Disney Magical World 2

13 déc. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Une suite sans surprise

Disney Magical World 2 est la suite frileuse d'un bon jeu. Par conséquent, bien qu'il s'agisse d'une sympathique expérience, celle-ci semble stagner. Attention : le titre de Bandai Namco demeure l'une des seules alternatives convaincantes à l'ogre Animal Crossing. C'est juste que fort d'un premier épisode réussi, cette suite aurait mériter d'oser un peu plus, en se focalisant sur autre chose que le contenu à proprement parler. Finalement le constat est simple : si vous possédez le premier volet, vous pouvez passer votre tour. Si vous ne le possédez pas, songez donc à prendre un bol d'air enchanté.

Il y a deux ans, dans notre test de Disney Magical World, nous avouions espérer une suite à ce jeu clairement sympathique. C'est donc sans appréhension et avec un certain enthousiasme que nous avons débuté Disney Magical World 2.

Le principe

Comme son prédécesseur, Disney Magical World 2 base son principe sur celui d'Animal Crossing. Vous voilà donc dans une simulation de vie, cette fois-ci dans l'univers de Disney. La recette est la même que pour le premier volet : vous parcourez un village enchanté dans lequel vous pouvez participer à diverses activités (exploration, pèches, etc.) en vue de gagner des récompenses ou objets pouvant soit être revendus, soit être utilisés pour confectionner des objets. Ainsi, si vous savez joué au premier volet, vous serez par exemple content de retrouver Daisy derrière sa machine à coudre.

Globalement, Disney Magical World 2 est comme son prédécesseur à ceci près qu'il propose un contenu encore plus faramineux. D'ailleurs, six nouveaux mondes sont au programme, avec notamment la présence de héros célèbres issus par exemple de La Reine des Neiges ou Lilo et Stitch (deux dessins animés encore très populaires, notamment auprès des jeunes). Notons enfin qu'une place un peu plus importante est accordée à l'action : vous pouvez désormais parcourir de très courts niveaux nécessitant d'affronter des fantômes à coups de baguettes magiques évoluant au fil de votre progression. L'ensemble s'apparente un peu à ce que nous pourrions trouver sur la place Mii, mais cela a le mérite de permettre de glaner des récompenses et matériaux rapidement.

Graphiquemennt, le jeu retranscrit bien l'esprit Disney.

L'emballage

Sur le plan technique, Disney Magical World 2 semble presque trop ambitieux. Les décors sont assez détaillés pour de la 3DS et il est même possible de zoomer sur l'écran d'une simple pression de touche. Hélas, le jeu n'est pas hyper stable et des ralentissements sont parfois présents. Pas de quoi se plaindre outre mesure (l'expérience n'en pâtit pas vraiment) mais ce point était tout de même à souligner. Heureusement, le jeu est avant tout coloré et mignon. En revanche, dommage qu'il ne soit pas doublé en français, surtout qu'il est sorti il y a un an au Japon.

Les missions d'action sont simples mais un peu répétitives.

Pour qui ?

Le souci de Disney Magical World 2, c'est qu'il ne révolutionne jamais grand chose. Au point que si vous avez goûté au premier volet, vous aurez simplement l'impression de jouer à son prolongement. Du coup, pas sûr que l'achat soit nécessaire si l'épisode précédent se trouve dans votre ludothèque. En revanche, si vous en avez marre d'Animal Crossing, Disney Magical World 2 est un jeu qui, s'il est moins radical dans son approche, reste une alternative sympathique. Les amoureux de Disney seront aussi contents de savoir que les PNJ issus de l'univers de la firme sont plus nombreux.

Habillez-vous comme bon vous semble.

L'anecdote

Lors de la création de votre avatar, Disney Magical World 2 vous permet notamment de porter des habits de femme même lorsque vous choisissez le sexe masculin. Si cela peut paraître anecdotique, il est assez rare que les éditeurs permettent ce genre de libertés, suite aux polémiques idiotes que cela peut parfois susciter. Disney semble donc assez ouvert à ce sujet.
Les Plus
  • Esthétiquement joli et mignon
  • Un village/HUB plus grand que dans le volet précédent
  • Une progression toujours accrocheuse
  • Un contenu assez conséquent
  • Les mêmes atouts que le premier épisode
Les Moins
  • Les mêmes défauts que le premier épisode
  • Le framerate chafouin
  • Une absence d'audace décevante