MotoGP 15

08 août 2015
Testé par sur
Disponible sur
3

Une évolution plus qu'une révolution

MotoGP 15 est une évolution. Si vous cherchez une révolution vous pouvez clairement passer votre chemin. Par contre, si vous rêvez de prendre les commandes de machines d'exceptions qui ont fait l'histoire de cette discipline, Milestone a pensé à vous cette année avec le mode "Épreuves 2 temps". Il reste une impression d'inachevé tout de même avec ce jeu qui souffre d'un réalisation à géométrie variable.

MotoGP 15 arrive dans sa version 2015. C'est l'occasion rêvée d'enfourcher ces monstres indomptables et d'avaler le bitume !

Le principe

MotoGP 15, comme son nom l'indique, est une simulation de course de Moto reprenant la licence officielle du championnat éponyme. On y retrouve les 3 niveaux présents en compétition officielle, à savoir le Moto 3, Moto 2 et Moto GP (la catégorie reine). Tous les pilotes 2015 sont présents et fidèles à leur niveau actuel. Le jeu intègre aussi les écuries et pilotes 2014, vous permettant de revivre certains événements de la saison passée.

Une nouveauté appréciable est la présence d'un mode "Épreuves 2 temps" qui vous propose de prendre part à des moments (fictifs ou réels) ayant forgés la légende du MotoGP au fil des décennies. On retrouve ainsi des pilotes mythiques tels que Mick Doohan et sa chevauchée légendaire en 1995.

Le cœur du jeu est quand à lui de qualité, Milestone faisant étalage de son savoir faire en terme de simulation moto. On ne pilote clairement pas une moto GP comme une moto 3 et encore moins une moto 2015 comme une moto du début des années 2000. L’IA vient quant à elle gâcher la fête en adoptant un comportement bête et méchant. Accrochée à la meilleure ligne de course, elle n’hésite pas à vous dégommer, ne s’écarte pas si vous êtes en qualif’ sur un tour lancé et bénéficie d’un niveau de pilotage très variable selon les secteurs d’un même circuit.

À la lutte avec l'IA en queue de peloton après une chute malvenue au premier virage !

L'emballage

Autant être clair tout de suite : MotoGP 15 n'est pas beau. Il n'est ni grandiose ni chatoyant. En fait, Milestone a continué sur sa logique de géométrie très variable. Vous avez d'un côté des motos et des pilotes très bien modélisés et détaillés. Quelques textures manquent de définition et les shaders de peau sont d'un autre âge mais globalement ces assets sont tout à fait convenables.

Le plus gros point noir se situe sous vos roues. Oui, c'est vous qui êtes pointés du doigt messieurs les circuits et environnements. Sur cette partie, le jeu est à la limite de la qualité début PS3. Le macadam est de très basse facture. Vous distinguez même clairement la répétition de la texture le composant. Les effets météo sont simplistes et le soin apporté aux alentours est proche du gribouillage. Quand on voit la qualité des décors d'un Drive Club, on se pose forcément la question quand à la volonté de Milestone de nous livrer un jeu abouti à 100%. Deux éléments qui soulignent à merveille ce souci de qualité sont le motorhome et le stand de votre écurie. Ces environnements sont pré-calculés intégralement, aucun jeu de lumière crédible, shaders sans relief. Vos ingénieurs de course remportent la palme du bâclage. Ils ne bénéficient d'aucun travail. C'est du niveau PlaySation 2 tout au plus.

Vous l'aurez compris, il y a d'un côté les motos et leurs occupants et de l'autre... le reste. Grosse déception sur ce point.

Les news, après chaque grand prix, retracent vos faits de course au travers d'interviews. Immersif !

Le multi

Une fois que vous avez pris la mesure des circuits et de l’IA le multi en ligne s’avère être une bonne alternative pour retrouver un brin de compétition. Deux modes s’offrent à vous. Le classique "Course rapide" qui vous met aux prises avec des joueurs du monde entier. Le plus innovant "Sprint season" vous permettant de disputer une mini saison contre un peloton de dix motos (joueurs et IA mélangé). Ce dernier mode est le plus amusant et immersif. MotoGP 15 nous gratifie, de surcroît, d’un mode écran partagé, ce qui est un plus indéniable.

Le contraste est assez saisissant...

Pour qui ?

MotoGP 15 est donc un jeu qui s'adresse aux fans de la discipline et aux puristes du pilotage de deux roues qui veulent expérimenter les derniers bolides et la physique qui va avec. Si vous n'êtes pas attaché plus que ça aux noms/livrées/changements de comportement des pilotes/motos et que vous possédez déjà MotoGP 14, vous pouvez tranquillement passer votre chemin.

Et si vous ne possédez aucun titre moto pour le moment, tout dépend de votre envie à tester le pilotage moto. Si vous êtes pressés alors vous pouvez y aller, la physique est le point fort du jeu. Si vous êtes indécis attendez notre verdict sur MotoGP 16 !

Le mode caméra libre dans toute sa splendeur.

L'anecdote

Gran Turismo le proposait, Drive Club le propose, il vous permet de vous confectionner des fonds d'écran sur mesure ou juste d'admirer le jeu sous un angle personnel : le mode photo ! Eh oui, cette option si commune que l'on retrouve, en bonne position, dans les jeux de course et qui permet de compléter l'arsenal de visualisation de vos performances.

Figurez-vous que MotoGP 15 en possède un. Ce n'est pas vraiment un mode photo en fait. C'est un mode "caméra libre". Cette petite perle est planquée dans le menu de course au milieu des habituelles options. Pas du tout mis en avant et ne permettant pas de sauvegarder vos créations autrement que par un screenshot console, il se révèle pourtant être vraiment intéressant !

Premièrement, il embelli clairement le jeu. Lui qui est si "mi-figue mi-raisin" se retrouve catapulter au rang de belle bête une fois que vous passez en mode papillon. Surtout lors d'un roulage sous la pluie battante. Deuxièmement, il offre des angles de vue et un regard sur les actions très cinématographique et rafraîchissant. J'y ai personnellement passé un certain temps à cadrer et me régaler. On arrive à de belles choses, bien dynamiques. Étrange qu'un mode aussi intéressant soit complètement mis en sourdine. Il mérite beaucoup plus !
Les Plus
  • Une physique vraiment poussée et réaliste
  • Des motos fidèles et très bien réalisées
  • Tout le plateau 2015/2014 disponible
  • Le mode "Épreuve 2 temps" qui apporte un côté historique
  • Un mode carrière classique mais immersif
  • Un mode caméra libre bien sympathique
Les Moins
  • L'IA catastrophique
  • Des graphismes hideux pour cette génération de console
  • Une évolution trop prudente par rapport à la version 2014
  • Un son vraiment bas de gamme

À propos de l'auteur

Co-fondateur de Cinemi, Photographe, Réalisateur, Cadreur, graphiste 3D, 2D. Passionné par les jeux d'aventure, simulations de course et les douces folies japonaises telles que Katamari.

Ses derniers articles :