Tron Evolution

06 janv. 2011
Rédigé par
Prévu sur

Sur la bonne voie ?

Avec Tron Evolution, Disney Interactive Studios tente de se démarquer des adaptations vidéoludiques habituelles. En effet, le prochain titre de l'éditeur ne se contente pas d'accompagner la sortie de l'excellent Tron : L'Héritage : il fait plutôt office de chaînon manquant censé combler le vide entre les deux films et donc étoffer l'univers de Tron. Un pari audacieux et qui, à en juger par cette preview, pourrait bien s'avérer payant.

Tron Evolution ne sera certainement pas une bête graphique.

Mystère et boule d'aliasing

Notre premier contact avec Tron Evolution fut quelque peu déroutant ; tout d'abord parce que nous avons pris le jeu plus ou moins en cours de route, juste après le tutorial, et ensuite parce que le soft ne s'avérait pas génial sur le plan graphique. Ainsi, le charme venait plus de la direction artistique épurée et de l'univers de Tron en lui-même que des textures, plus généreuses en aliasing qu'en détails. Un sentiment qui, comme d'habitude, se retrouvait fortement accentué sur la version 3D du titre. Côté scénario, nous ne pouvons en dire grand chose si ce n'est que les événements du jeu se situent entre ceux de Tron et sa suite prévue pour le mois de février. Ainsi, Tron Evolution devrait expliquer l'évolution de La Grille au cours des trois décennies qui séparent les films, ainsi que nous dévoiler le pourquoi du comment de l'emprisonnement de Kevin Flynn dans celle-ci. A noter que le héros était inconnu au bataillon et qu'il ne s'agissait donc ni de Kevin Flynn ni de Tron. Ces derniers auront toutefois de l'importance puiqu'ils étaient visibles dans certaines cinématiques qui, soit dit en passant, ne leur faisaient pas vraiment honneur techniquement parlant. Mais en dépit de ce mystère entourant son scénario et malgré des graphismes assez décevants (surtout quand on connaît l'importance que prend la technique dans la licence), le titre de Disney Interactive Studios s'est voulu rassurant sur bien des points.

Les phases de sauts et les combats bénéficiaient d'un gameplay et d'un rythme assez bien calibrés pour éviter l'ennuie inhérent aux jeux à licence.

Plaisir et accessibilité

En effet, Tron Evolution nous a tout même laissé sur une bonne impression. Un sentiment en grande partie du à l'accessibilité de son gameplay. Une jouabilité qui n'était pas sans rappeler un certain Prince of Persia. Ainsi, le jeu alliait plate-forme et action à un rythme plutôt plaisant, nous proposant aussi bien des passages de beat'em all à coup de disque lumineux que des phases de sauts à tout va. Pour tout vous dire, il était même possible de courir sur les murs et d'utiliser notre disque pour nous propulser dans les hauteurs. Malgré l'absence de tutorial au moment où nous jouions, la progression se voulait assez simple et cohérente, surtout après avoir remarqué que des indications étaient souvent intégrées aux décors, nous permettant ainsi de ne pas trop perdre patience. Cette accessibilité ne veut pas dire pour autant que le titre manquait de subitilité. Entre les combos qui paraissaient variés, la possibilité de changer de capacités et d'effectuer des contres, et l'aspect RPG que nous n'avons malheureusement fait qu'effleurer, Tron Evolution affichait une volonté de bien faire certaine. Une gestion de l'expérience et des améliorations sur lesquelles nous reviendrons lors d'une interview avec David Patch et John Vignocchi, respectivement directeur artistique et chef de projet sur le jeu. Une remarque également valable pour le multijoueur qui tiendrait une part importante dans le soft. Enfin, sachez que le titre devrait proposer son lot de véhicules, à commencer par des courses de Light Cycles, ces fameuses motos lumineuses faisant office d'icônes pour les fans de la franchise. Si l'idée est alléchante, la seule course que nous ayons pu faire consistait plus en une fuite vers l'avant qu'en une véritable course à proprement parler. Wait and see comme on dit.
Cette présentation de Tron Evolution fut donc plutôt rassurante. Si le jeu est loin d'être un monstre technique et si le scénario restait encore très mystérieux, le gameplay à la fois accessible et intéressant semblait être annonciateur d'un jeu à licence tout à fait plaisant à jouer. Peut-être pas une révolution, ni même une évolution, mais un jeu qui pourrait bien proposer aux fans du film un prolongement tout à fait sympathique de l'expérience cinématographique.