Mega Man Maverick Hunter X : un hommage aux fans

25 mai 2006
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 10 mars 2006
  • Genres Action, Plateformes

Maverick Hunter X réussi là où de nombreux jeux se sont cassés les dents. Capcom a réuni tous les ingrédients nécessaires à un bon remake. Le gameplay est fidèle à la version SNES même si la difficulté a été réduite. Les fans retrouvent toutes les ficelles du genre : phases de plates-formes, boss ardues, objets cachés... Le lifting graphique restaure parfaitement l'ambiance originale des stages. L'introduction d'un nouveau personnage jouable permet d'assurer une bonne durée de vie. Point noir de ce tableau, les musiques sont en deçà de ce que l'on pouvait attendre tout comme les voix en anglais agaçantes. Maverick Hunter X se hisse parmi les jeux sympathiques, destinés avant tout à un public de connaisseurs. Les novices peuvent tout de même y jeter un oeil, au risque de prendre définitivement goût à la série.

Certains joueurs ont pris la mauvaise habitude de critiquer les remakes sur PSP, parfois violemment mais toujours aveuglement. Si beaucoup de ces remakes sont effectivement malhonnêtes, d'autres parviennent à renouveler l'intérêt original. Mega Man Maverick Hunter X est beaucoup plus qu'un simple dépoussiérage de Mega Man X, sorti à l'époque sur Super Nintendo.

Le pingouin est le boss le plus facile à tuer

Nous sommes en l'an 21XX

Avant de présenter le jeu, un petit retour sur la série des Megaman est nécessaire. La saga a débuté en 1987 sur Nintendo, sous le nom de Rockman au Japon. L'histoire est simple : un gentil robot (Rock ou Megaman) décide de combattre le méchant Docteur Wily, coupable d'avoir corrompu des milliers de robot pour asseoir sa domination du monde. Cette série compte 8 épisodes. En 1993, Capcom décide de lancer une nouvelle série sur Super Nintendo. Megaman X se déroule un siècle plus tard, en l'an 21XX. Le méchant Sigma est le chef d'un soulèvement des machines. Pour contrer ces robots rebelles, des équipes de Maverick Hunters se sont constitués avec dans leurs rangs le jeune X et son ami Zero. De son côté, Vile est un chasseur atteint de folie prêt à détruire les robots en sacrifiant les hunters. Ce scénario un brin manichéen, ne fait pas dans la subtilité. Peu de rebondissements sont à prévoir. Mais comme dans tout bon Megaman, l'histoire compte finalement peu.

La puissance de feu augmente au fil du jeu

Mega Fidèle ?

Le gameplay est la pièce centrale de Maverick Hunter X. Non content de faire un remake, Capcom a repris l'alchimie du jeu SNES. X a les mêmes capacités que sur la version 16 bits : il tire avec "carré", peut charger ses coups, saute avec "croix", s'accroche au mur, fait sa célèbre glissade avec "rond" et change d'arme avec les gâchettes. Le principe fondateur est donc respecté : Maverick Hunter X est un subtil mélange entre de l'action parfois frénétique et des phases de plate-forme au pixel près. Les novices auront des difficultés à maîtriser les mécanismes du jeu. Malgré quelques différences avec la version original, le gameplay Maverick Hunter X reste ancrer à son époque pour le grand bonheur des vétérans. De ce fait, le cheminement libre a été conservé. Vous pouvez par exemple choisir l'ordre des niveaux. En fait, il va falloir trouver le bon chemin car chaque boss est vulnérable à un type d'armement que vous récupérez en terminant les stages. De plus, un niveau terminé peut avoir des conséquences sur le niveau suivant. Le monde de Flame Mammoth est gelé après avoir battu le pingouin. Pourtant, en dépit des nombreuses similitudes, Maverick Hunter X n'est pas qu'un simple portage. Bien au contraire.

Un petit tour dans le sublime niveau de la jungle

La 16 bits rencontre la PSP

Le remake est en passe de devenir une recette magique pour les éditeurs et les constructeurs. Les ingrédients sont simples : changer dans la continuité. Si Maverick Hunter X garde le gameplay de la version originale, il a subit un traditionnel ravalement de façade. Fini les sprites, X passe aux polygones. Le jeu mixe habilement gameplay 2D et visuel 3D, comme l'avait fait Konami pour Contra sur PS2. La modélisation des personnages conserve cette petite touche retro, absente des précédents épisodes (Megaman X8 pour ne citer que lui). Les décors ont gagné en détails tout en n'étant pas surchargés. Seul regret, l'animation ralentit lorsque les ennemis sont nombreux. Les musiques ont également été remixées. Le résultat est décevant : l'orchestration aurait mérité un meilleur traitement. Quel dommage de ne pas pouvoir jouer avec les musiques du jeu SNES. Lors des scènes de dialogue, des voix anglaises ont remplacé les bip-bip d'antan. Malheureusement, elles sont totalement ratées. Des séquences animées ont été ajoutées. La qualité est correcte et elles plairont sans aucun doute aux fans de la saga.

Face au boss, vous n'avez pas le droit à l'erreur

Qu'apporte réellement ce remake ?

Le travail de Capcom ne s'est pas concentré uniquement sur l'aspect visuel. En effet, le jeu inclut un nouveau personnage jouable et débloquable après avoir terminé le jeu avec X. Vile présente une histoire alternative et inversée, à la manière d'un Knuckles. Le gameplay diffère également. Vile possède trois boutons de feu et par conséquent, un arsenal impressionnant. Malgré une impression de lourdeur comparée à X, la prise en main est agréable. Refaire les niveaux avec Vile est un vrai plaisir. C'est d'ailleurs un des points forts du jeu. Maverick Hunter X se fait et se refait. En plus des armes arrachées aux boss, vous devez trouver les tanks, ou réservoir permettant d'augmenter vos jauges de vie et d'attaque. La durée de vie du titre s'avère donc à la hauteur. Cependant, comme les fans pouvaient le craindre, la difficulté a été réduite. Si certains passages restent ardues, la plupart ont été adoucies, histoire de plaire à un plus large public. Enfin, le dernier défaut provient de l'ergonomie de la PSP. La croix directionnelle de la console est un désastre. Le contrôle du personnage est parfois chaotique et les amateurs de Megaman regretteront la bonne vieille manette Super Nintendo.
Les Plus
  • L'univers MegaMan
  • Le mélange action et plate-forme
  • Le lifting réussi
  • Pouvoir refaire le jeu avec Vile
Les Moins
  • Trop facile pour les connaisseurs
  • La bande son peu convaincante
  • Quelques ralentissements