Metal Slug 4 : des sensations vieillottes retrouvées

12 janv. 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Capcom
  • Développeur SNK Playmore
  • Sortie initiale 10 novembre 2005
  • Genres Action, Plateformes

Pour conclure, on pourra constater que Metal Slug 4 est un peu en deçà de ce que proposait la série à la fin des années 90 dans les salles d'arcades et sur NeoGeo. Cela est dû aux graphismes plutôt vieillots, à cette durée de vie trop faible, cette répétitivité dans l'action, le manque de diversité des ennemis. Heureusement que le multijoueur est disponible, un de vos amis pourra vous rejoindre en cours de partie et vous aider à tuer ces soldats ennemis qui ont fait la renommée de ce shoot'em up.

Ah, c'était le bon vieux temps quand on allait dans les salles d'arcade dépenser tout notre argent de poche sur Metal Slug à la fin des années 90. Après les adaptations sur Neo-Geo, voilà que SNK Playmore nous gratifie de ces nouveaux épisodes de Metal Slug sur les consoles de salon actuels. Alors ce quatrième opus de la série célébrissime de shoot'em up, déjà sorti sur NeoGeo en 2002, est-il franchement une réussite ?

On se demande bien ce que fait le professeur en haut de l'écran ?

Six niveaux et c’est tout !

Vous dirigerez la célèbre PF Squad qui pensait s'être débarrassé des troupes du Général Morden. Ces troupes mettent en place un plan diabolique pour détruire le monde. Les sauveurs de monde sont rappelés à la rescousse comme d'habitude. Dans Metal Slug 4, vous contrôlez donc un squadron de 4 soldats surentraînés. Un petit tour dans les menus très "old school" pour y remarquer 3 modes : Arcade Mode qui vous permettra de jouer à tous les niveaux, Stage Select où vous pourrez jouer à une mission en particulier et Options. Dans Arcade Mode comme dans Stage Select, on constate une chose qui pourrait décevoir le joueur en mal de shoot : Metal Slug 4 ne possède que 6 missions à finir. Est-ce que mettre la difficulté la plus élevée augmenterait la durée de vie du jeu ? Non car vous possèdez des continues infinies et il vous sera facile, même si vous êtes un novice, de finir le jeu en moins d'une heure. Il n'y a que six missions, certes, mais les environnements diffèrent de niveau en niveau. On passe trop facilement les six missions proposées dans le jeu mais heureusement que le boss de fin du niveau est présent pour corser un peu la difficulté du jeu. Généralement, ce méga méchant prend la moitié de l'écran et vous lance de gros missiles en pleine poire. Le but du jeu serait donc de perdre le moins de vies, un challenge assez relevé vu la difficulté générale.

N'allez pas en bas : de méchants yétis vous y attendent !

Pas de chargements pour un plaisir maximum

Metal Slug 4 a deux grandes qualités : il est agréable et défoulant. Agréable car le jeu ne nous fait pas attendre une seule seconde. Entrez dans le menu principal, lancez votre mission, choisissez votre personnage et vous voilà projeté dans le monde de Metal Slug 4 en quelques secondes seulement. Le temps de chargement est donc inexistant ou presque : seulement quelques petites secondes séparent votre choix de personnages et votre premier shoot sur un soldat ennemi. Un bon point positif !

Voici un exemple d'un boss qui prend la moitié de l'écran.

Ca vient de partout !

Metal Slug 4 a aussi la particularité d'être un véritable défouloir. Au programme, vous aurez des soldats simples avec toutes sortes d'armes aussi loufoques que bizarres : des tanks, des hélicos, des "cracheurs" de boules, des zombies, des yétis cracheurs de boules de neige. Tout ça est à détruire à coup de canon laser ou autre missile à têtes chercheuses. En fait, Metal Slug 4 vous propose de tout saccager sur votre passage. Les missiles sortent de n'importe où et vous tirez et sautez de partout pour éviter les fusées. Tout est destructible sauf les prisonniers que vous devrez délivrer. Ces prisonniers sont en apparence barbus – un petit clin d'oeil à Rambo – et vous permettront d'obtenir des munitions bien plus puissantes. La voix qui annonce le type d'arme est tout simplement à se tordre de rire mais c'est ce qui fait tout le charme d'un Metal Slug 4 qui se révèle plutôt prenant pour tout ceux qui aiment le bourrinage. On peut aussi noter dans l'humour du jeu, les animations des personnages - amis comme ennemis - qui sont plutôt bien foutues et qui sont aussi tordantes. Un vrai moment de bonheur !

Voici une petite nouveauté : vous pourrez vous déplacer avec les véhicules proposés dans le jeu.

Peu de nouveautés et quelques points négatifs

Au rayon nouveautés, on peut remarquer un remplacement de persos. On avait eu le droit de contrôler Eri et Tarma dans le troisième épisode. Là, on a la possibilité de jouer avec deux nouvelles recrues : Trevor et Nadia. On a le droit, dans ce quatrième épisode, de contrôler des véhicules comme les tanks ou les lance-missiles. Avant propriété de vos ennemis, vous pourrez les déplacer après avoir tué le contrôleur ennemi. Le véhicule de la quatrième mission – un robot lançant des missiles bleus – est peu pratique quand il s'agit de tuer un paquet d'ennemis incrustés dans votre écran. Votre perso mourra dans les secondes qui suivent votre prise de contrôle de ce véhicule – sauf si vous possédez bien l'art d'esquiver les missiles des ennemis.

Le vomi de sang est utile pour détruire tous les zombis aux alentours !

Totalement vieux !

Des défauts, il y en a comme tout autre jeu dans le marché. Premièrement, le tir en diagonale est indisponible – sauf pour les véhicules (mais trop rare) - dans cette version. C'est particulièrement énervant pour tout ceux qui veulent massacrer les ennemis sur tout l'écran. On peut aussi regretter que la durée de vie soit aussi courte du fait du faible nombre de missions et du nombre infini de continues. Aussi, les bonus récoltés grâce aux prisonniers libérés se perdent lorsque l'on perd une vie – le nombre de vies par continue est réglable via les options. C'est frustrant d'autant plus que l'on meurt lorsque l'on se fait toucher. Le nombre de vies s'épuise donc surtout quand on est face à un boss. Autre point, les graphismes sont plutôt d'une apparence vieillie. Les décors sont certes d'une finesse insoupçonnée mais ne sont pas à la hauteur des titres d'aujourd'hui. Cela plaira plutôt aux nostalgiques de la série plutôt qu'aux néophytes.
Les Plus
  • Un véritable défouloir
Les Moins
  • Peu de nouveautés
  • Graphismes vieillis
  • Durée de vie trop faible
  • Peu de diversité