Get Fit With Mel B : "Mort à la graisse !"

27 déc. 2010
Testé par sur
Disponible sur
3

Get Fit With Mel B est un titre assez difficile à évaluer. La prise en compte de vos mouvements est terriblement tolérante et il vous suffit souvent de bouger votre corps pour que le logiciel comptabilise vos gestes. On pourrait donc croire que le titre est fainéant, mais l'important n'est-il pas avant tout de suer ? Ainsi, avouez qu'il est assez désagréable d'entendre quelqu'un vous dire que vous faites n'importe quoi alors que vous vous donnez toutes les peines du monde pour bien faire. De ce point de vue, Get Fit With Mel B s'avère particulièrement motivant, ce qui reste une bonne chose pour ce type de logiciels. De plus, l'incrustation via Kinect s'avère d'excellente facture et vous permet de corriger vous même vos mouvements pour les calquer sur ceux de la Spice Girl. La possibilité d'utiliser du matériel optionnel est également un plus non négligeable. En revanche, les recettes présentes n'ont pas forcément grand chose de diététique et correspondent plus aux habitudes de vie des américains. Au final, c'est en faisant peu que Get Fit With Mel B semble s'en sortir. Un constat étonnant et qui pourra donc étonner ceux qui espéraient avoir à faire à un logiciel véritablement poussé.

Il est un genre qui depuis peu essaye de se faire une place dans le monde du jeu vidéo : le logiciel de fitness. Malgré le fait que plusieurs licences soient déjà bien ancrées sur le marché, de petits nouveaux tentent parfois de les rejoindre. C'est le cas de Get Fit With Mel B qui n'a semble t-il pas trouver meilleure tête d'affiche qu'une ex-Spice Girl sur le déclin (non, ce n'est pas un pléonasme). Pari réussi ?

Get Fit With Mel B reprend les bases des logiciels de fitness habituels.

"On s'échauffe !"

Comme tout logiciel de fitness qui se respecte, Get Fit With Mel B commence par vous demander votre taille et votre poids, ainsi que divers aliments que vous vous refuseriez éventuellement de manger. Si cette entrée en matière n'a rien d'originale, elle permet de se rendre compte d'une chose : la navigation dans les menus est assez chaotique. La sélection s'effectue de façon banale, à ceci près que l'icône représentant votre main vacille fréquemment. De même, à chaque fois que vous lancez une session, le jeu effectue un balayage pour repérer votre corps. Là encore, la détection du joueur s'avère quelque peu aléatoire. Un constat peut-être dû au sapin de Noël présent sur la zone de jeu, même si j'en doute fortement. Quoi qu'il en soit, une fois tout cela effectué, libre à vous d'entrer dans le vif du sujet et de débuter votre première séance de sport. Enfin presque, puisqu'il vous faut avant cela choisir le programme de votre séance, un programme pouvant être sauvegardé pour ne pas perdre son temps lors des prochaines sessions. Fessiers, allure générale, remise en forme, condition sportive... les objectifs sont nombreux, d'autant que vous pouvez apporter votre propre équipement (poids, bandes, step) pour varier le plaisir (et surtout la douleur).

Si dans sa version PS3, le logiciel utilise une caméra, la mouture Kinect incruste directement le joueur dans le décor qu'il a préalablement choisi.

"Tu sens que ça chauffe ?"

C'est bien beau tout ça, mais qu'en est-il des séances de fitness à proprement parler ? C'est on ne peut plus simple : Kinect incruste votre corps à côté de celui de Mel B et vous reproduisez les exercices en rythme à ses côtés. Les mouvements à effectuer sont assez variés, comprenant notamment des squats, des fentes, des exercices au sol et d'autres étirements en tout genre. En fonction du programme choisi, le type d'exercice peut varier sensiblement, allant de la musculation pure à des mouvements s'apparentant à de la danse. Bien sûr, le jeu comptabilise le nombre de calories brulées et calcule en théorie la précision de vos gestes. En théorie seulement, car on s'aperçoit rapidement que tout cela reste très approximatif. Ne vous attendez pas à voir vos mouvements corrigés à la manière d'un Dance Central, ni même à être réprimandés : le logiciel est très tolérant, voire trop. Mais est-ce véritablement un mal ? Pas forcément. L'incrustation à l'écran étant de très bonne facture et le temps de latence étant faible, le joueur a tout le loisir de vérifier lui-même s'il effectue les mouvements correctement ou non. De même, on peut douter de l'intérêt intrinsèque d'un quelconque aspect correctif, l'important étant avant tout de nous faire transpirer. C'est un peu comme-ci vous reprochiez à un prof de sport de ne pas engueuler un de ses élève qui pourtant se donne du mal. Le point essentiel réside donc toujours dans la motivation qui, dans le cas présent, vient de cette tolérance excessive. Que ceux qui pense que le soft est une partie de plaisir pour autant se rassure : vous avez toutes les chances d'être lessivés à la fin de vos séances. Un sentiment qui n'est pas sans rappeler celui des cours d'EPS du collège ; mais si, vous savez, quand vous trouviez les échauffements du professeur plus crevant que le sport en lui même.
Dernier point à aborder, les à-côtés et la phase de suivi. Bien sûr, à la fin de votre session, Get Fit With Mel B vous permet de suivre votre courbe de progression et, plus généralement, d'avoir accès à tout un tas de statistiques dispensables. De même, le logiciel fait également dans le culinaire. Un aspect anecdotique qui décrédibilise plus le titre qu'autre chose. La plupart des recettes n'ont pas grand chose de diététique (à moins de considérer qu'ajouter du miel dans un yaourt soit quelque chose de conseiller) et ne sont pas vraiment adaptées aux habitudes de vie européennes (les petits déjeuners américains, non merci). C'est dommage donc, surtout que ça ne coûtait certainement pas grand chose d'intégrer de nouvelles recettes correspondant au mode de vie européen.
Les Plus
  • L'incrustation, un excellent moyen de nous corriger nous-même
  • La possibilité d'utiliser du matériel en option
  • Une tolérance qui motive
  • Visuellement plutôt engageant par rapport à d'autres logiciel du genre
Les Moins
  • La navigation et la détection parfois un peu chaotiques
  • Le côté approximatif en rebutera certains
  • Les recettes, inutiles