Until Dawn : Rush of Blood

07 nov. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Chair de poule

Plus que dans son système de jeu, c'est donc dans son immersion que réside la force d'Until Dawn : Rush of Blood. De ce point de vue, le titre de Supermassive Games est clairement l'un des jeux forts du PlayStation VR, proposant par moment une peur rarement ressentie. Alors certes, le titre surfe sur les atouts bien connus de la VR, mais il le fait si bien qu'il serait dommage de bouder l'expérience, surtout qu'elle est particulièrement convaincante visuellement. Elle fait même office de démonstration idéale pour quiconque désirait surprendre ses amis. Bouh !

Plus d'un an après le succès de l'horrifique Until Dawn, Supermassive Games revient avec Rush of Blood, un spin-off destiné au PlayStation VR, support a priori parfaitement indiqué pour vous faire sauter au plafond. Prêt pour un tour de manège ?

L'emballage

Until Dawn : Rush of Blood dispose d'un scénario minimaliste : vous êtes dans un chariot et parcourez un rail à l'allure d'un train fantôme. Entre les niveaux, une sorte de maître de cérémonie affirme faire votre diagnostic. Cet homme, c'est la première chose que vous voyez. C'est l'occasion de vous rendre compte que, pour de la VR, Rush of Blood est particulièrement solide techniquement. Ainsi, nous nous retrouvons devant l'équivalent d'un vrai jeu PlayStation 3 et seul les explosions laissent globalement à désirer. Plus important : le jeu alterne les ambiances et les situations avec un certain brio, et le son 3D est lui aussi géré à la perfection.

Esthétiquement et graphiquement, Rush of Blood est réussi.

Le principe

L'alternance des ambiances est le moteur de Rush of Blood. Car en soi, le jeu est assez simple : vous tenez deux armes et vous vous contentez de tirer devant vous. D'ailleurs, il propose aussi bien de jouer à la manette qu'au PlayStation Move. À la manette, la jouabilité manque un peu de précision et nous imaginons mal un joueur finir le titre en difficile de la sorte.

D'ailleurs, le gameplay de Rush of Blood manque globalement de piquant. Pas dans l'action, non, mais plutôt dans le fond. Vous jouez sans jamais trop faire attention au système de scoring, notamment à cause de l'omniprésence d'objets destructibles à l'écran. Le manque de précision général et la nécessité d'économiser les balles (les armes spéciales peuvent se "briser") font que vous avez aussi parfois tendance à contempler un peu le parcours.

Mais ce n'est pas gênant, car Supermassive Games gère parfaitement le rythme de sa promenade horrifique. En effet, la force du jeu réside en partie dans l'obligation que vous avez à vous baisser lors de certains passages (objets à éviter, etc.). Bloqué dans votre siège, vous ne pouvez que subir les évènements qui se produisent. Ainsi, la peur est à son paroxysme à chaque fois qu'un ennemi s'approche au plus près de vous, comme si vous étiez susceptible de vous faire agresser physiquement.

À la manette, le gyroscope vous sert quand même à viser.

Pour qui ?

Rush of Blood est avant tout une belle vitrine pour le PlayStation VR de Sony. Si le jeu est plutôt quelconque dans le fond, l'expérience sous forme d'attraction est assez fascinante pour convaincre. Seules les âmes les plus sensibles pourront éventuellement passer leur tour. À ce sujet, dommage que le jeu ne propose pas un mode spectateur ou "replay", juste pour pouvoir faire goûter l'expérience à un non-joueur. Enfin, côté "motion sickness", Rush of Blood fait partie des bons élèves avec aucun souci majeur à signaler. Un bon point.

Un passage fort : attention aux scies circulaires... et à ne pas devenir le cochon !

L'anecdote

Supermassive Games sait parfaitement gérer la tension de son aventure. Ainsi, quelques exemples de scènes me viennent en tête. D'abord il y a le tout début du jeu, et notamment ce passage vous faisant dévaler le rail tel une (vraie) montagne russe. Sensations fortes garanties. En parlant de sensations, j'ai rarement eu peur comme au milieu de l'aventure, ou je me suis retrouvé à affronter un boss effrayant : une sorte d'infirmière se déplaçant avec vivacité avant de vous atteindre, alors que vous tirez des salves avec vos armes (fusil à pompe ou uzis en l'occurrence). À ce moment, le ressenti est tel, la peur si viscérale, que j'ai eu la chair de poule en pleine action, pris par la tension et le fait de devoir continuer de tirer tout en étant agressé sur mon siège. Un sentiment assez unique.
Les Plus
  • Le choix entre la manette ou les PS Move
  • Une peur parfaitement travaillée
  • Un rythme maîtrisé
  • Plutôt joli pour de la VR
  • Court mais intense
  • Disponible contre seulement 20 euros au lancement
Les Moins
  • Un rail-shooter qui manque quand même de précision
  • Un gameplay globalement décevant (système de scoring, etc.)
  • PS Move conseillés (dommage qu'il n'y ait pas de pack promotionnel d'ailleurs)