Japan Expo 2010

10 oct. 2010
Rédigé par dalistar, jeff

Bilan d'une édition haute en couleurs

C’est le 1er juillet dernier aux Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte que c’est tenu le salon de plus attendu par tous les amateurs de culture japonaise et fantastique de France et de Navarre : le 11ème impact de Japan Expo et la saison 2 de la Comic Con française. Retour sur l'évènement.

Un immense Naruto marquait l'entrée du stand Kana

11ème impact

Après avoir fêté en fanfare son 10ème impact l’an dernier, la Japan Expo a su créer l’événement cette année encore avec la venue d’invités prestigieux, entre autres Tsukasa HÔJÔ (mangaka auteur de City Hunter, Cat’s eye…), Yuko SHIMIZU (créatrice de Hello Kitty), Hideo KOGIMA (auteur de Metal Gear Solid) et le groupe d’idols Morning Musume.

Bien entendu quand on parle de la Japan Expo, on pense en 1er aux mangas et aux animes (prononcé animé). Et en effet, tous les grands éditeurs sont présents avec des stands plus attrayant les uns que les autres, généralement aux couleurs de leurs séries phares. Pour eux, la Japan expo c’est l’occasion d’être au contact direct des lecteurs et de leur réserver annonces, avant-premières et dédicaces. Ils y présentent aussi de nouveaux titres attendus ou des productions plus confidentielles destinées à un public plus ciblé. Ainsi pour cette édition, Masakazu KATSURA (auteur de I’’S, Video Girl Aï, Zetman) était en dédicace chez Tonkam, An NAKAHARA (auteure de Kilari) chez Glénat, Ki-oon a lancé le très attendu Pandora Hearts, on retrouvait en avant-première chez Soleil (et dédicace par les auteurs) des Bds Noob T.2 et Geek & Girly T.2, et Ankama lançait Appartement 44, un manga français prometteur.

Foule dans un lieu stratégique, entre le JE Live House et la scène cosplay

De la J-Music plein les oreilles

La musique est sans aucun doute le 2nd point fort du salon : une scène entièrement dédiée et qui accueille aussi bien des artistes peu connus du public français que des stars d’envergure mondiale.

Et cette année on peut noter la grande qualité de la sélection, à même de satisfaire tous les publics : de la douceur de Ai TAKEKEWA, au style visual kei de ViViD, en passant par les reprises disjonctées d’Anipunk. Et niveau star, la Japan Expo a gâté le public français avec les 2 formations japonaises les plus écoutées dans le monde : les Morning Musume, groupe a géométrie variable d’idols à la pop entrainante et sucrée attendues depuis 10 par leurs fans français, et Yoshiki & Toshi, piliers fondateurs de X Japan, groupe de J-Rock au succès incontesté depuis la fin des années 80.

Démonstration de kendo à l'espace culturel

Une bonne dose de tradition

Mais Japan Expo c’est beaucoup plus que les mangas, l’anime et la musique! Ce salon s’attache à faire découvrir au grand public l’ensemble de la culture japonaise, de son aspect traditionnel, la nourriture, la mode de la rue...

Pour les amateurs de culture traditionnelle, là encore une scène leur était entièrement dédiée avec aussi bien des démonstrations d’arts martiaux que des concerts de shamisen ou des conférences sur la découverte et la maitrise du zen. De nombreux stands proposaient également des produits traditionnels d’importation : yukatas (kimono léger d’été), geta (sandales traditionnelles en bois), statuettes de maneki neko (le célèbre chat qui invite), carillons… C’était aussi l’occasion de gouter quelques spécialités culinaires (onigiri, calpis, gyoza…) aux détours des allées. Et pour une immersion plus profonde dans la culture japonaise, les plus audacieux pouvaient même organiser leur futur voyage au Pays du Soleil Levant.

Stand marchand croulant sous les goodies

Au détour des allées

Et puis entre deux projections d’animé, conférence, concert, dédicace, c’est le moment de se balader dans les allées du salon et de se rendre vraiment compte de sa diversité : initiations aux arts martiaux, à l’origami, karaokés, quizz… Et explosion du budget sur les stands commerçants débordants de goodies, dans le village jeunes créateurs (paradis pour les filles qui recherchent des pièces uniques et originales) ou sur les stands amateurs (fanzines, badges, portraits). Vous pouvez aussi croiser des cosplayers (interprétation d’un personnage de manga anime ou jeu vidéo dont le costume a été le plus souvent fait main) ou assister aux sélections pour le World Cosplay Summit ou pour le futur European Codplay Gathering, deux événements qui ont attiré une foule particulièrement importante cette année. Vous pouviez également croiser les Gamushara Ôendan (groupe de supporteurs indépendants) en train d’encourager bruyamment et de façon particulièrement efficace les personnes en train de faire la queue (à l’entrée du salon, au JE live house, à la scène principale) ou même de chauffer une salle à l’ambiance de folie.

Vanquish, l'évènement chez Sega

Le jeu vidéo à l'honneur

Le jeu vidéo trouve également sa place à la JE. Alors qu’il était peu représenté lors de la 10ème édition, cette année les stands des grands éditeurs étaient particulièrement imposants et proposaient à l’essai de nombreuses nouveautés. Chez Konami on pouvait ainsi s’essayer à Castlevania Lord of Shadow (sortie oct 2010) et Dance Dance Evolution (Dance Masters sur Kinect pour Xbox 360). Chez Sega, c’est Sonic 4 qui a sans doute connu le plus grand succès, suivi de près par Vanquish, présenté en grandes pompe sur le stand et dont la sortie est annoncée pour le 22 octobre. Du coté de Nintendo, on présentait en exclusivité Dragon Quest IX : les Sentinelles du firmament (sur DS le 23 juillet) ainsi que le long métrage explorant l’univers du Professeur Layton (La Diva Eternelle en partenariat avec Kaze), dont l’histoire se situe avant ses deux aventures ludiques sur DS.

Le salon a également été l’occasion pour Square Enix de présenter Final Fantasy XIV Online au public Français et de lui réserver une double surprise : la présence du créateur du jeu et la possibilité pour tous les participants au salon de s’inscrire à la Beta test du jeu. Les nouveautés n’étaient pas les seules attractions en matière de jeu vidéo: le retrogaming et les jeux musicaux, avec leur coté convivial et propre à rappeler des souvenirs de jeunesse, ont également connu un fort succès grâce à diverses associations qui avaient mis ces jeux en libre accès au public.

Un noble serviteur de Râ (from Stargate)

Go to the Comic Con !

Avec ce passage par l’espace jeu vidéo, le visiteur, souvent plus porté sur la Japan Expo, s’aperçoit alors que le décor à quelque peu changé… En effet, en se laissant porté par le flux des visiteurs et par l’animation des différents stands, il est arrivé à l’espace Comic Con. Mais qu’est que la Comic Con me direz-vous ? C’est vrai que cette partie du salon est encore assez peu mise en avant, sans doute parce que ca création est encore très récente. La Comic Con c’est le salon dédié aux cultures de l’imaginaire, avec une forte représentation des univers de SF et de Fantasy, qui a fait son apparition l’année dernière comme petit salon annexe de la Japan Expo. Mais quelle évolution en 1 an ! Une gestion détachée de celle de la JE, une augmentation de surface très conséquente, et un univers mieux défini.

La Comic Con avait elle aussi ses invités prestigieux : l’équipe de la Série Highlander, Christin et Mézières, auteur de Valérian, et le casting complet d’Hero Corp.

Mais l’animation du salon se trouvait aussi dans ses allées : se prendre pour un agent de l’Empire aux cotés de Strom Troopers, se faire attaquer par un serviteur de Râ, être interpelé par des Visiteurs avant d’aller tenter sa chance de l’autre coté de la Porte des Etoiles. Pour les moins aventureux il y avait aussi des initiations à Magic, aux jeux de rôle, jeux de plateau, au laser game… Sinon on pouvait tout simplement se déguster des épisodes inédits de Stargate Universe, Smallville ou de Lost, avant d’aller à la découverte de séries françaises au budget moins important mais à gros potentiel (Noob, Visiteur du futur, Flander’s Company).

Avec ses 180 000 visiteurs (environ), la Japan Expo est donc l’un des événements les plus importants et le plus attendu par tout un public composé à la fois de fidèles et de passionnés de la culture japonaise et des univers de la Comic Con. Le développement de cette dernière est d’ailleurs l’un des points forts de cette année et promet de contribuer à attirer un public de plus en plus large pour les prochaines éditions du salon. De plus l’ambiance bon enfant qui y règne est propice à des rencontres et situations improbables n’importe où ailleurs. Elle permet à chacun de venir comme il est, et peut être l’occasion pour certains d’arborer fièrement et ostensiblement les étendards de sa culture geek ou otaku.

Vous parler de tout ce qu’on peut trouver à la Japan Expo est impossible ! Mais nous avons été à la rencontre de quelques personnes qui font la Japan Expo. Vous pourrez donc retrouver leurs interviews toujours sur Gamatomic bien sur !