Prêt pour un dernier tour de piste avec Wallace et Gromit ?

14 août 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Développeur Telltale Games
  • Sortie initiale 29 juillet 2009
  • Genre Aventure

Finalement, The Bogey Man clôture avec efficacité cette quadrilogie des aventures de Wallace et Gromit. Il propose une histoire aussi drôle et intéressante que les épisodes précédents, le tout à petit prix. Si les premières péripéties des deux compères vous ont plu, il en sera évidemment de même avec cet ultime volet. Même si aucune information n’a pour l’instant filtré du côté de Telltales Games, nous attendons avec impatience de pouvoir tester une deuxième saison…

Cela fait déjà quelques mois que vous êtes locataire du 62, West Wallaby Street, mais l’heure est bientôt venu de quitter les lieux. Heureusement, il vous reste une toute dernière aventure à vivre aux côtés des facétieux Wallace et Gromit. En effet, après trois épisodes très réussis, The Bogey Man vient déjà clore la sympathique série Wallace & Gromit’s Grand Aventure. Et sans surprise, la qualité est une fois encore au rendez-vous…

Les mini-jeux sont toujours présents, comme ce dérivé du taquin.

Quiproquo

The Bogey Man – le croquemitaine en français – fait directement suite au précédent volet : Muzzled. Sans en dévoiler trop sur le final de ce dernier, il s’était terminé sur un drôle de quiproquo entre Wallace et sa voisine, la très austère Miss Flitt. Cette nouvelle histoire débute donc sur le même quiproquo, ou plutôt sur sa résolution. En effet, vous débutez dans les pattes de Gromit et vous devez essayer de trouver un moyen de remettre les choses en ordre. Cependant, cela va entraîner son maître sur un green de golf, aux prises avec l’écossais Duncan McBiscuit (si vous avez joué à The Last Resort, vous savez qu’il n’est pas commode). Globalement, il s’agit une fois encore de déplacer successivement le loufoque inventeur et son ami canin, de ramasser divers objets et de les utiliser à bon escient. Comme à l’accoutumée, les déplacements se réalisent au clavier, et les autres actions à la souris. Il est toujours possible d’utiliser une manette de jeu, comme le contrôleur de la Xbox 360 par exemple. L’histoire semble une fois de plus tirée d’un film d’animation de Nick Park tant elle est fidèle à l’esprit de l’univers qu’il a créé au sein du studio Aardman Animations.

Il va falloir déchiffrer ces quelques vers pour percer le mystère de ce premier parchemin.

Clin d'oeil aux classiques du genre ?

Petite subtilité dans The Bogey Man, un objet peut avoir plusieurs utilisations au sein d’un même casse-tête. Ne pensez donc pas être tiré d’affaire une fois que vous avez trouvé la « bonne place » d’un élément. Il sera peut-être nécessaire de le retirer afin de le disposer ailleurs, puis de le remettre à cette position initiale. De plus, certaines énigmes sont un peu inhabituelles, dans leur forme en tout cas, par rapport aux précédents épisodes. Par exemple, une fois que vous êtes parvenu à pénétrer dans le pavillon des golfeurs, vous devez retrouver trois clés à partir de trois anciens parchemins. En prenant connaissance des épreuves que ces derniers renferment, vous vous croiriez presque dans une des aventures de Nancy Drew. Si vous n’êtes pas un féru de point and click traditionnel, cela peut vous déstabiliser et augmenter légèrement la difficulté. Cependant, la durée de vie est aussi courte que les deux précédents épisodes – Fright of the Bumble Bees était sensiblement plus long – et les plus jeunes peuvent toujours activer des indices pour ne pas rester bloqué trop longtemps sur la même énigme.
Les Plus
  • Une fidélité à l'oeuvre de Nick Park
  • L'aventure s'enchaîne avec celle de l'épisode précédent
  • Un scénario simple mais efficace
  • Des indices activables pour les plus petits
  • Le pack comprenant les quatre épisodes est à moins de 35 €
Les Moins
  • Pas de localisation française des voix
  • Une durée de vie très courte
  • Disponible uniquement en téléchargement