Battlestations : Midway pour les têtes brulées

13 avr. 2007
Testé par sur
Disponible sur
2

Seulement, le jeu n'est pas toujours aussi rythmé. Des missions répétitives prennent trop souvent la place de ces réels combats. De plus, l'IA est assez irrégulière : certaines fois vous gagnez une mission sans réellement pouvoir l'expliquer. Et d'autres, vous pensez laisser vos coéquipiers faire le travail mais il n'est jamais fait. Les ennemis, quant à eux, ne connaissent pas le juste milieu entre "retors" et "impossibles". Tout ces petits défauts s'accumulent et, une fois la surprise passée, laissent place à une certaine linéarité dans les missions. De ce fait, bien que des objectifs secondaires et secrets soient à atteindre, la durée de vie en pâtit. Au final, Battlestations : Midway ne peut être classé comme un mauvais jeu, car il est agréable à jouer. Mais il aurait été bienvenue de pouvoir parcourir les missions du côté Japonais par exemple, la note aurait été toute autre. Son mode multijoueur peut être haletant si vous connaissez d'autres passionnés. C'est surement de ce côté que ce titre développera sa communauté.

Battlestations : Midway vous place dans la peau d'un jeune engagé dans la Navy. Le pauvre commence à trouver le temps long. Ses journées monotones au sein de sa base du pacifique le blasent. Seulement, sa petite caserne perdue au milieu de l'océan s'appelle Pearl Harbour. Donc, un beau matin, vous imaginez sans peine que notre cher novice du contingent 1941 ne sait plus où donner de la tête. Vous aussi par la même occasion : vous voila embarqués dans ce jeu d'action qui retrace les épisodes de la guerre du pacifique. En avant moussaillon !

Détendez vous, ce n'est pas encore commencé.

Welcome to the Air Force

Heureusement que vous êtes fan assidu des aventures de Papy Bobington. Sans quoi il aurait été considéré comme affront de vous rappeler le fait que cette attaque força les USA à rentrer en guerre contre le Japon. Les années qui suivent ne sont qu'affrontements aériens, navaux et parfois sur terre ferme entre les deux pays. Maintenant que vous êtes engagé de force dans cette bataille, il vous faut penser à une chose : survivre pour combattre. Le jeu propose un long tutorial, qui vous est vraiment utile dans les dernières missions. Il permet de maîtriser des finalités du gameplay qui ne vous sautent pas aux yeux durant les premières heures. Bien qu'il permette d'utiliser bon nombre de vaisseaux et d'avions Battlestations : Midway n'est pas un titre de simulation, il est résolument arcade. Mais il est complet grâces aux aspects qu'il mêle et les possibilités qu'il offre. Explications.

Le bateau sur lequel vous faites vos preuves.

Pas d'heure pour les braves

Vous voila projeté au milieu d'un enfer de flammes et de métal en fusion à bord de votre PT Boat, un simple torpilleur. Trois 12.7 sont montées de série, donc vous pouvez sans grande formation descendre du zéro. Les barils anti sous-marins et autres tubes lance-torpilles équipent votre monture des mers. Voila encore une véritable phase d'apprentissage qui se situe dans les premières missions. Avec ce bateau, vous apprenez l'art de l'anticipation et découvrez ce à quoi vous vous frotterez plus sérieusement un peu plus tard dans le jeu. Il se pilote à l'aide des touches standards des FPS. Le "shift" permet de changer d'arme pendant que vos équipiers continuent de tirer sur les cibles avoisinantes. Ainsi, vous prenez le temps de calculer un semblant de trajectoire pour vos torpilles afin de tenter de faire mouche, et ce alors que la bataille fait rage. Ceci est un aspect du jeu. Un autre vous saute brutalement au visage lorsque vous vous retrouvez à 10 000 pieds d'altitude, pilotant un chasseur. Voila qui fait plaisir.

La visée aérienne demande une anticipation symbolisée par le curseur rond.

Ça plane pour vous

Les avions se pilotent aussi facilement que les bateaux. Tout comme eux, il sont plus ou moins maniables en fonction de leur poids. Les unités aériennes ont la possibilité de bombarder ou de lancer des torpilles. Cependant, quelques règles sont à respecter, comme ne pas lâcher les torpilles d'une trop haute altitude : elles exploseraient au contact de l'eau. Les bombardiers en piqué obligent à descendre quasi à la vertical au dessus de votre cible. Mais si vous piquez trop fort, le système de bombardement se coince. Voici des détails qui peuvent sembler anodins mais qui participent à la mise en place de l'action. L'IA respecte bien les niveaux de difficulté, offrant des cibles faciles aux novices et du fil à retordre aux vétérans. Notez que vous choisissez votre niveau de difficulté avant chaque mission. D'ailleurs, si c'est noté, commencez à vous échauffer.

Ça siffle dans tous les sens. Et vous n'êtes pas blindé.

Il va y avoir du sport !

Lors des échauffourées, vous constatez bien vite que les développeurs n'ont pas eu peur de mettre le paquet sur l'ambiance de guerre. Les balles sifflent ainsi autour de vous d'une manière inquiétante, surtout dans les airs. Voila qui est également très jouissif. Piquez au dessus d'un cuirassier japonais et vous ne savez plus où vous vous trouvez. Votre appareil est secoué par les impacts de balles. De la fumée sort de vos moteurs. Le bruit des canons et des DCA vous rappellent à quoi il faut faire attention. Bien que les combats navaux puissent paraitre mous, bien qu'ils soient meurtriers, les airs sont bien plus assassins. Battlestations : Midway affiche un moteur graphique des plus respectables. Le ciel est magnifique. Une mention spéciale est à attribuer aux détails. Au moindre mouvement de souris, les volets de votre zinc réagissent au quart de tour. Voila mieux : il y a de l'activité à bord de votre bateau. Les hommes s'affairent, courent sur le pont intérieur. La mer est bien rendue mais pas la plus belle qu'il ait été donné de voir. Voila tout ? Non : voici maintenant le principal.

La vue tactique.

Sous tous les angles

La pépite du jeu : sa carte tactique. De cette carte, vous assignez des objectifs à vos formations, ce qui n'a rien d'exceptionnel, vous en conviendrez. Vous décidez quelles formations envoyer à partir de votre porte-avions, votre aérodrome ou votre base navale. Supposons que vous deviez défendre votre base, vous envoyez le maximum de chasseur que vous avez à disposition. Mais des croiseurs vous prennent à revers, alors vous rappelez vos chasseurs, les équipez de torpilles et les faites repartir. De la même manière, vous déployez votre flotte. La bonne idée qui fait sortir du lot Battlestations : Midway ? Vous prenez la main personnellement, quand bon vous semble, sur chacune des unités. Alors commencez par placer votre flotte, puis organisez l'attaque aérienne en vue tactique. Prenez la main des bombardiers lorsqu'ils arrivent à proximité de la cible, faites mouche. Reprenez le contrôle de la flotte, le temps que les avions aillent se ravitailler. Et ainsi de suite, ce qui donne au final des niveaux palpitants où vous ne pouvez que profiter de l'action.
Les Plus
  • Jolis graphismes
  • Une panoplie complète d'appareils à piloter
  • Un système de tactique innovant
  • Pas de doublages français
  • Une ambiance des combats bien rendue
Les Moins
  • Rythme haché
  • Missions linéaires
  • Pas de doublages français