La Mémoire dans la Peau : futur jeu mémorable ?

24 janv. 2008
Rédigé par ,
Prévu sur

Nombreuses sont les licences cinématographiques à emprunter le chemin - souvent tortueux - qui conduit au monde du jeu vidéo. Après un accueil mondial plus qu’encourageant sur grand écran (et en librairies puisqu'il s'agit avant tout d'une série de livres), les aventures de l’espion traqué Jason Bourne débarqueront bientôt sur vos consoles. High Moon Studios, l’équipe en charge de cette adaptation, a dépêché son Business Relations Manager sur Paris pour présenter à la presse française cet ambitieux projet. Compte-rendu d’une entrevue en tête à tête avec Meelad Sadat - c’est son nom -, intarissable sur ce The Bourne Conspiracy (La Mémoire dans la Peau en français) plutôt alléchant.

Matt Damon a laissé sa place à un inconnu médiatiquement moins marqué.

Bourne comme vous ne l'avez jamais vu

Vous connaissez les craintes du joueur face à l’adaptation d’un film, craintes justifiées par la qualité de la plupart des précédents titres du genre qui n’ont pas résisté aux sirènes du profit facile. Ce premier contact avec La Mémoire dans la Peau prouve qu’il se détache de cette démarche industrielle. Le concept de l’agent spécial à la mémoire évasive est bien entendu conservé mais ne vous attendez pas à retrouver les traits de Matt Damon dans ceux du héros. Il s’agit pour High Moon Studios de proposer un personnage visuellement inédit afin de garantir son éventuelle pérennité. Développer une série de jeux Jason Bourne devient ainsi possible - si le succès suit -, sans que le désengagement prévu de Matt Damon au cinéma vis à vis de ce personnage ne soit problématique. C’est donc à une nouvelle tête que vous aurez affaire. Un brun ténébreux pour remplacer un blond vénitien, après tout, pourquoi pas ?

Jason Bourne ne pourra plus se cacher derrière un obscure passé.

Le passé de Jason révélé

Autre digression : l’histoire du jeu commence avant celle du premier film. Souvenez-vous, l’action y débutait par la noyade évitée de Jason Bourne, flottant au beau milieu de l’océan. Qu’à cela ne tient ! Dans le jeu, vous saurez comment l’agent se retrouve dans cette mauvais posture en participant à la mission qui va l’y conduire. Le jeu sera d’ailleurs rempli d’allers-retours entre le passé et le présent, au gré de la mémoire "clignotante" du héros. Ainsi, de nombreux éléments croisés au cours des niveaux le replongeront dans son passé. Au bout du compte, ces flash-backs jouables permettront d’éclairer le background de Jason Bourne et vous comprendrez mieux pourquoi il est devenu ce héros qui fait tant rêvé... Bien entendu, la révélation la plus importante - et qui n’en est pas vraiment une - consiste à mettre en évidence le j’en-foutisme et la corruption des services secrets. Cette administration apparait ainsi très douteuse et Bourne devra encore une fois ne compter que sur lui pour se sortir de toutes sortes de situations périlleuses dûes à la négligence de ses employeurs.

Les combats promettent de jolies chorégraphies réalistes.

Jouer des poings et du cerveau

La présentation a mis en évidence deux modes de jeu. Le premier consistait en une séquence de fuite durant laquelle Jason Bourne devait trouver son chemin en distribuant des coups de poings à tout va, en éclatant la tête de tout ce qui bouge sur ou avec tout ce qui traine, et ce le plus vite possible. Le tout était entrecoupé par des actions rapides, comme passer sous un rideau de fer avant qu’il ne se ferme. Les combats de La Mémoire dans la Peau sont basés sur un système similaire à ce celui de Knight Fight : coup haut, coup bas, coup fort, coup rapide. Ces actions alimentent une jauge d’adrénaline qui, une fois remplie, permet l’utilisation d’attaques combos de plus en plus audacieuses et violentes. Très pratique pour s’attaquer à plusieurs ennemis simultanément. Quant au deuxième mode de jeu, il permet d’explorer plus en détails les environnements. Jason Bourne est équipé d’une arme de tir. Et logiquement, ses adversaires aussi. Il devra donc se mettre régulièrement à couvert. Le système est semblable à celui de Gears of War à la différence près qu’ici, les couvertures sont destructibles, aussi bien pour les ennemis que pour le héros.

Visuellement, le jeu apparaît particulièrement sexy.

Une forme chic et choc

Jason Bourne possède aussi la "Bourne awearness" qui lui permet d'être constamment au courant de se qui se passe autour de lui. Rassurez-vous : c'est bien plus subtile que le côté "aware" de Jean-Claude Vandamne. En pratique, il est possible d'actionner la concentration du héros afin de faire apparaitre en surbrillance ce qui est digne d'intérêt. Au niveau visuel, justement, La Mémoire dans la Peau est non seulement très beau, mais aussi très bien pensé. Dans une optique de jeu à immersion totale, un réel soin a été porté au choix des caméras pendant les actions. Ainsi, elles suivent le héros d'une façon très cinématographique. C'est notamment le cas pendant les combats, où, lorsqu'une combo est déclenchée, la caméra peut changer jusqu'à cinq fois d'angle de vue pour suivre au mieux chaque coup porté. Tous ces éléments font de La Mémoire dans la Peau un titre à suivre de près. Les libertés prisent par High Moon Studios par rapport à la licence originale laissent présager un travail rigoureux et réfléchi, ce qui est forcément bon signe.