Flat Out : pas si plat que ça

30 nov. 2004
Testé par Raeis sur
Disponible sur
2

Seul point noir de Flat Out, cette "originalité", apparemment argument marketing fort, consistant à éjecter le pilote en cas de collision un peu violente : c'est lourd, inutile, et mis à part les développeurs, ça ne fera pas rire grand monde. D'ailleurs, il apparaît que certains éléments du décor – arbres, piles de ponts, etc. - sont codés pour forcer cette éjection, quelle que soit la vitesse à laquelle se produit le choc. Super non ? Frustrant surtout. Bref, si l'on excepte ce malheureux détail, on retrouve un beau jeu, avec un moteur physique intéressant et une petite dimension tactique pas déplaisante du tout : de quoi faire faire à Flat Out une bonne carrière dans le domaine de la course d'arcade façon rodéo, même si l'ombre de Destruction Derby plane toujours sur le genre.

La version preview de Flat Out, que nous avions reçue début octobre, avait coupé net l'enthousiasme généré par les jolis screenshots dont nous abreuvait Empire Interactive depuis plusieurs semaines. La maniabilité des bolides laissait pas mal à désirer et les collisions, pourtant évoquées comme le "fleuron" du jeu, étaient plus un moyen de rendre le joueur furieux, tellement il était facile de retourner les savonnettes sur roues à sa disposition. Un mois après, voilà la version commerciale qui pointe le bout de son nez, et avec elle un bon paquet d'améliorations, mais surtout un gameplay rénové, faisant de Flat Out un bon jeu d'arcade, divertissant, auquel on pourrait presque rester accroché un bout de temps.

Non, tu n'as pas changé !

Commençons par ce qui a le moins changé, à savoir le moteur graphique. La pre-version de Flat Out était déjà jolie, et la version finale l'est tout autant : les modèles des voitures sont détaillés et garnis de textures plutôt fines et colorées, tombant presque dans le flashy, sans compter les magnifiques effets de lumière sur les pare-brise ou les différents éléments du décor, comme les rayons du soleil filtrés par les branches des arbres sur les circuits forestiers. On peut rajouter à ça les nombreux éléments de décor venant agrémenter nos charmantes, bien que mouvementées, visites touristiques, éléments qui bénéficient d'un soucis du détail très intéressant. Ah oui, côté ambiance, le jeu est accompagné d'une bande son allant du punk pour filettes au hard rock pur et dur, saturé de guitare électrique à souhait. Bref, le choix est plutôt judicieux si on tient compte de l'ambiance du jeu, se voulant plutôt destructrice, mais la réalisation et la qualité de l'ensemble l'est parfois bien moins.
 

Crash-tests en cascade

On pourrait croire que le jeu est issu de la directe lignée des Destruction Derby : il suffirait de voir, pour s'en convaincre, le nombre de captures d'écran arborant fièrement des carambolages, impliquant des voitures tellement cabossées qu'elles en deviennent méconnaissables. Mais ne nous y trompons pas, ici les carambolages ne sont pas l'intérêt principal du jeu, mais un moyen tactique de faire varier son classement, en bien... ou plus souvent en mal, en profitant d'une petite touchette bien placée, genre sur l'arrière-train de votre prédecesseur. Les bolides décollent, enchaînent les tonneaux successifs à une vitesse folle avant de lamentablement se vautrer dans une montagne de pneus, le moteur le plus souvent en flammes. Les déformations des chassis sont impressionnantes et très détaillées, sans compter les bris de verre ou les capots qui s'envolent à tour de bras, découvrant l'imposant moteur de ces bêtes de course.
 

Savonnette savonnée

Venons en au gameplay. Vous savez bien, là où le bât blessait dans la pre-version. Déjà, l'effet "savonnette", pendant les courses, a bel et bien disparu (ouf), et on retrouve un comportement et une conduite plus orientés arcade. On s'amuse vraiment à utiliser les bagnoles adverses comme rampe, pour prendre des épingles à cheveux à des vitesses dépassant souvent celle autorisée. Les circuits sont, par ailleurs, truffés de raccourcis, parfois évidents, mais souvent bien dissimulés - vous y auriez pensé, vous, à traverser cette grange, là-bas dans le renfoncement, à fond les ballons pour gagner quelques précieuses secondes ? - et leur présence, en plus d'ajouter un peu de fun dans les courses, permet surtout de prendre des avantages souvent décisifs.
Les Plus
  • Le moteur graphique est plutôt impressionnant
  • Des sensations arcades
  • Les carambolages amèneront de franches rigolades
Les Moins
  • La bande son n'est pas toujours à la hauteur
  • L'ejection du pilote, une bonne mauvaise idée