La croisière Samus dans Metroid Prime Trilogy

20 oct. 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Retro Studios
  • Sortie initiale 4 septembre 2009
  • Genre First Person Shooter

Comme toute compilation, Metroid Prime Trilogy a de quoi devenir indispensable si vous ne connaissez pas du tout la saga. Les quelques nouveautés ne constituent qu'une faible valeur ajoutée en fin de compte. Par conséquent, si vous êtes familier de la série, mettre à nouveau la main au porte-feuille n'est pas une nécessité et peut-être vaut-il mieux patienter jusqu'à Metroid : Other M développé par la Team Ninja...

Rares sont les licences 2D à avoir réussi le passage à la 3D. Metroid en fait partie depuis 2003, date à laquelle sortait Metroid Prime sur GameCube. Insufflant tous les éléments chers à la série de Nintendo dans un univers en trois dimensions, les développeurs de Retro Studios avaient su rester fidèles à la saga tout en lui conférant une certaine fraîcheur liée à la vue à la première personne. Metroid Prime Trilogy se présente donc comme une compilation aguicheuse au vue de la qualité des titres qui la composent. Un bon moyen de patienter pour les fans de Samus Aran jusqu'au prometteur Metroid : Other M ou un simple recyclage de bas étage ?

Scanner vous permet d'en apprendre plus sur le background et le bestiaire.

Surprenant de 'prime' abord

Petit rappel des faits si vous avez manqué le début du film. Les Metroid Prime constituent une sous-catégorie bien particulière de First Person Shooter (FPS) ou jeux de tir à la première personne. Ils se rangent en effet plus du côté des FPA – pour First Person Aventurer – que des FPS purs et simples. Une appellation qui trouve ici tout son sens tant cette trilogie met en avant ses environnements. Il vous faut effectivement savoir tirer profit des décors et explorer le monde qui vous entoure afin de progresser dans l'aventure. Cette partie exploration est d'ailleurs davantage mise en avant dans le premier épisode que dans ses deux suites. Le level-design demeure toujours aussi exemplaire ; c'est un vrai plaisir de fouiller, revenir sur ses pas avec des nouveaux items, découvrir de nouvelles planètes... En somme, l'univers vous happe littéralement et la somme astronomique d'informations disponibles sur ce dernier (accessibles en scannant votre entourage) renforce pleinement l'immersion. La durée de vie s'avère gigantesque si vous comptez fouiller les moindres recoins de la galaxie. Il vous faudra au bas mot 70 heures pour boucler les trois titres, et bien davantage pour atteindre les 100%.

Tout comme Link par le passé, Samus Aran doit elle aussi affronter son côté sombre.

‘Prime’ à la casse ?

Les deux premiers épisodes bénéficient logiquement d'une maniabilité repensée pour la Wii. Le duo Wiimote/Nunchuk sied parfaitement à la saga. Metroid Prime reste très honnêtement la licence Nintendo à avoir réellement profité de l'apport de la Wiimote. La précision est redoutable pour peu que vous ne gesticuliez pas devant votre écran. L'autre "plus" de cette compilation est la présence d'un mode 16/9. De quoi rendre l'expérience de jeu vraiment optimale si vous faites abstraction de l'aliasing. Les versions proposées ici de Metroid Prime et Metroid Prime 2 souffrent effectivement d'un aliasing un peu plus prononcé que sur les moutures GameCube. Enfin, l'aspect fan-service trouve tout sens dans cette édition prétendument collector. Comment ne pas regretter l'absence de vrais bonus ? Des vidéos de making-of, des interviews, des planètes exclusives voire même de nouveaux modes de jeux… Il n'y a que l'embarras du choix. Rien à se mettre sous la dent malheureusement ici si ce n'est un mini livret retraçant l'historique de la série. Ceux ayant déjà goûté aux titres sur la console cubique du Big N ont de ce fait tout intérêt à y réfléchir à deux fois avant de passer à la caisse.
Les Plus
  • Le level design d'exception
  • L'atmosphère unique
  • L'ajout du 16/9
  • La maniabilité excellente
  • L'énorme durée de vie
Les Moins
  • L'absence de suppléments dignes de ce nom
  • L'aliasing un peu trop prononcé