Mission ratée pour Resident Evil : The Mercenaries 3D

29 juil. 2011
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 1 juillet 2011
  • Genres Action, Aventure, Survival

Un mode bonus vendu plein tarif, voilà comment résumer ce Resident Evil : The Mercenaries 3D. Avec sa technique décevante et son contenu plus que limité, impossible de conseiller ce jeu. Et si les personnages à l'armement spécifique ainsi que la jouabilité plutôt bien adaptée peuvent faire illusion, ce n'est pas plus de quelques minutes, le temps de se rendre compte que l'intérêt du titre est nul. Dommage, car l'apparition d'une tel franchise sur la portable de Nintendo avait de quoi susciter des espoirs. Force est de constater que nous devront encore patienter pour avoir un opus digne de ce nom sur 3DS.

Un Resident Evil sur 3DS, ça fait saliver n'est-ce pas ? Oui, bah ne vous emballez pas, car derrière ce Resident Evil : The Mercenaries 3D se cache seulement un mode bonus bien connu des fans des derniers épisodes de la saga. Pas de vrai survival-horror pour l'instant donc, mais peut-être un bon shoot en 3D pour la dernière née de Nintendo. Hein ? Quoi ? Comment ça je mens très mal ? Bon, certes.

Service plus que minimum

Heureusement, la belle Claire Redfield fait partie du casting.
Commençons par rappeler le principe du mode "Mercenaries" de Resident Evil : survivre à des vagues d'ennemis successives en leur explosant la tronche bien comme il faut. Oui, pas la peine de chercher un quelconque but à tout cela, et l'absence de scénario est d'ailleurs là pour nous le rappeler. Le principe fait donc très brut de décoffrage, un peu comme la structure de ce Resident Evil : The Mercenaries 3D soit dit en passant. A vrai dire, le jeu se résume à une succession de missions ni forcément longues, ni forcément diversifiées. Ainsi, une petite dizaine d'arènes issues des quatrième et cinquième volet de la série est présente, avec pas mal de recyclage en prime. Heureusement, le casting de la franchise, qu'il concerne les personnages principaux ou les ennemis, est bel et bien de la partie. Enfin si on veut, car les héros se réduisent finalement au nombre de huit, et certaines icônes de la série sont anormalement absentes. Autant vous dire que niveau durée de vie, il faut repasser ; et lorsque l'on voit le prix de la cartouche (celle-ci étant vendue plein pot), il est déjà impensable de conseiller un jeu au contenu si rachitique. Et ce n'est certainement pas la démo bonus de Resident Evil : Revelations qui y changera quelque chose, celle-ci étant aussi peu avancée que courte (trois minutes montre en main).

3D sans intérêt et jouabilité assez bien adaptée

Le bestiaire est surtout issu de Resident Evil 4 et 5.
De plus, le jeu peine également à convaincre sur le plan technique. Petites, les arènes en restent pas moins relativement vides et chiches en animations. Et si la modélisation de notre personnage est assez réussie, on s'étonne de voir le jeu ramer quand il n'y a que quelques ennemis à l'écran, surtout lorsque la 3D relief est activée. Dès lors, l'utilité du procédé propre à la console est quasi-nul. En revanche, côté gameplay, le résultat est plutôt convaincant, avec une adaptation des derniers volets de salon avec un minimum de concession. En fait, ce Resident Evil : The Mercenaries 3D a le mérite de nous prouver une chose : la relative capacité de la console de Nintendo à pouvoir supporter la jouabilité d'un vrai épisode de Resident Evil. Une preuve de plus, avec des titres comme The Legend of Zelda : Ocarina of Time et Dead or Alive : Dimensions, que le jeu sur consoles portables entre vraiment dans une nouvelle ère.
Les Plus
  • Jouabilité plutôt bien adaptée
Les Moins
  • Service minimum niveau contenu
  • Des ralentissements même quand il y a peu d'ennemis
  • Une 3D anecdotique
  • Il manque des héros
  • Un mode bonus vendu pour une quarantaine d'euros : mais où va t-on là ?