GTA Chinatown Wars ne trompe pas sur la marchandise

01 mai 2009
Testé par sur
Disponible sur
4

Difficile donc de trouver un véritable défaut à ce GTA. Que demander de plus à un jeu sur console portable ? Tout y est : la durée de vie, une réalisation soignée, une jouabilité aux petits oignons adaptée à la perfection pour le support, du plaisir de jeu et des tonnes de choses à faire. Bref, je ne me mouillerai pas en disant que GTA : Chinatown Wars est certainement le jeu le plus complet auquel j’ai pu jouer sur la console portable de Nintendo. A acheter les yeux fermés.

Difficile d’imaginer comment Rockstar pouvait arriver à retranscrire l’univers richissime de sa franchise dans une seule petite cartouche DS et surpasser par la même occasion les nombreuses contraintes techniques. Après plus de deux ans de développement, Grand Theft Auto : Chinatown Wars déboule donc dans nos rayons et est prêt à en découdre avec les nombreux préjugés des jeux Nintendo DS.

Les dialogues se font sous formes d'images fixes très adaptées au style du jeu

Bienvenue à Liberty City

Fraîchement débarqué de sa Chine natale, Huang Lee ne tarde pas à faire connaissance avec la légendaire hospitalité américaine : une embuscade lui est tendue. Quelques minutes plus tard, une balle en pleine tête en guise de cadeau de bienvenue, il est laissé pour mort dans les bas-fonds de Liberty City. Sa mission était pourtant simple : suite à la mort de son père, Huang devait apporter une épée soit disant antique à son oncle pour que sa famille garde le contrôle des Triades. C’est ainsi que débute la longue descente aux enfers de Huang. Travaillant tout d’abord pour le compte de son oncle afin de retrouver cette épée, il fait rapidement la connaissance d’autres chefs de gangs et se retrouve par la même occasion mêlé à diverses histoires pas très catholiques. Ce type scénario est un véritable retour en arrière pour la série, revenant plus sur les bases d’un GTA III en proposant un héro sans histoire évoluant dans un univers un peu plus potache et moins travaillé qu’un GTA IV. Et ce n’est pas forcément plus mal.

Un bon GTA fait toujours dans la finesse

Un GTA condensé sur une seule cartouche

Ce préambule vous permet de vous rendre compte de l’énorme travail effectué par Rockstar : la moindre contrainte technique due aux capacités de la DS a été contournée à merveille. Je me demande encore comment une cartouche peut contenir autant de détails. Votre terrain de jeu est tout simplement immense. Liberty City n’a pas pris une ride depuis GTA IV si ce n’est qu’elle a perdu une de ses 3 partie. Et malgré graphismes en cel-shading et la caméra placée au-dessus de Huang, les environnements rappellent facilement ceux affichés par votre écran haute-définition lors de votre première arrivée dans la ville en compagnie de Niko Bellic. Tous les ingrédients nécessaires pour réaliser un bon GTA sont là : les radios, les missions principales, les missions annexes, les nombreuses voitures, les planques, les policiers, les missions en taxi… La liste est encore très longue mais ce n’est pas la peine d’en dire plus. GTA : Chinatown Wars est un vrai GTA.

Pour passer les péages, il faut lancer les pièces dans le panier à l'aide de votre stylet

Vive la technologie tactile

Mieux encore ! GTA : Chinatown Wars innove. Notamment grâce à l’écran tactile de la portable de Nintendo. En effet, tout au long de votre aventure, vous êtes amené à réaliser divers mini-jeux à l’aide de votre stylet : faire démarrer une voiture volée, conduire une grue, briser un pare-brise ou encore confectionner des cocktails Molotv. Toutes ses petites actions sous forme de mini-jeux variés permettent une immersion plus profonde et ne brise en rien le rythme des missions. Missions qui sont pour l’occasion généralement plus courtes que ce que Rockstar propose sur console de salon. Ceci afin de favoriser les courtes sessions de jeu. Il ne faut tout de même pas oublier que vous êtes sur une console portable. Notez aussi que vous êtes désormais muni d'un PDA qui s'utilise entièrement sur l'écran tactile. Il permet d'utiliser votre GPS, d'afficher vos emails, de commander des armes et pleins d'autres joyeusetés du même genre.

Pour arrondir vos fins de mois, le taxi est toujours disponible mais le trafic de drogues est bien plus lucratif

Un sac bien rempli

Bien entendu les missions suivant la trame principale prendront la plus grande partie de votre temps de jeu. Ce n’est pas pour autant qu’il faut se concentrer uniquement sur celle-ci. Surtout que le jeu est construit de façon telle qu’il est impossible de ne pas s’abandonner quelques instants sur les missions annexes. De plus, un nouveau mini-jeu très complet a été inclus, il serait évidemment dommage de s’en passer. GTA : Chinatown Wars vous permet dès à présent de vous lancer dans un véritable empire de la drogue. Le but de ce mini-jeu est assez simple et peut s’avérer très lucratif si vous y consacrez un peu de votre temps. Le mécanisme est assez simple : la carte est divisée en divers territoires appartenant à divers gangs. Chacun de ces gangs possèdent ces dealers qui fournissent et achètent certains types de drogues à bons prix. Pour vous aider à y voir plus clair, votre PDA vous fournit divers informations. Par exemple, si vous souhaitez revendre trente pilules d’ecstasy, il suffit de trouver quel gang achète ces pilules aux meilleurs prix et ensuite de vous y rendre. Mais il est nécessaire de ne pas être trop gourmand car votre sac ne peut transporter que cinquante unités et une arrestation de la police vous fera perdre la totalité de votre stock.
Les Plus
  • La durée de vie conséquente
  • Le scénario qui tient la route
  • L'univers de GTA sur DS
  • La réalisation soignée
  • L'utilisation intelligente des capacités tactiles
  • Le trafic de drogue addifctif
  • Les nombreuses choses inutiles à faire
  • Et encore plein d'autres bricoles...
Les Moins
  • L'absence d'un vrai mode en ligne