Titanfall 2

14 nov. 2016
Testé par sur
Disponible sur
4

Taille titan !

Quelle belle surprise ! Parti de loin, Respawn Entertainmennt a fait un sacré boulot. Preuve s'il en faut qu'un temps de gestation décent peut être bénéfique. Profitant d'une excellente campagne solo, Titanfall 2 est un titre véritablement malin, que ce soit dans son approche de certaines missions ou dans son gameplay. Ainsi, jamais un FPS n'a aussi bien géré la verticalité. Le multi ne gâche rien et bénéficie de maps plus soignées, d'une interface plus efficace et d'un mode Chasse aux Primes vraiment amusant. Dommage que ce second volet puisse pâtir du manque d'aura de son prédécesseur (surtout que celui-ci a été bêtement bazardé dans l'EA Access) car il apporte un vrai vent de fraîcheur sur un secteur morose depuis des années. Titanfall 2 est assurément le FPS de cette fin d'année, solide comme l'acier.

Deux ans et demi après un Titanfall considéré comme l'une des premières grosses exclusivités Xbox One, Titanfall 2 débarque en tant que titre multi-plateformes. S'il avait pour lui quelques qualités, le premier épisode était surtout perfectible. Cette suite est-elle enfin à la hauteur ?

L'histoire

La première bonne nouvelle, c'est que contrairement à Titanfall, cette suite propose une vraie campagne scénarisée. Alors que vous étiez en plein entraînement, vous voilà envoyé sur le champ de bataille où votre supérieur se fait tuer devant vous. Après un ultime moment de bravoure, celui-ci vous sauve et vous donne les autorisations d'accès à son titan. À vous de poursuivre son objectif, à savoir retrouver le major Anderson (situé à 60 km de votre position).

Si l'autorisation acquise pour piloter votre titan peut paraître anodine, la symbolique est pourtant présente : Titanfall 2 transforme ses robots en des sortes d'armures protectrices. Ainsi, le titre s'éloigne de la mentalité japonaise (les productions nippones aiment se servir des armes ou méchas comme des prolongements de l'individu). Illustration parfaite de la démarche ici occidentale, le fait que votre titan soit désormais personnifié. Celui-ci n'hésite pas à communiquer pour vous aider, parfois non sans faire preuve d'humour.

La force de Titanfall 2 demeure donc dans sa faculté à créer un attachement entre vous et votre robot. Un lien qui, soit dit en passant, n'est pas sans rappeler certains héros américains (Tony Stark et son armure par exemple, ou plutôt son IA nommée J.A.R.V.I.S.). Évidemment, ce constat change beaucoup de choses puisque, rappelons-le, Titanfall ne proposait qu'une campagne artificielle, à peine pourvu d'un fil rouge et se contentant de vous faire enchaîner bêtement des cartes du mode multijoueur.

Vous pouvez parfois communiquer avec BT, votre titan.

L'emballage

Deuxième bonne nouvelle : s'il n'est pas non plus le plus beau jeu actuel, Titanfall 2 est indéniablement plus réussi visuellement que son prédécesseur. Les textures sont plus fines, les détails plus nombreux mais, surtout, le titre dispose d'une belle direction artistique. Un résultat probablement dû au travail effectué sur la campagne solo. Toujours est-il que Titanfall 2 propose des panoramas aux allures d'artworks ; et il sait aussi varier les ambiances, le jeu allant même parfois jusqu'à lorgner du côté d'Alien.

Esthétiquement, le jeu est particulièrement réussi.

Le principe

Côté gameplay, Titanfall 2 a la bonne idée de bonifier les bases de son prédécesseur. Vous pouvez donc être à pied ou faire appel à votre titan. À pied, vous brillez toujours par votre mobilité vous permettant de faire des doubles sauts ou de marcher sur les murs. Dans votre robot, vous faîtes plutôt parler la force grâce à vos capacités (possibilité de bloquer les balles pour mieux les renvoyer, sonar, bouclier, etc.) ou à vos armes lourdes.

Si les bases du premier volet sont reprises, l'implémentation d'une (vraie) campagne solo a vraiment été bénéfique à Titanfall 2. Ainsi, plus encore que les possibilités offertes par le gameplay, c'est bel et bien le level design qui est à l'honneur. Pour rythmer leur campagne, les développeurs ont dû varier les phases de jeux et réfléchir à un moyen d'insuffler une dynamique. La solution ? L'intégration millimétrée de murs (ou autres surfaces) sur lesquels vous pouvez courir. De plus, certains niveaux conceptuels reposent parfois sur des mécaniques particulièrement ingénieuses. Nous vous laissons la surprise.

Le résultat est ce qu'il est : Titanfall 2 prend parfois des airs de Mirror's Edge. En effet, certains passages s'apparentent à des "runs" défilant à toute vitesse. Et seules les salves d'ennemis viennent freiner vos courses.

Nous vous laissons la surprise, mais certains niveaux sont tout bonnement mémorables.

Le multi

Connu pour son orientation multijoueur, Titanfall a néanmoins souffert de certaines de ses idées, et notamment de la présence de bots faisant office de chair à canon sur les maps. Titanfall 2 propose pour sa part un mode ingénieux, en partie inspiré du mode Zone de Combat de Halo 5 - qui lui-même s'inspirait déjà de Titanfall (vous suivez ?). Ainsi, le mode Chasse aux primes est un 5 vs 5 incluant lui aussi des bots ; et des primes sur des ennemis apparaissant sur la carte. Chaque frag rapporte de l'argent à vous et à votre équipe, et des "banques" sont ponctuellement ouvertes sur le terrain. À vous de vous dirigez vers ces dernières dans le temps imparti pour transférer vos bonus, et donc un bonus à votre équipe.

Si le mode est vraiment drôle, c'est parce qu'il a enfin le mérite d'être équilibré correctement, sans compter que les titans sont une fois de plus de la partie. Évidemment, les autres modes de jeu sont présents, et il vous faudra aussi passer un paquet d'heures devant votre écran pour grimper les échelons avec votre personnage. Le système est d'ailleurs plutôt permissif est bien vu : à vous de choisir si vous désirer débloquer tel élément avec votre rang, ou si vous préférez dépenser des points glanés en combat. Ajoutez quelques nouvelles armes et possibilités et vous obtenez un cocktails plutôt étonnant.

Le transfert des bonus est important dans le mode Chasse aux Primes.

Pour qui ?

Titanfall 2 est une vraie bonne surprise, au point de rabattre les cartes sur le plan qualitatif. Si vous n'avez pas accroché au premier épisode, cette suite pourrait bien vous convaincre. Grâce à sa campagne solo mais pas seulement : plus dynamique que jamais, Titanfall 2 a aussi la bonne idée de s'améliorer dans tous les compartiments. Un luxe.

La présence de boss apporte du piquant à l'aventure.

L'anecdote

Pour être tatillon, soulignons tout de même le rythme de certains passages un peu bourrin. Un point véritablement anecdotique compte tenu du plaisir procurer par le jeu, mais qui fait un peu tâche puisque Respawn Enternainment va jusqu'à charrier Infinity Ward (Call of Duty). Rappelons que Respawn a en partie été créé par d'anciens membres du studio d'Activision. Il est alors un peu dommage de livrer un gameplay si atypique tout en proposant quelques passages (deux ou trois) assez convenus en matière de rythme. Heureusement, le reste du jeu rattrape la donne avec brio, avec une mention spéciale pour les boss et certains niveaux !
Les Plus
  • Esthétiquement très réussi
  • Un principe encore plus grisant (la démesure, la mise en scène, etc.)
  • Quelques niveaux terriblement ingénieux
  • Un scénario plus intéressant qu'il ne parait
  • Un gameplay bonifié, plus souple qu'auparavant
  • Un level design malin
  • Un multi encore plus solide
  • Le mode Chasse aux Primes, la star du multi
Les Moins
  • Un ou deux passages un peu bourrins