L'été chaud de Cold Winter

02 août 2005
Testé par sur
Disponible sur
3

Au final, Cold Winter est une bonne surprise et ravira les amateurs d’action pure. Ici pas besoin de réfléchir, il faut juste savoir s’amuser et viser juste ! Malheureusement on se lasse tout de même vite du mode solo qui consiste à suivre les indications et à tirer sur tout ce qui bouge sans laisser de véritable initiative au joueur. Enfin, le caractère assez violent de certaines scènes réserve le jeu à un public averti qui passera une petite dizaine d'heures... très défoulantes !

Alors que la chaleur de l’été nous scotche à nos canapés et consoles, Swordfish Studios propose un FPS au titre pour le moins ironique en cette saison : Cold Winter. Devant le faible nombre de jeux de ce genre sur PS2, c'est avec beaucoup d'espérances que nous l'avons accueilli. A tort ou à raison ?

Andrew Sterling, un homme tourmenté par son passé...

To be or not to be a mercenary...

Alors que la chaleur de l’été nous scotche à nos canapés et consoles, Swordfish Studios propose un FPS au titre pour le moins ironique en cette saison : Cold Winter. Dans la peau de l’agent secret du MI6 Andrew Sterling, vous voilà laissé pour mort par le gouvernement britannique dans une prison chinoise pas vraiment accueillante. Après s’être libéré, Andrew est enrôlé dans une agence de sécurité privée dirigée par un de ses anciens amis pour remplir diverses missions d’espionnage.

Le feu ça brûle et l'eau ça mouille...

A feu et à sang

Cold Winter donne tout de suite le ton : c’est violent, efficace et défoulant. Tout a été fait pour que le joueur n’ait que très peu à réfléchir et il faut avouer que cela marche très bien. Vous étiez habitués à surveiller avec anxiété votre barre de vie ? Dans Cold Winter vous aurez toujours sur vous une seringue de survie vous permettant de refaire le plein d’énergie, ceci à n’importe quel moment du jeu et autant que vous le voudrez. Vous étiez habitués à errer dans les couloirs à la recherche de votre prochain objectif ? Ici une flèche vous indique en permanence le chemin à suivre vers le prochain carnage. Cold Winter est en effet extrêmement violent (le jeu est d’ailleurs interdit aux moins de 18 ans), que ce soit dans les phases de jeu ou les cinématiques parmi lesquelles des scènes de torture sont reconstituées.

Au menu : carnage pour tout le monde !

On fonce dans le tas

En fonction de votre habileté, vous pourrez viser vos adversaires dans les bras ou les jambes pour les neutraliser avant de les achever, ou tout simplement être précis et efficace en leur logeant une balle entre les yeux. Libre à vous de fouiller ensuite le corps de vos victimes pour y trouver des munitions ou des informations. Pour notre plus grand plaisir, le jeu est très maniable et ne souffre d’aucun bug gênant : les commandes réagissent au quart de tour et le moteur graphique exploite plutôt bien les capacités de la PS2 sans la mettre à genoux. Au niveau sonore les tirs des armes sont bien restitués et il suffit de monter le son pour se croire au milieu d’une fusillade et avoir envie de se réfugier derrière son canapé.

Barman : un cocktail molotov s'il vous plait !

Suivez le guide s'il vous plaît

Après avoir fini quelques niveaux, on se rend vite compte que le point faible du jeu est sa durée de vie et sa monotonie. Le fait d’être guidé sur un parcours prédéterminé vous évite de vous perdre dans les recoins des niveaux mais ne laisse guère le choix du chemin à suivre... Pour les plus rapides qui auront fini le jeu en quelques heures, ou pour ceux qui regretteront le manque d’intérêt du mode solo, un mode 2 joueurs en écran splitté est également disponible.
Les Plus
  • La prise en main et la jouabilité
  • Un scénario qui tient à peu près la route accompagné par de sympathiques cinématiques
Les Moins
  • Le peu d'armes disponibles
  • La monotonie globale du jeu
  • Le manque d'originalité des niveaux