Shadow Tactics

07 déc. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Commando Shinobi

Digne descendant d'un genre initié par Commandos en 1998 et quasi disparu depuis 2002, Shadow Tactics réussit le pari d'utiliser à la perfection ce style de jeu tout en faisant un titre en marge de ces séries reconnues. Son ambiance immersive et la difficulté relevée dont il fait preuve en font un défi à part entière mêlant observation, action, réflexion et rapidité d'exécution. Saluons justement la présence de voix japonaises, rendant l'expérience totale, ainsi que l'énorme travail qu'a représenté ce niveau de détail des cartes. L'adjonction du sous-titre "Blade of the Shogun" laisse supposer le début d'une série. Espérons-le !

Shadow Tactics est un Commandos-like dont l'action se déroule à l'époque du Japon Féodal. "Commandos-like" ne vous dit rien ? C'est normal car ce genre n'a pas été utilisé depuis Desperados ou Commandos 2 en 2001 ! Les allemands de Mimimi font maintenant le pari de faire revivre l'infiltration tactique... Mais ce genre a t'il encore une place au soleil ?

L'histoire

L'histoire se déroule en 1615, dans un Japon miné par les guerres féodales. Elle commence par une mission où votre premier personnage, Hayato, Shinobi de métier, a pour mission d'ouvrir les portes du chateau d'Osaka aux armées du Shogun. Vous êtes bientôt rejoint par Magen le samouraï, qui n'est que le premier de vos compagnons d'arme. Magen est un samouraï à l'armure épaisse. Il est très efficace à courte distance. Vient ensuite Takami l'expert du fusil de précision, aux munitions comptées et précieuses. Viendront ensuite deux femmes aux attaques subtiles telle que Yuki dont le travail est de poser des pièges et d'y attirer les ennemis à l'aide de sa flûte. Enfin vient Aiko, le voleur de costumes des ennemis pour mieux s'y mêler et les endormir à l'aide de son épingle mortelle. Le scénario vous est expliqué par des séances in-game, et complétées par des cinématiques introduisant les niveaux du jeu, ce qui personnalise encore un peu plus ces personnages.

Les cartes détaillées ne manquent pas d'esthétisme.

Le principe

Vous reconnaissez le gameplay des ancêtres de Shadow Tactics dès les premiers clics. Vous déplacez le seul joueur dont vous disposez, pour l'instant, en cliquant sur son point d'arrivée ou sur l'obstacle qu'il doit franchir pour peu qu'il en ait la possibilité. Ce personnage dispose d'attaque au corps à corps ainsi qu'une capacité spéciale. Ce sera le lancé de shuriken pour le Shinobi ou une attaque "tourbillon" tuant plusieurs ennemis à la fois pour le samouraï. L'utilisation de vos compagnons et toutes les actions disposent de raccourcis claviers rendant les actions rapides. Votre personnage atténue sa visibilité en s'accroupissant ou en se cachant dans les bâtiments, pour peu qu'ils soient vides d'ennemis, ou dans les buissons.

L'idéal est de rester hors du champ de vision des gardes ennemis, qui est représenté à l'écran par un cone dont l'intensité de couleur représente la force. De plus, vous pouvez placer une sonde qui indique quels gardes pourront vous repérer. Passer par les toits n'est pas une option : c'est un réflexe vital car à la moindre alerte vous pouvez considérer votre mission comme perdue et préparer vos funérailles. Ainsi le Shinobi est souvent l'éclaireur et coordinateur des attaques simultanées. Cacher les corps des ennemis et pouvoir les attirer en lançant des objets par exemple font partie des possibilités, rendant ainsi l'ensemble cohérent.

C'est pour cela que les développeurs ont ajouté le mode "ombre" qui permet d'enregistrer à l'avance les déplacements et actions des membres de votre équipe. La raison est simple : vous devez souvent les coordonner pour attaquer en respectant un timing des plus serrés. En pré-enregistrant ces actions vous pouvez attaquer les ennemis simultanément en divers points de la carte sans qu'ils n'aient le temps de donner l'alarme fatale pour votre mission.

Les cartes, toujours dans un style 2D des plus sobres, n'en sont pas moins de toute beauté et détaillées. Celles-ci montrent le moindre détail qui permet de vous cacher ou d'améliorer votre progression. Il existe une multitude de chemins pour parvenir à vos fins, certains d'entre eux étant plus discrets que d'autres. Les développeurs permettent d'ailleurs de mettre en surbrillance les éléments clés qui facilitent leur accès. Le décor est planté, passons maintenant à l'intérêt du jeu : la complexité des missions.

Le zoom puissant permet de superviser aisément les actions sur une bonne partie de la carte.

Le - faux - multi

Le style ne se prête pas au jeu à plusieurs, tout simplement. Il s'agit d'un jeu schizophrène car vous jouez en multi... seul ! Gérer une équipe, coordonner ses actions à la seconde près pour une réussite dépendant souvent du nombre de tentatives que vous lui accordez vaut l'intensité d'un multijoueur. D'ailleurs, les développeurs sont adeptes de la sauvegarde et du chargement rapide, à tel point qu'un compteur vous indique le temps passé depuis votre dernière sauvegarde et clignote dès une minute sans sauvegarde passée. Ceci représente toute l'intensité du jeu.

Un jeu d'infiltration n'interdit pas de créer des personnages attachants.

Pour qui ?

Ce titre est absolument à jouer pour quiconque était fan de la série des Commandos. Ces fans retrouveront le titre de leur jeunesse dans un univers léché permettant ainsi de renouveler l'expérience sans pour autant la déprécier. Il est aussi à conseiller aux joueurs qui aiment réfléchir, sans délaisser les graphismes car Shadow Tactics offre une expérience à l'univers personnalisé peu abordé : le Japon féodal. De plus, il est soigné et ne déçoit pas dans sa réalisation, à tel point qu'il est possible de choisir des voix japonaises pour une immersion totale !

Les doublages japonais vous plongent dans l'ambiance, les sous-titres restent en français.

L'anecdote

Les doublages - à mettre en japonais, j'insiste - sont absolument fabuleux. Ils représentent parfaitement l'état d'esprit des personnages. Pour ma part ils m'ont vraiment installé confortablement dans le récit. Les textes ne sont pas en reste, je me suis surpris à rire comme par exemple Yuki, qui est une enfant, disant "Oh un shuriken, je peux en avoir un ?", et Hatayo la grondant comme une enfant : "Certainement pas !"
Les Plus
  • Un bon niveau de difficulté
  • Les cartes sont soignées
  • Des personnages attachants
  • Des doublages japonais pour plus d'immersion
  • L'interface est bien pensée
  • De l'action prenante malgré un calme apparent à l'écran !
Les Moins
  • Forcément un peu répétitif
  • Quelques longueurs