Yoshi's Woolly World

06 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Good Feel
  • Sortie initiale 26 juin 2015
  • Genre Plateformes

Les noces de laine pour Yoshi

En reprenant le principe de Kirby : Au fil de l'aventure, Yoshi et Good-Feel visent juste. En effet, Yoshi's Woolly World est de ces jeux qui donnent la banane, un bonbon que l'on aime garder dans la bouche pour en conserver la saveur le plus longtemps possible. Appliquant de façon intelligente les mécaniques de Yoshi à l'univers laineux, le titre replace le dinosaure du géant japonais au premier plan. Et autant dire que celui-ci en avait besoin, notamment après le terriblement rébarbatif Yoshi's New Island sur 3DS. Reste à voir ce que le dinosaure nous réservera la prochaine fois, probablement dans quelques années. D'ici là, il y a de quoi s'amuser.

Dans la quête perpétuelle de Nintendo, celle qui consiste à sans cesse réinventer des motifs préexistants, Yoshi fait souvent office de vilain petit dinosaure. En témoigne le dernier épisode en date, le très ennuyeux Yoshi's New Island. Yoshi's Woolly World a pour sa part une bonne idée : s'inspirer de Kirby : Au fil de l'aventure (déjà développé par Good-Feel, un studio qui porte bien son nom).

L'histoire

Kamek s'attaque à Tricot'île et enlève la plupart des Yoshi. Ces derniers se voient malheureusement être détricotés, mais le vilain mage fait tomber des files de laine dans sa fuite. Heureusement, deux valeureux Yoshi vont tenter de remettre tout cela en ordre et de ramener leurs amis. Derrière son scénario post-it, Yoshi's Woolly World reprend avant tout le concept de Kirby : Au fil de l'aventure. De ce fait, le jeu brille surtout par son style graphique si atypique, surtout fait de laine et de tricot. Soulignons au passage que, contrairement au récent Kirby et le Pinceau Arc-en-ciel, Woolly World se joue en regardant le téléviseur et non le GamePad, vous laissant ainsi pleinement profiter des graphismes du jeu et de la définition de votre écran. La sortie d'un tel titre sur Wii U est cette fois justifiée, même si les fonctions spécifiques au GamePad s'avèrent inutiles.

Les niveaux sont tous ingénieux. Ici, passez les portes pour changer de point de vue et progresser.

Le principe

Yoshi's Woolly World mêle à la fois les mécaniques des titres estampillés Yoshi et celles de Kirby : Au fil de l'aventure. Ainsi, le dinosaure peut sauter, planer quelques secondes, manger ses ennemis pour les transformer en œufs/pelotes de laine qu'il peut lancer, etc. Évidemment, tout le sel de l'expérience vient des mécaniques liées au tricot : il vous faudra par exemple détricoter des éléments et en retricoter d'autres pour dénicher les multiples passages secrets et objets (pelotes, fleurs, tampons, rubis). Pour ce faire, rien de tel que d'envoyer de la laine sur les plateformes adéquates, ou de détricoter des parties laineuses à l'aide des fameux coups de langues du dinosaure.

Disposant déjà de bases de gameplay réussies, Yoshi's Woolly World a la bonne idée de reprendre le fournisseur de sourire d'Au Fil de l'aventure : des transformations qui donnent lieu à des séquences rafraichissantes. À vous de prendre le contrôle d'un Yoshi géant, d'une moto ou d'un Yoshi capable de creuser des galeries (par exemple). Et qu'importe si ces joyeusetés sont moins justifiées que dans Kirby (rappelons que la boule rose a l'habitude de prendre l'apparence d'objets en tous genres), le fun est là ! D'ailleurs, les réfractaires ayant conspué le jeu de 2010 pour sa facilité seront ravis d'apprendre que Woolly World est un peu plus difficile, d'autant que les chutes vous obligent parfois à refaire des passages entiers.

Avant chaque niveau, vous pouvez acheter un badge vous conférant un avantage.

Pour qui ?

En plus d'un challenge revu à la hausse, Yoshi's Woolly World propose un mode Relax destiné aux plus jeunes. Du coup, cet épisode se destine vraiment à tout le monde. Tandis que les plus jeunes se contenteront d'essayer de finir les niveaux, les plus âgés pourront toujours essayer de finir le jeu à 100%, ce qui n'est pas forcément une mince affaire étant donné le level design plutôt ingénieux du titre. Il vous faudra parfois refaire un niveau pour obtenir tel ou tel bonus, juste parce que vous n'aviez pas pris soin de checker un élément qui se retrouve inaccessible par la suite.

Les boss et sous-boss sont à la fois simples et marrants.

Le multi

Yoshi's Woolly World dispose en plus d'un mode coopératif. Rien de bien original à ce niveau, mais celui-ci a tout de même deux avantages. Premièrement, le jeu se prête bien à l'esprit familial, et notamment aux parties réunissant les parents et leurs enfants. Ensuite, Yoshi's Woolly World propose de nombreuses configurations (GamePad, Wiimote, manette Classique, etc.) et chacune d'elles est parfaitement jouable. Tout le monde devrait donc y trouver son compte.

Visiblement, l'amiibo de Samus est compatible avec Yoshi's Woolly World...

Les amiibo

Il est dommage que Nintendo ne propose pas plus de stock pour ses amiibos. Ainsi, impossible de trouver ceux dédiés à Yoshi's Woolly World dans le commerce (en Ile-de-France du moins). Pas étonnant quand on sait que certaines boutiques mettent les figurines/peluches en vente dès qu'elles les reçoivent - sans que le client puisse réellement prévoir - peu importe la date de sortie du jeu. C'est dommage car ces peluches laineuses Yoshi avaient tout pour séduire. Évidemment, certaines d'entre elles sont déjà trouvables à plus de soixante euros sur internet. Ce qui est encore plus regrettable, c'est qu'un amiibo Yoshi (figurine ou peluche) permet tout de même de déverrouiller un compagnon supplémentaire dans l'aventure - sous forme d'IA - ce qui n'est pas rien. D'autres amiibo restent toutefois compatibles avec le jeu, c'est notamment le cas de ceux de Mario ou Peach, permettant d'avoir un Yoshi aux couleurs de ces personnages respectifs.

Détricoter cet ennemi et il vous suivra n'importe où. En le retricotant, vous pourrez le pousser.

L'anecdote

Peu de gens le savent, mais Yoshi's Woolly World est produit par Takashi Tezuka. Si ce nom ne vous dit rien, c'est parce que le bonhomme est souvent resté dans l'ombre de Shigeru Miyamoto. Pourtant, on lui doit de nombreux jeux reconnus tels que The Legend of Zelda (co-réalisateur et scénariste), Super Mario World et sa suite (réalisateur) ou encore New Super Mario Bros. (sur lequel il était producteur). Globalement, on retrouve le nom de Takashi Tezuka sur bon nombre de jeux Nintendo parus ces trente dernières années. Ce n'est certainement pas un hasard si, depuis 2005, le bonhomme est co-directeur général du Nintendo EAD, notamment au côté de Shigeru Miyamoto. Un studio majeur de la firme japonaise.
Les Plus
  • Vraiment mignon
  • Des idées de gameplay bien senties
  • Un level design réussi
  • Les différentes transformations et mécaniques ponctuelles
  • Une durée de vie "juste comme il faut", c'est-à-dire assez courte en ligne droite, plus longue quand on vise le 100%
  • Du coop convivial et avant tout familial
Les Moins
  • Des bonus aurait été bienvenus