Iron Man : un homme d'acier mais un jeu en toc

28 mai 2008
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur SEGA
  • Sortie initiale 2 mai 2008
  • Genre Action

Vous l'avez bien compris, Iron Man est un jeu vraiment lamentable. Difficile de lui trouver ne serait-ce qu'une seule qualité. L'aspect visuel et le gameplay sont aussi médiocres l'un que l'autre : une vraie honte pour un super-héros de cette trempe. Il serait peut-être temps que les éditeurs comprennent qu'une bonne licence ne suffit pas à faire un - bon - jeu. Pour faire simple : à ne surtout pas acheter !

Iron Man est l'adaptation sur grand écran du comic-book Marvel créé en 1963 par Stan Lee, l'homme qui a donné naissance à Spider-Man, Hulk, Les 4 Fantastiques ou encore les X-Men. Comme à l'accoutumée, la juteuse licence est exploitée au maximum, et le jeu tiré du film débarque sur PC. Etes-vous prêt à endosser l'armure du célèbre justicier et à protéger les innocents ?

Revêtu de la célèbre armure sang et or, vous êtes quasi-invulnérable.

Un super-héros de plus

L'histoire du jeu reprend globalement l'intrigue du film. Vous incarnez Tony Stark, un homme qui a tout pour lui : c'est un inventeur de génie, un homme d'affaires réputé dans la vente d'armes et aussi un playboy milliardaire. Pourtant, sa vie bascule lorsqu'il est kidnappé en Afghanistan lors de la présentation d'un nouveau missile. Equipés d'un matériel provenant de sa propre compagnie, Stark Industries, ses ravisseurs veulent l'obliger à construire une arme redoutable pour asservir le monde. A la place, Tony met au point, en secret, une armure high-tech révolutionnaire qu'il utilise pour s'échapper. Dès lors, sa vision du monde change du tout au tout. Comprenant la puissance et les nombreuses possibilités offertes par cette armure, il décide de l'améliorer et de l'utiliser pour faire régner la justice. Un nouveau héros est né. Tony Stark devient Iron Man.

Matraquez la flèche droite pour démembrer le véhicule, comme l'indique l'icône centrale.

Aux commandes de l'homme de fer

Iron Man se présente sous la forme d'un jeu de tir avec une vue à la troisième personne. Les deux premiers niveaux, sur un total de dix, constituent un tutoriel. Vous apprenez ainsi à manier le super-héros, d'abord sur terre, puis dans les airs. Vous disposez d'un arsenal efficace. Votre principale arme est votre Répulseur, mais vous pouvez également vous servir de votre Unirayon lorsqu'il devient nécessaire de faire rapidement le ménage. Des missiles téléguidés sont également à disposition. Votre armure est sommairement paramétrable grâce à de l'expérience gagnée au fil des niveaux. Quatre modes peuvent être activés : vitesse, arme, armure ou neutre. Il s'agit finalement d'une version allégée de la nanosuit de Crysis, le brio en moins. Vous avez à remplir plusieurs types de missions : destruction d'objectifs, protection de sites stratégiques, libération d'otages, etc. Quelques possibilités de Quick Time Event sont également disponibles, mais cela reste anecdotique.

Cette vue laisserait présager des sensations en vol plus jouissives.

Direction : la casse !

Les graphismes sont préhistoriques : résolution très faible, textures laides et aliasées, effets pyrotechniques dignes d'une Megadrive. Ensuite, les ennemis sont mal modélisés, mal animés et peu variés. Lorsque vous les mettez hors d'état de nuire, ils "s'évaporent" instantanément sans laisser aucune trace. Ne comptez pas non plus reconnaître facilement les personnages principaux, littéralement déformés par rapport aux acteurs du film. Par ailleurs, la jouabilité est mauvaise : dans les airs, piloter Iron Man n'est pas une sinécure. En effet, les commandes sont très mal pensées, notamment l'activation de la post-combustion (une espèce d'accélération fulgurante). Les combats sont finalement très répétitifs et horriblement mous. L'action est très linéaire, et un marqueur sur l'écran vous indique constamment à quelle distance et dans quelle direction se situe votre objectif. Difficile de faire plus dirigiste.
Les Plus
  • La licence Iron Man
Les Moins
  • Des graphismes dépassés
  • La jouabilité aérienne inadaptée
  • De grosses "libertés" par rapport au film
  • Une durée de vie ridicule
  • Un doublage raté