Dreamfall Chapters

09 juin 2017
Testé par sur
Disponible sur
2

Conclusion discrète pour série confidentielle

Évidemment, si vous avez apprécié les précédents épisodes de cette série relativement confidentielle, il est légitime de croire que vous serez plus à même de passer outre les défauts de cette suite. Si Dreamfall Chapters n'est pas très beau et ne profite pas non plus d'un gameplay particulièrement original, il tire pourtant son épingle du jeu grâce à un scénario plutôt réussi et une mise en scène parfois maligne. En fin de compte, l'achat dépend surtout de votre vision du jeu vidéo et de votre propension à savoir pardonner tel ou tel aspect plutôt qu'un autre.

Suite de deux jeux ayant connu un succès d'estime (The Longest Journey et Dreamfall), eux aussi écrits par le norvégien Ragnar Tørnquist, Dreamfall Chapters a misé sur le format épisodique pour des raisons budgétaires. Il nous parvient désormais dans une version pouvant être qualifiée de définitive.

L'histoire

Dreamfall Chapters débute après les précédents volets de la série. Toutefois, un néophyte peut vite trouver son chemin. Cela tombe bien : c'est aussi ce que recherche l'héroïne Zoé Castillo. Dans le coma dans la réalité, elle est coincée dans le monde des rêves où elle observe les peurs des autres et tentent de les aider. Après tout, elle est plus utile ici que dans sa vie d'autrefois, dans laquelle la jeune femme s'est faite berner par une corporation (et par sa propre mère) planchant sur un projet de machine permettant de faire des rêves en connaissance de cause.

Mais il est temps de se réveiller, et un mystérieux vagabond lui indique la marche à suivre pour retrouver les siens, et ainsi espérer ramener un équilibre entre les mondes. C'est après ce premier chapitre (et le réveil de Zoé) que le titre commence vraiment. Si l'héroïne est de retour parmi les siens, elle ne se souvient pas des évènements ayant précédé son coma, ni même d'avoir été bloquée dans un monde fantasmagorique. De quoi ajouter une difficulté à son devoir. En parallèle, vous êtes aussi amené à incarner Kian dans le monde magique d'Arcadia, endroit où la magie est de moins en moins présente.

Les dialogues font parfois sourire.

L'emballage

Pas de balivernes : Dreamfall Chapters n'est pas beau. Le budget restreint du jeu (en partie financé sur KickStarter) se fait sentir. Heureusement, l'aventure est sauvée par une direction artistique plutôt jolie, une bande-son efficace et surtout un vrai sens de la mise en scène, qui apporte une forme de poésie au périple. C'est même un réel moteur pour le joueur, qui se laisse plus facilement porter par cette histoire moins absconse qu'elle en a l'air puisque traitant implicitement de son statut.

Certaines cinématiques et certains passages de "gameplay" font leur petit effet.

Le principe

C'est bien par son scénario que brille Dreamfall Chapters car, côté gameplay, le titre demeure particulièrement convenu. On retrouve le cocktail habituel des jeux épisodiques, même si le titre incorpore quelques énigmes ici et là. Cela l'empêche d'ailleurs d'être véritablement accessible aux non-joueurs, certains objectifs étant un peu abstraits. Passé ce constat, vous vous retrouvez surtout avec l'habituel système de choix impactant la trame scénaristique. Dreamfall Chapters a toutefois la bonne idée de montrer avec exactitude les décisions opérées, les personnages évoquant chaque réponse une fois celle-ci mise en évidence. Voilà qui a le mérite de vous laisser maître de votre destin. Détail amusant : entre les chapitres, le jeu tease les évènements à venir grâce à des statistiques et une phrase donnant un indice quant aux conséquences possibles de telle ou telle décision.

Les indices de ce type sont plutôt intrigants.

Pour qui ?

Dreamfall Chapters ne se destine pas uniquement aux fans de la série d'origine. Attention, le premier quart d'heure peut tout de même être déstabilisant, néanmoins vous rattraperez vite le wagon, en constatant par exemple que le côté brouillon de l'introduction est finalement logique. En allant plus loin, il est même légitime de dire que l'aspect mystérieux de l'ensemble (pour un non initié) possède un certain charme. Pour les autres, ils retrouveront évidemment des personnages-clés de la série. Notez enfin que Dreamfall Chapters est un jeu bon marché, épisodique, relativement long et assez bon marché, ce qui en fait une expérience pour le moins accessible.

Dernier détail concernant la partie sonore : Zoé a une voix (anglaise) particulièrement sexy.

L'anecdote

J'ai l'impression que c'est devenu une coutume dans certains jeux PlayStation 4 (et peut-être Xbox One) : la boîte de Dreamfall Chapters incorpore un code pour télécharger la bande originale du jeu. Ce n'est pas la première fois que je note ce genre de bonus. Il arrive aussi que des artbooks numériques soient offerts de la sorte. Sympathique, surtout que la bande originale en question comporte pas moins de 48 pistes de qualité, en plus d'être présente dans un titre vendu à petit prix.
Les Plus
  • Un scénario sympathique
  • Parfois intellligent
  • Une mise en scène ingénieuse qui "fait passer la pilule"
  • La partie sonore réussie (et l'utilisation des musiques à certains moments remarquable)
Les Moins
  • Techniquement très pauvre
  • Ludiquement pas beaucoup plus riche