Cross Racing Championship 2005

22 juin 2005
Testé par sur
Disponible sur

CRC est un jeu très agréable, au premier sens du terme, avec de très bons graphismes, une bonne gestion du directx et une bande son entraînante, du moins au début. Le jeu est simple d'utilisation par ses menus épurés et tout est à portée pour les réglages. Pour les amateurs de simulation, Il peut même être une bonne référence sans pousser à l'extrême. Pour l’arcade, passez votre chemin, sauf si vous aimez le vol plané ou passer vos nuits à explorer les fins fonds des hors-pistes du jeu, qui d'ailleurs finiront vite par vous lasser sauf en mode multi joueur. Bref, voici donc un jeu convenable, pour un prix correct, mais du coup plutôt difficile. Il faudra s'armer de patience et de sang froid au vu des "injustices" des concurrents qui vous affronteront, même en mode amateur, au fil des 60 courses disponibles.

Du 4x4 à la voiture de rally, sur l'asphalte ou sur le sable, à vous de maîtriser votre véhicule pour monter sur la plus haute marche du Podium : voila ce que nous promet Cross Racing Championship 2005 sorti tout droit des studios d’Invictus Games. Peu connu de nom, ils sont à l'origine de quelques jeux plus ou moins célèbres comme Insane (course arcade type 4x4 Evolution) et Street Legal Racing (course arcade type Need For Speed: Underground) et ont travaillé avec de grands noms du jeu vidéo comme Codemasters ou Activision. N'étant pas à leur premier coup d’essai pour ce type de jeu, voyons ce que cette équipe de développeurs venant d'Europe de l'Est (Hongrie, original) nous met dans nos chères bécanes.

Une simulation avant tout

Champion ou pas champion, telle est la question !

"Du 4x4 à la voiture de rallye, sur asphalte ou sur le sable, à vous de maîtriser votre véhicule pour monter sur la plus haute marche du podium". Entre arcade et simulation, CRC se décline d'abord comme un jeu de simulation de courses automobiles. Simulation parce qu'on y retrouve beaucoup d'options et d'informations détaillées sur les véhicules et les circuits. Arcade par le choix des véhicules proposés (4x4, Buggys, Pick-up,...) et les différents terrains disponibles. En revanche, lors des courses, l'arcade laisse largement la place à la simulation.

Pour justement parler des véhicules, pas moins de 14 sont accessibles. Ce qui est regrettable, c'est l'absence de licences constructeurs : les véhicules sont de marque inconnue mais à la carrosserie bien reconnue. Tous personnalisables en apparence et en performance. Petit plus, il sera possible d'en télécharger de nouveaux via le site officiel du jeu. Imaginez un kit permettant de créer ses propres véhicules... Concernant les courses, 6 types de terrains disponibles (désert, plage, montagne, ect.) dans 6 pays (Hongrie, Angleterre, France, Allemagne, Finlande, États Unis) totalisant 60 courses : une bonne durée de vie en perspective.

Ca va multijouer a fond, c'est sûr !

Pas mal du tout

Pour jouer, pas besoin de configurer, le jeu se paramètre seul, et on peut accéder rapidement à la course. Un bon point ! Au niveau des menus d'un esthétisme purifié, nous rappelant qu'il s'agit d'une simulation et pas d'un jeu d'arcade, pas mal d'options, dont quelques unes intéressantes et innovantes :
  • Contre-la-montre : votre course enregistrée dans un temps limité que vous pouvez refaire contre votre voiture fantôme afin de vous améliorer. Ce n’est pas nouveau, mais c’est très utile !
  • Hot Seat : un genre de 24 h du Mans. On ne joue qu'avec une seule voiture ou l'on spécifie le nombre de tours par joueur. A la fin du tour, le joueur suivant prend les commandes et continue contre les adversaires.
  • Multijoueur : nous avons le choix entre cross, course simple et capture de drapeau. Counter-Strike, Unreal, ça vous dis quelque chose ? C'est le même principe appliqué aux voitures ! L'option la plus intéressante est le drapeau : une fumée verte avec un drapeau qu'il vous faut saisir et traverser le circuit entre 2 feux oranges afin de marquer des points, avec une fumée rouge qui suit le porteur. On cogne le porteur pour prendre le drapeau et ainsi de suite. Prometteur !

Des menus hyper sobres, sans fioritures et sans excès

Menus et réglages pour les Pros

Le soucis majeur au niveau des menus : quasiment tout est dans la même nuance de couleurs et même forme. Pour s'y repérer, ça devient difficile. Surtout que c'est écrit généralement gris clair sur fond gris plus foncé.... ajoutez à ça les effets de transparence et vous obtenez un résultat pas toujours très lisible. Autrement dit, mieux vaut ne pas être miro pour voir les options ! Autre point de réglage et non des moindres : la difficulté. Nous avons pas moins de 5 choix : amateur, novice, intermédiaire, semi-pro et pro. La difficulté réside dans le fait que l’I.A. des véhicules augmente, que les dégâts sont plus réalistes, que vous terminez par une boite manuelle et une impossibilité de réparer au cours du jeu. Dans tous les cas, ça reste difficile même en mode amateur. Armez vous de PQ, ça va dépoter et vous aussi !

Technique : la roue de l'infortune !

GO

Au début du jeu, on a le droit à 2 voitures (chorus et quadro AD) sauf pour le mode carrière où l'on ne dispose que de la chorus. Et quel cadeau empoisonné cette voiture : elle patine, n'a aucune reprise, aucune adhérence, aucune vitesse... C'est gros, c'est mou, ça sent pas très bon et ça glisse. A coup sûr, c'est bien la chorus ! Autant dire que l'on passe ses courses à pester et à se ronger les phalanges tellement les adversaires sont mauvais et sournois. On vous cogne sans mesure, on vous klaxonne, on vous fait des queues de poisson et on vous barre la route. Soudain, on craque. Un bref "Echap" pour changer de moteur,de pneus ou d'autre chose qui pourrait nous aider dans le jeu et là, c'est le drame : on ne peut changer que les pneus et on se rend bien compte que le jeu les a bien choisi en fonction du bon terrain. Dommage. Alors on se dit que le jeu doit être paramétré en mode "pro". On cherche désespérément le mode de jeu et on fini enfin par tomber dessus, miracle. Et là re-drame : il est en mode intermédiaire...

En somme, le jeu est tellement proche du réalisme qu'il frôle l'hyperréalisme (ou la simulation d'hydroglisseur) et en devient presque injouable tellement la voiture dérape sur... l'asphalte ou le tarmac, les gravillons, bref partout ! On commence dès lors à mesurer ce que donnerait un mode "pro" sur une course sur les plages et les déserts pleines de sable fin, comme le jeu nous le promet. Un peu exaspéré, on fini par se l'avouer : on passe en mode novice. Pour un brin de facilité en plus, pas de grands changements à part des véhicules qui foncent un peu n'importe où... Le reste est pareil, toujours aussi maniable ! En fait, on se plaira plus à faire des vols planés et des hors pistes au bout du compte que de faire les courses elles mêmes : un peu dommage, surtout qu'on en fera aussi vite le tour.

Pas de doute, un jeu hyper réaliste : un régal pour nos cartes vidéo

Aïe ! Mes yeux

Observons maintenant les courses : pour les gagner, la formule classique c’est-à-dire être le 1er, le 2ème, ou le 3ème ! D’ailleurs les personnalisations des véhicules dépendent de votre placement au podium. Si vous terminez une course en seconde position, par exemple, vous pouvez soit gagner un véhicule, soit gagner une personnalisation (moteur, freins, transmissions...). Cependant, nous sommes très loin d’un Gran Turismo ou d’un Need For Speed: Underground.

Graphiquement, en revanche, ça en jette ! Des reflets un peu partout et surtout sur les véhicules, des effets de flou lorsque vous dérapez et de la fumée très réaliste, une bonne gestion des dégâts du véhicule (pare choc qui tombe, roue qui dégage avec les freins à disques visibles, des textures hyperréalistes mais un peu trop répétées. Un décor qu'il est d’ailleurs facile d'explorer puisque la voiture peut faire des cascades, ce qui permet de passer en dehors des pistes et des clôtures... un régal, du moins avant que la minuterie vous rattrape et vous remette sur le droit chemin. En cours de course, on peut "dépanner" et réparer son véhicule jusqu'au mode "semi pro". Pas mal ! Un point aussi important : on ne se cogne pas sur des brins d'herbe comme dans Colin McRae Rally par exemple. Ce détail renforce le réalisme. Les couleurs sont excellentes et dues aux textures de bonne qualité. Point plus : le mode "wide 1440x900" est très bien géré. Sympathique pour ceux qui disposent d'un écran large.

Tout y est : dommage qu'on ne puisse pas changer de radio

Aïe ! Mes oreilles

La bande son est excellente. En tous cas, au départ, lorsqu'on est motivé et plein d'optimisme ! Mais on a vite fait de couper le son, vu le nombre de fois ou l'on se voit obligé de recommencer le niveau. Du coup, ça donne l'impression d'écouter toujours la même chose. Le son se règle aussi en accélération hardware (3D et 2D) comme dans tout jeu de dernière génération qui se respecte.
Les Plus
  • Les graphismes
  • La modélisation des véhicules
  • La bonne gestion de collisions
  • Le multijoueur/hot Seat
  • La durée de vie confortable
  • Le téléchargement de véhicules
  • Les ralentis de qualité
Les Moins
  • Les éléments du décors répétitifs
  • Des glissades qui n'en finissent pas
  • Une gestion des dégâts sur les véhicules limitée
  • La bande son pas très variée
  • Peu d'options de personnalisation