Toy Story 3, la bonne surprise

29 sept. 2010
Testé par sur
Disponible sur
3

Toy Story 3 est un très bon divertissement. S'il ne fait pas sauter au plafond les plus vieux d'entre nous, la faute à un mode histoire trop court et à un gameplay un peu trop simpliste bien que maîtrisé, il se révèle être un choix des plus judicieux pour nos chers bambins. Ne retenez qu'une chose : en achetant Toy Story 3 à votre enfant, vous ne lui offrez pas un cadeau empoisonné mais de bons souvenirs en perspective. Et c'est bien là le principal.

Comme tout film à succès, Toy Story 3 a le droit à son jeu vidéo. Si ces adaptations sont souvent bâclées, il faut reconnaître que des exceptions persistent. Il y a notamment celles inspirées des Deux Tours et du Retour du Roi, sorties il y a un certain temps déjà, ou le jeu Ghostbusters datant de 2009. Bien que les adaptations de films Disney aient connu leurs heures de gloire dans les années 90, il n'est pas possible de dire qu'elles soient à la fête en ces années 2000. Ce Toy Story 3 va-t-il changer la donne ?

Voici la seule apparition de Lotso dans le jeu.

Une histoire de jouet... mais simplifiée

Toy Story 3 reprend la trame du long-métrage, enfin, pas tout à fait. L’histoire est narrée via un plateau par Bayonne, le cochon tout rose. C'est important dans la mesure où la narration manque de liant et se résume trop souvent à ces interludes. En effet, l'équipe d'Avalanche Software s'est contentée du strict minimum en ce qui concerne les cinématiques, ce qui fait un peu tâche dans une adaptation d'oeuvre cinématographique. De même, si le jeu respecte l’histoire de Toy Story 3, cette dernière n’en reste pas moins simplifiée et des libertés ont été prises. Ainsi n’espérez pas voir Ken, Barbie ou même l'ours Lotso, celui-ci étant simplement cité. Une déception, surtout lorsque vous connaissez le potentiel humoristiques de certains de ces protagonistes. Ces absences ont également des conséquences sur le jeu en lui même, le soft étant presque dépourvu de boss. C'est d'autant plus dommageable que le film permet d'en intégrer plus d'un. Tout ça pour dire que les carences en matière de narration ainsi que la disposition somme toute aléatoire des (très) rares boss confèrent au soft une structure quelque peu brouillonne, renforcée par l'aspect fourre-tout du gameplay.

Les trois personnages jouables possèdent des capacités qui leurs sont propres.

De la diversité vers l'infini et au-delà

Le jeu nous propose d'incarner trois personnages de l'univers Toy Story : Woody, Jessy et le célèbre Buzz L'Eclair. Chacun d'eux possède une jouabilité qui lui est propre. Woody peut par exemple se servir de sa corde pour se balancer et atteindre des lieux inaccessibles pour les autres. Jessy peut quant à elle faire parler son agilité pour sauter sur des plates-formes exigües (comme des fléchettes ou des boulons). Enfin, Buzz peut planer quelques instant grâce à ses réacteurs. C'est sur ces différentes caractéristiques que repose la progression, les phases de plate-forme consistant généralement à switcher entre les personnages pour activer des mécanismes dans le bon ordre. Une progression non prise-de-tête qui convient parfaitement aux plus jeunes joueurs qui, rappelons-le, restent la cible principale du jeu. Bien sûr, le soft ne se limite pas à la plate-forme et fait aussi dans l'action. La diversité est une nouvelle fois de mise puisque Toy Story 3 multiplie les genres. Si Woody et Jessy se contentent d'envoyer des balles sur les ennemis, Buzz peut utiliser son laser pour venir à bout des opposants. Des phases de shoot sont même présentes. Pour ce qui est de Woody, il y a par exemple la présence de courses à dos de Pile-Poil ou d'une phase sur rails grandement inspirée de Ratchet and Clank. La force de Toy Story 3 réside sans conteste dans cette faculté à mélanger les genre sans demander de temps d'adaptation. En effet, les gameplays proposés nécessitent rarement plus de deux boutons et sont donc très simples à maîtriser. Une qualité obligatoire pour toucher le public visé.

Les bandits n'ont qu'à bien se tenir face au shérif Woody.

Woody Bellic dans Grand Theft Story 3

Autre inconvénient dû à la simplification de l'histoire : la durée de vie. Comptez cinq heures pour venir à bout des huit niveaux. C'est réellement peu. Ayant conscience de ce souci, les développeurs ont intégré à Toy Story 3 un mode "Coffre à Jouets" s'apparentant à un bac-à-sable. Toutes proportions gardées, nous pouvons comparer celui-ci à une sorte de GTA-like pour les petits. Vous êtes lâchés dans un environnement ouvert vous proposant diverses missions et mini-jeux, tel que des courses avec Pile-Poil ou des lancers de petits soldats verts en parachute. Au fur et à mesure de vos exploits, vous pouvez acheter des bâtiments et autres joyeusetés pour rendre votre ville plus attrayante. Une personnalisation des habitants et des décors est également présente, ce qui est une bonne chose en 2010. En tant que shérif, vous devrez faire régner l'ordre en envoyant les vilains bandits en prison. Bien qu'assez répétitif, ce mode s'avère plutôt bien fichu et devrait satisfaire sans mal les enfants. En revanche, les adultes devraient ressentir un manque de challenge et une certaine répétitivité. Le coffre à jouet est bien un segment du jeu à part entière puisque les missions sont nombreuses et que pas mal d'heures de jeu sont nécessaires pour en voir le bout. Au rayon des bonnes surprises, Toy Story 3 dispose également d'un mode coopération en local. Un deuxième joueur peut rejoindre la partie en appuyant sur Start à n'importe quel moment. Une excellente idée qui devrait permettre aux parents de jouer avec leur(s) enfant(s) en toute convivialité. Qui a dit que les jeux-vidéo nuisent à l'esprit de famille ? Vous pouvez donc aider votre gamin à récolter les diverses images cachées qui lui permettent d'accéder à des bonus sympas. Sachez toutefois que le jeu perd un peu en fluidité lorsque vous jouez à deux.

Enfin, arrêtons-nous un instant sur la technique. De ce point de vue, Toy Story 3 est dans les standards des adaptations de licences. Loin d'être exceptionnels, les graphismes sont chatoyants et sauront émerveiller les enfants, pas forcément très regardants à ce sujet. Les animations sont plutôt réussies même si la synchronisation labiale est assez approximative. D'ailleurs, les doublages sont souvent identiques à ceux du films et sont donc excellents, tout comme les musiques qui accompagnent l'action.
Les Plus
  • Plutôt joli (sans être formidable)
  • Un mélange des genres exemplaire
  • Le plaisir de retrouver Woody et Buzz
  • Une ambiance sonore et des doublages réussis
  • Le coffre à jouets, un moyen sympathique de rallonger la durée de vie
  • Des bonus cools à débloquer
  • Un mode en coop' qui à le mérite d'être présent
Les Moins
  • Le mode histoire bien trop court
  • Une histoire simplifiée et qui manque de liant
  • Ça manque quand même de boss
  • Trop simple pour les joueurs confirmés