James Noir's Hollywood Crimes : une enquête qui a du relief

22 déc. 2011
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 24 novembre 2011
  • Genre Réflexion

En définitif, James Noir's Hollywood Crimes est tout simplement ce qui se fait de mieux en matière d'énigmes sur 3DS. Non pas que le jeu soit parfait, loin de là puisqu'il pâtit d'une trame narrative bien trop simple pour faire office de véritable incontournable, mais il reste le premier jeu d'une franchise au potentiel certain. Profitant d'une réalisation léchée et d'énigmes sympathiques qui changent de celles vues habituellement, le titre assure le principal. Un jeu qui s'avère être un sympathique palliatif pour ceux qui n'en peuvent plus d'attendre Professeur Layton et le Masque des Miracles.

Avec James Noir's Hollywood Crimes, Ubisoft compte bien profiter de l'absence de Professeur Layton sur 3DS pour se tailler une part du succès des jeux à énigmes. Une intention d'autant plus légitime que, en dehors d'un Docteur Lautrec et Les Chevaliers Oubliés loin d'être indispensable, la concurrence se fait très rare.

Votre joli minois est partie intégrante de cette aventure se déroulant dans les années 60.

L'immersion contre la narration

Le héros de James Noir's Hollywood Crimes, c'est vous. Alors que vous participez à un jeu télévisé basé sur la résolution d'énigmes, vous vous retrouvez mêlé à une enquête de police sur un serial-killer particulièrement joueur. Ce simple pitch résume à lui seul les ambitions scénaristiques du titre d'Ubisoft. Ainsi, le jeu est doté d'une histoire somme toute assez convenue et avant tout prétexte aux énigmes rencontrées au cours de l'aventure. D'ailleurs, il y a une sorte de paradoxe entre la trame narrative à laquelle vous avez droit et le blabla considérable constituant les dialogues. Heureusement, une bonne partie d'entre eux peut être zappée et vous ferez vite la différence entre ce qui est essentiel à la narration ou non. Un autre paradoxe concerne la réalisation, et plus particulièrement la mise en scène grandiloquente présente ici. Car James Noir's Hollywood Crimes est plutôt réussi de ce point de vie, narrant son histoire à l'aide de personnages animés et n'hésitant pas à mettre à profit les fonctions de la console (appareil photo, etc.) pour intégrer le joueur à l'aventure. Bien sûr, la qualité graphique des énigmes importe assez peu mais soulignons tout de même la bonne lisibilité de ces dernières.

En général, les énigmes à base de mécanismes demandent plus de jugeotte.

Court mais plutôt varié

Côté gameplay, James Noir's Hollywood Crimes bénéficie d'énigmes sympathiques, donnant l'illusion d'utiliser la 3D à bon escient. Illusion est le mot adéquat car au final 2D ou 3D n'influe en rien sur votre succès. Par exemple, pas mal de mystères sont basés sur la gestion de l'espace et vous demandent de bouger un (ou plusieurs) éléments présent à l'écran pour découvrir un chiffre, un mot ou une pièce manquante du puzzle. Si l'activation de la 3D permet de profiter d'effets sympathiques, cela ne rend pas les choses plus aisées pour autant. D'ailleurs, il n'y a pas vraiment de raison d'aborder le sujet de la difficulté pour ces dernières, contrairement à d'autres franchement plus tordues (notamment celles basées sur des mécanismes). Malgré cela, et bien que le jeu se targue de proposer plus de 140 énigmes, l'aventure reste relativement courte. Ainsi, comptez huit heures pour en voir le bout, même si les énigmes non résolues resteront accessibles dans votre hôtel (comme il est plus ou moins de coutume dans les jeux du genre). Ce n'est pas terrible, certes, mais c'est certainement le prix à payer pour ne pas avoir l'impression de tourner en rond.
Les Plus
  • La réalisation réussie
  • Quelques fonctions amusantes (incrustations, etc.)
  • Des énigmes sympas
  • Une bonne interface
  • Ce qui se fait de mieux dans le genre sur 3DS... pour le moment
Les Moins
  • La trame prévisible
  • C'est quand même court
  • Un côté un peu longuet et répétitif par moment