonté certaine de bien faire.

Le record du monde de disciplines

Malgré son air effrayant, le bicross fait partie des épreuves réussies de cet épisode.
A force de se développer, la franchise de SEGA parvient sans difficulté à sortir son épingle du jeu en matière de mini-jeux. Accrochez-vous bien car ce n'est pas moins d'une soixantaine d'épreuves qui vous attendent. Certes, quelques unes d’entre elles se ressemblent, mais le nombre de disciplines force tout de même le respect. Athlétisme, sports nautiques, en salle, de contact, de raquette, gymnastique, cyclisme, équitation, tir, multi-épreuves et j'en passe : autant de catégories bien définies et qui vous occuperont un bon bout de temps. Évidemment, chaque épreuve se joue à sa manière. Si pas mal d'entre elles reposent sur le matraquage de bouton, d'autres nécessitent d'utiliser le stylet, de reproduire des suites de touches, de suivre une trajectoire ou encore de souffler sur la console. A vrai dire, seules quelques épreuves s'avèrent réellement mauvaises (le lancer de marteau avec la fonction gyroscopique de la console) et même les disciplines peu passionnantes sont en général un minimum bien pensées. Comme souvent avec ce type de jeu, le tout prend une autre dimension en multijoueur. Ici, pas la peine d'avoir mille cartouches car le titre profite pleinement du partage de jeu. Un détail qui laisse définitivement penser qu'il est difficile de faire véritablement mieux que cette version 3DS, aussi bien en terme de solo que de multi.
Les Plus
  • Plutôt joli
  • Le mode Histoire
  • Des épreuves en-veux-tu-en-voilà
  • Le partage de jeu en multi
  • Globalement, parfaitement adapté à la console
Les Moins
  • Quelques épreuves un cran en dessous