Samurai Warriors : Chronicles, repos chronique ?

18 avr. 2011
Testé par sur
Disponible sur
2

Comme on pouvait s'y attendre, Samurai Warriors : Chronicles ne révolutionne en rien la série. De plus en plus vieillissante, la recette de Dynasty Warrior peine une fois de plus à convaincre, d'autant plus qu'on est sur console portable. Ainsi, aucun effort n'a été fait pour revoir la structure même de la franchise et l'adapter sur 3DS. Une 3D plus que dispensable et un système de switch efficace mais qui n'apporte tout de même pas grand chose constituent les seuls nouveautés de cette mouture. Au final, vous aurez surtout l'impression de jouer à une sous-version des épisodes de salon. Un constat qui pourrait en satisfaire certains mais qui révèle une certaine fainéantise.

Pendant japonais de la série Dynastie Warrior, Samurai Warrior est la licence choisi par Koei pour accompagner le lancement de la 3DS. Samurai Warriors : Chronicles marque t-il un renouveau pour une recette qui semble toujours perdre un peu plus de sa saveur au fil des épisodes ? Pas si sûr...

Techniquement, le jeu n'est pas très convaincant mais la modélisation des personnages lors des dialogues est sympathique.

De la 3D pour des guerriers

La différence entre Dynasty Warrior et Samurai Warrior ? Le cadre. En effet, le second se passe au Japon tandis que la franchise d'origine nous fait parcourir la Chine via son le récit des Trois Royaumes. Samurai Warriors : Chronicles nous emmène donc sur les champs de bataille japonais, aux commandes d'un avatar nommé par vos soins et sous les ordre de guerriers japonais de renom. Si le principe et la progression sont bien connus, la mauvaise surprise vient de l'absence de localisation française. Par conséquent et bien que le doublage japonais soit réussi, les non-anglophones peuvent dire au revoir au background et devront se contenter de combattre bêtement, en s'aidant de la carte mise à leur disposition. Pour les autres, l'histoire est toujours aussi complète, vous permettant de contrôler plusieurs dizaines de guerriers aux caractéristiques et pouvoirs spécifiques. Côté technique, le titre de Koei est tout juste satisfaisant. Si le jeu est assez agréable à regarder, on sent que la 3DS en a bien plus sous l'écran. Pour sa part, la 3D se révèle être assez dispensable, en particulier lors des batailles où l'effet de profondeur reste assez anecdotique comparé à d'autres jeux. En revanche, les cinématiques (notamment celle d'introduction) et la modélisation des personnages lors des phases de dialogues sont plutôt convaincantes. C'est toujours ça de pris.

Situé sur l'écran tactile, la carte vous permet de changer de personnage en sélectionnant son portrait.

Des nouveautés ? Presque...

En ce qui concerne le gameplay, nous nous retrouvons avec le système bien connu des Warriors. Le but est donc toujours de taper tout ce qui bouge, en faisant fi d'une caméra calamiteuse, aussi bien pour défoncer de l'ennemi en bonne et due forme que pour défendre des positions. Comme toujours, chaque adversaire défait vous rapporte de l'expérience, et parfois des armes et objets à équiper sur vos personnages. Non, vraiment, pas grand chose de neuf à se mettre sous les pouces, si ce n'est un système de switch vous permettant de changer instantanément de personnage via une carte. Plutôt pratique lorsque les objectifs changent du tout au tout, même si on aurait préféré que les développeurs se focalisent sur le rythme de jeu, pas vraiment adapté au support portable. Pour le reste, on note la présence de fonctionnalité StreetPass et SpotPass, vous permettant respectivement de combattre des passants dans la rue en formant des armées et de télécharger des histoires. Sympa. En revanche, aucun signe de mode multijoueur à proprement parler. Niveau durée de vie, Samurai Warriors : Chronicles s'en sort logiquement bien, comme ses ancêtres, et les dialogues interactifs (à rallonge) pourraient bien attiser la curiosité des plus curieux.
Les Plus
  • Peu de jeux d'action sur 3DS pour l'instant
  • Background assez riche
  • Les fans s'y retrouveront sûrement
  • Fonctionnalités StreetPass et SpotPass
Les Moins
  • Ça tourne définitivement en rond (aussi bien la licence que le jeu)
  • En anglais seulement
  • 3D dispensable
  • Pas de multi
  • Structure non adaptée au jeu sur console portable