Seasons after Fall

26 sept. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Une petite graine devenue grande

Dans la série des jeux de plateforme à la direction artistique impeccable, Seasons after Fall apparaît clairement comme l'un des plus dignes représentants : une patte graphique évidente, un gameplay astucieux basé sur les saisons et les modifications qu'elles entraînent sur l'environnement, une ambiance sonore d'excellente facture aussi bien du côté de la musique que des voix des principaux protagonistes. Reste toutefois quelques menues maladresses au niveau de la progression et du level design, ainsi qu'une histoire manquant un peu d'originalité pour rendre l'expérience parfaite. En tous cas, la passion et le soucis du détail de Swing Swing Submarine est palpable et ajoute à un plaisir de joueur qu'il serait dommage de bouder.

Enfin ! Après six longues années de développement, le projet phare de l'équipe de Swing Swing Submarine débarque sur vos PCs. Seasons after Fall vous propose donc de titiller les saisons par l'intermédiaire de la queue d'un renard. Rien que ça.

L'histoire

Dans Seasons after Fall, vous incarnez une petite graine qui incarne un renard, lui-même incarnant très vite son propre spectre... Ok, repartons du début. Les gardiens des saisons ont besoin de vous, le renard, car une graine magique a décidé de saboter la cérémonie des saisons. Vous n'y êtes toujours pas ? Pas de problème. La méchante, c'est la graine, le gentil, c'est le renard, et l'enjeu, ce sont les quatre saisons. Bref, vous l'avez compris, l'histoire de Seasons after Fall n'est que le prétexte à s'amuser avec les différentes saisons au beau milieu d'une forêt magique. Rien que de très routinier pour les habitués du genre. Heureusement, une direction artistique d'excellente facture permet de faire monter le niveau d'un cran.

Cette petite graine va vous apporter bien des soucis...

Le principe

Seasons after Fall est un jeu de plateforme en scrolling horizontal. Une fois n'est pas coutume, votre héros ne va pas acquérir des compétences au cours du jeu mais simplement apprendre à maîtriser les saisons. Et c'est là tout l'intérêt du gameplay car en invoquant chaque saison, vous modifiez votre environnement. Ainsi, un geyser sera plus haut au printemps qu'en été, et logiquement gelé en hiver, devenant ainsi un très pratique marche-pied. Idem pour les champignons, qui ne s'ouvriront qu'en automne. Les exemples sont nombreux, des plus logiques aux agréablement surprenants.

Les gardiens des saisons et leurs autels respectifs sont bien sûr éparpillés aux quatre coins de la forêt, avec un sanctuaire central servant de point de repère et surtout qui vous permet de savoir un minimum où vous en êtes. Cela dit, les aller-retours sont légion et même si les environnements sont variés et modifiables selon les saisons, la répétition des parcours entraîne parfois un essoufflement de votre intérêt. L'absence de carte du monde peut aussi vous perturber, les indications laissées par les gardiens n'étant pas toujours très explicites.

Le sanctuaire regroupe les gardiens que vous devez réveiller.

Pour qui ?

Fans de jeux tels que Ori and the Blind Forest, Unravel ou encore le méconnu Never Alone, vous serez entre de bonnes mains avec Seasons after Fall. Toutefois, vous n'y trouverez pas le challenge du premier (heureusement ?), ni l'originalité et la puissance poétique des deux autres. Cela dit, l'expérience Seasons a clairement son charme, notamment grâce à sa superbe direction artistique. Elle surpasse même celle, un peu pompeuse, de l'acclamé Child of Light par exemple.

Est-ce une bonne idée de réveiller un ours en pleine hibernation ?

L'anecdote

C'est en septembre 2010 que nous avions entendu parler pour la toute première fois de Seasons after Fall (à l'époque, le projet s’appelait simplement "Seasons"). Nous avions même rencontré la toute petite équipe de Swing Swing Submarine lors d'un salon. Elle nous avait expliqué le concept, montré quelques croquis et même une version plus que alpha de la bête. Les voies du développement pour un petit studio étant ce qu'elles sont, il aura d'abord fallu passer par d'autres projets plus simples et rentables tels que Blocks That Matter et Tetrobot and Co. avant que Seasons after Fall ne voit enfin le jour, ce grâce au soutien de l'éditeur Focus Home Interactive.
Les Plus
  • Une vraie patte graphique, largement au niveau des ténors du genre
  • Une ambiance sonore très sympathique
  • Des voix françaises au poil (de renard)
  • Quelques surprises dans les environnements
  • Le switch à volonté entre les différentes saisons
  • Un challenge à la portée de tous
Les Moins
  • Une histoire assez bateau
  • Une fin un peu sèche
  • Des aller-retours parfois gênants
  • Un début répétitif