FIFA 2002

17 mars 2002
Testé par sur
Disponible sur
3

Merci Thierry et Jean- Michel.
Nos deux gars ont très bien posé la situation, FIFA 2002 est très beau : stade, terrain et joueurs ont bénéficié d'un lifting de luxe. Mais si le dosage des passes et les appels en profondeur ont fait leur apparition, le gameplay de FIFA 2002 n'a pas fondamentalement changé. Ce qui choque le plus ce sont les mouvements des joueurs, leurs courses, leurs tacles ou gestes pour reprendre la balle qui sont toujours les mêmes et qui semblent toujours aussi mal décomposés. L'interface elle-même n'a pas bougé d'un iota depuis l'édition précédente.
Soyons honnêtes, on s'amuse bien avec FIFA, on choisit son équipe favorite et c'est parti pour une saison complète (championnat et coupe d'Europe si l'équipe en question s'est qualifiée l'année précédente). C'est toujours aussi intuitif et on enchaîne les matchs avec plaisir. De plus l'intelligence artificielle s'est améliorée au passage et l'ordinateur joue et construit beaucoup mieux en mode professionnel.
Cependant il manque quelque chose à la série des FIFA, quelque chose qui fait que l'on a l'impression de jouer à un petit "jeu" de foot et non pas à une grande simulation. Certes cette version est globalement plus satisfaisante que les précédentes, mais 350 francs pour une "mise à jour +", est-ce que ça en vaut vraiment la peine? D'autant que si vous désirez vraiment un bon jeu de foot, il faudra résolument vous tourner vers les consoles. En effet il existe des jeux de foot qui ont su rendre la quintessence de ce sport, à savoir ISS Pro Evolution et Pro Evolution Soccer, sur Playstation et Playstation 2 respectivement. C'est bien simple, l'essayer c'est l'adopter. Alors certes FIFA est le seul jeu de ballon valable sur PC mais les amateurs de foot ont déjà choisi leur camp.

La fin de l'année et son cortège de bonnes choses : Noël, sa dinde fourrée aux marrons, son sapin, ses boules, son papa Coca-Cola, sa crise de foie et son FIFA. Fidèle à une tradition qui risque fort de devenir séculaire, Electronic Arts nous sort tous les ans son pack jeux de sport. Sports débiles et incompréhensibles pour les Ricains (sauf le basket, non pas taper), jeu de balle noble et tactique pour la vieille Europe, l'ambassadeur du sport, du collectif et du don de soi...le foutchebol.

La joie du buteur

Une affaire qui roule

Chez EA, le joueur est avant tout un consommateur et certaines des améliorations demandées depuis déjà fort longtemps sont restées dans la boîte à idées. Après tout, les FIFA se suivent et se ressemblent mais bizarrement se vendent toujours autant. Il faut dire que les simulations de foot sur PC ne se bousculent pas au portillon (bon sang mais que fait Konami). Alors inutile de chercher l'innovation, une photo de Titi sur la boite, on change le dernier chiffre du titre et les pépettes rentrent gentiment dans la caisse. Bon allez, autant le dire tout de suite depuis l'excellent Coupe du monde 98, seule la façade a changé. Les cartes graphiques sont gonflées à bloc et donc notre FIFA est un peu plus beau chaque année. Question gameplay par contre... faut pas rêver. Alors la colère gronde, le joueur amateur de foot se défie un peu plus chaque année de ce FIFA qu'il aimait tant et enfin ta dam! EA nous jure que pour l'édition 2002 ça va être mieux, il va y avoir du changement, la révolution, attention les mirettes... Bon voyons ça, avec l'aide de deux spécialistes qui nous ont rejoint pour commenter ce test.

Illustration sur le terrain d'un appel en profondeur

Une pelouse de jubilé

- Ah lala mon p'tit Jean-Mimi, on a affaire ici à une technique de grande classe!
- Tout à fait Thierry, l'environnement graphique est parfaitement maîtrisé, la pelouse est de toute beauté, il n'y a pas à dire les jardiniers ont fait du beau boulot. Le rendu des stades est magnifique. Regardez moi ce gazon, on distingue même les brins d'herbe.
- Du reste Jean-Michel, même les spectateurs bougent, ce qui ajoute un peu plus de réalisme à l'ensemble. On aperçoit même sur le coté de la pelouse nos excellents cameramen dont on peut saluer le travail en passant.
- Oh lala Thierry, rendez-vous compte qu'avec un 1280x1024 maximum, la résolution est ma foi d'un fort beau gabarit.
- Exact Jean-Michel et précisons-le, tout cela en 32 bits. Cela dit on aurait quand même bien aimé voir le résultat en 1600x1024
- Tout à fait Thierry. Mais je vois les joueurs entrer sur le terrain, concentrons-nous donc un peu sur le jeu.

L'écran des transferts - Lille ne pourra pas se payer Vieri cette année

Choisi ton camp camarade

Le mode de jeu le plus intéressant dans FIFA 2002 est clairement le mode championnat. Suivre la saison de son équipe favorite est un must que seul FIFA peut offrir. Qui plus est, de nombreux championnats sont proposés (le Portugal est encore une fois passé à la trappe) et vous n'aurez, pour ainsi dire, que l'embarras du choix. Parmi les autres modes de jeu proposés, vous pourrez goûter aux phases de qualifications pour la Coupe du Monde (en attendant le jeu qui devrait sortir au même moment, on fait confiance à EA pour ça).
- Le match vient de commencer et ma foi les joueurs ont fort belle allure.
- Tout à fait Thierry, ils sont superbement modélisés et, licence oblige, leurs maillots sont fidèles à la réalité, on peut même y discerner le logo des équipes ainsi que les sponsors de la saison. Il est de plus à noter que la taille des joueurs est enfin respectée.
- C'est sûr que 22 clampins d'1m80 ça ne faisait pas très sérieux, cet oubli est enfin réparé. Par contre je suis désolé mais quand on voit des blonds qui deviennent bruns ou des noirs qui deviennent blancs, on se dit que soit le travail sur la base de données a encore été bâclé, soit ces messieurs d'EA sports n'ont pas encore fini de compléter leur album Panini. C'est bien beau d'avoir une licence mais faudrait quand même penser à faire sérieusement son boulot.

L'ordinateur marque souvent de la tête, mais vous aurez du mal à en faire autant

Et tape dans le ballon

- Admettez tout de même Thierry qu'il y a eu quelques changements depuis les éditions précédentes.
- Des changements je veux bien, mais tout ça pour moi c'est du réchauffé.
- Attendez Thierry ne soyez pas si dur, le jeu a quand même quelque peu évolué sur le plan tactique. Tenez, le une-deux, c'est un ajout de taille, qui permet de réaliser des combinaisons de folie. Il est également possible de doser les passes, ce qui permet de lancer des joueurs dans le dos de la défense. La passe en profondeur c'est une institution dans le football. On peut même admirer la trajectoire du joueur qui se lance dans une course.
- Oui certes et avec un beau panache de couleur derrière lui. N'empêche que le gameplay n'a pas été refondu, loin s'en faut. Le sentiment qui domine c'est que ce gameplay n'a pas bougé d'un pouce et que les innovations se sont surajoutées pour donner l'impression qu'on tient entre les mains un produit bâtard qui oscille toujours entre la simulation et l'arcade.
- En y regardant plus attentivement il semble que vous ayez raison Thierry, si de nouvelles animations ont fait leur apparition, les mouvements des joueurs sont les mêmes qu'il y a 3 ans. Il est encore possible (bien que ce soit plus difficile) de parcourir le terrain pour marquer tel un Diego Maradona époque 86 (sauf que quand il s'agit de Bakayoko c'est moins crédible.)
- Qui plus est Jean-Michel, on se demande s'ils n'ont pas oublié un objet dans une partie de leur anatomie ces joueurs tellement ils ont l'air raides et empruntés. Ah il faut les voir voler sur le terrain comme s'ils avaient chaussés des patins. Mais qu'est ce que c'est que ça, c'est le ralenti de l'action précédente ?!
- Non Thierry c'est le deuxième but des locaux.
- Ah bon...mais c'est le même que le premier?
- Il y ressemble fort Thierry.
Les Plus
  • La licence (EA aussi aime) et tout ce qui va avec
  • Les graphismes (une des grosses réussites de cette édition)
  • La taille des joueurs enfin respectée
  • Le nouveau système de passe
  • Le seul jeu de foot valable sur PC
Les Moins
  • A part ça pas beaucoup d'innovations
  • Toujours les mêmes mouvements pour les joueurs
  • Des joueurs parfois peu fidèles à leurs modèles
  • Un gameplay vieillot toujours nettement orienté arcade
  • ISS a rendu tout autre jeu de foot purement anecdotique
  • Il faut une console pour jouer à ISS