The Mark, pour les brutes épaisses ?

20 nov. 2006
Rédigé par
Prévu sur
  • Éditeur Jo Wood Productions
  • Développeur T7 Games
  • Sortie initiale Hiver 2007
  • Genre First Person Shooter

La menace terroriste est une chose qui vous est insupportable ? Abattre des personnes politiquement incorrectes ne vous pose aucun problème ? Alors remerciez Jowood qui, en avant-première, nous permet d'essayer son nouveau bébé : The Mark. C'est un FPS ultra-basique mais qui pourrait réveiller le justicier qui sommeille en vous. Ne manquez pas ce qui suit.

Vous pouvez créer vos terrains de jeu avec l'éditeur fourni.

Une histoire dont vous n'êtes pas le héros

Une fois n'est pas coutume, vous n'êtes pas obligé d'incarner le justicier solitaire venu sauver le monde. Vous êtes là pour l'aider à accomplir sa mission. En effet, le fils d'un milliardaire russe, Ilya Rakov, fournit une aide précieuse à un gang de criminel. Il les aide à placer une bombe près de Londres. De plus, il décide d'abattre les deux seules personnes capables de mettre ses plans à mal : Steve et Sandy Fletcher, officiers des marines américains. Mais c'est sans compter sur votre bravoure et votre acharnement. Car maintenant vous, Austin Hawke, êtes embauché par son père pour accompagner Steve dans sa quête. Voila un bien beau scénario pour un FPS. Ce qu'il faut en retenir principalement, c'est le fait de pouvoir utiliser dans le jeu un des deux personnages au choix. En théorie bien différenciés par leur manière de procéder, ils sont sur le terrain assez identiques. Notons là une manière subtile d'augmenter la durée de vie du titre. Mais voyons plutôt ce qui se passe sur le terrain.

A fond d'énergie, les caisses de santé pleuvent encore.

Les voyages forment les massacres

Une fois après avoir été brièvement présenté à votre acolyte, vous plongez dans le feu de l'action. La prise en main, rapide, donne dans les premiers instants le ton. Il n'y a pas de place pour la réflexion. Un ennemi apparaît et aussitôt il doit disparaitre. Pour ce faire, Colt M4A1 et autres AK47 sont principalement de la partie. Cette version présente un arsenal complet, allant du couteau au lance roquette. C'est dans un level design basique que vous rencontrez et éliminez des centaines d'ennemis. Ceux-ci, dont les modèles ne varient pas assez dans un même niveau, s'abattent facilement et de loin. Nul besoin, hélas, d'une grande précision. De plus, ils courent généralement vers vous sans chercher à feinter. Cette preview a laissé apparaitre une trop grande facilité dans les premières heures de jeu. Il y a en effet pléthore d'armes et de pharmacies à ramasser. Par la suite, le jeu atteint un niveau de difficulté somme toute honorable. Notons une autre bonne idée : la gestion des points de vie. Au cours du jeu vous pouvez ramasser jusqu'à un certain nombre de pharmacies. A vous de décider quand les utiliser. De la même manière, les armes ne peuvent transporter beaucoup de munitions. Vous en changez ainsi constamment, ce qui donne de l'intérêt aux combats.

Voyez le blur au second plan lorsqu'on recharge

Chair à canon

Et c'est une excellente chose dans ce titre qui a, avouons-le, un physique ingrat. Bien que le rendu du moteur soit agréable, les graphismes souffrent de la comparaison avec le niveau actuel du genre. De plus, cette version ne semble pas vraiment optimisée. Activer les ombres et les options avancées de traitement de l'image gâche le plaisir de jouer. Cela donne une espèce de lag dans la visée. Et, justement, viser à la lunette ou ajuster son arme à l'épaule est souvent indispensable pour débusquer les tireurs trop bien cachés. Nous aurions aussi aimé pouvoir pencher la tête pour garder le corps à l'abri derrière un mur. Espérons que la version finale ne manque pas cruellement de musiques d'ambiance, comme dans ce cas présent. Attendons aussi le test pour jauger du mode multi-joueur qui accepte jusqu'à 16 belligérants en mode coopératif. L'ajout de raccourcis sauvegarde / chargement rapide serait un plus. Quoiqu'il en soit, le bilan n'est pas si négatif que cela. Ce sont à priori des erreurs de jeunesse qui sont à noter. Et même si la plastique de The Mark n'est pas des plus séduisantes, le titre apporte une action incessante dans une durée de vie qui apparait déjà importante. Vous videz des centaines de chargeurs sur des terroristes de tous bords, et de tous types (kamikazes...). Ce qui vous permet au passage de vider votre cerveau : ça détend. Car nous pouvons être sûr d'une chose : il n'y aura pas à attendre le test pour confirmer que ce ne sera pas un titre pour intellectuel. Un bon point pour séduire un large public adepte de titres défoulants.