Virtua Tennis 2009 assure un service minimum

05 juil. 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur SEGA
  • Développeur Sumo Digital
  • Sortie initiale 22 mai 2009
  • Genre Sport

Vous cherchez un jeu de tennis arcade, intuitif et fun ? Alors Virtua Tennis 2009 est fait pour vous. Bien sûr, il n'est pas parfait et ne propose pas assez de changements par rapport à Virtua Tennis 3. Cependant, la disparition des plongeons peut justifier à elle seule l'achat de ce nouveau volet à la condition que vous parveniez à revendre le précédent. Par contre, si votre credo est la simulation pure et dure, passez votre chemin, Top Spin 3 demeure la seule référence dans le domaine.

Virtua Tennis 2009 est le nouveau venu de la célèbre licence de jeux de tennis. Les trois précédents volets ont imposé, console après console, la vision du tennis selon Sega, avant tout marquée par la recherche du plaisir ludique immédiat, que ce soit tout seul ou à plusieurs. Cet ultime épisode va-t-il permettre à Sega de réaliser le grand chelem ?

La jauge de service permet de doser la puissance de votre mise en jeu.

Tennis-panache

Dans le petit monde – virtuel – du titre de Sega, la maîtrise de la raquette est à la portée de tous. Les joueurs sont rapides comme l'éclair, parviennent à renvoyer la balle avec une force et une précision diaboliques même lorsqu'ils sont débordés, n'envoient pour ainsi dire jamais la petite balle jaune hors des limites du court ni même dans le filet. Du tennis-spectacle parfait, en somme. Aux antipodes d'un titre qui mise tout sur la simulation comme Top Spin 3, par exemple. Ainsi, trois boutons suffisent : un pour les balles liftées, un pour les balles slicées et un pour les lobs. Si vous ajoutez les amortis, qui se réalisent – avec peine – en combinant « bas » et « slice » lorsque certaines conditions sont réunies (préparation très en avance de la frappe, joueur adverse au niveau de la ligne de font de court), vous obtenez le panel complet de coups que vous pouvez utiliser. Par contre, la très bonne nouvelle par rapport à Virtua Tennis 3 est la disparition pure et simple des ridicules plongeons que faisaient les tennismen – et tenniswomen – lorsqu'ils étaient trop loin de la balle pour la frapper dans de bonnes conditions. En effet, ceux-ci ont été avantageusement remplacés par des frappes en bout de course, bien plus crédibles.

Chaque joueur ou joueuse possède des points forts et des point faibles.

Des hauts et des bas

Le menu de sélection des joueurs propose un nombre réduit de célébrités. Une dizaine de professionnels de chaque sexe sont présents, dont Federer, Nalbandian, Roddick et Murray chez les hommes, ou Ivanovic et Kuznetsova chez les dames. Dommage que plus aucun français ne figure dans ce menu à cause de la disparition de Sébastien Grosjean et de Gaël Monfis par rapport à Virtua Tennis 3. Cinq joueurs sont déblocables, comme le légendaire Boris Becker ou les imaginaires King et Duke. Le contenu de Virtua Tennis 2009 est plutôt riche : mode arcade, mode exhibition, mode multijoueur et enfin mode carrière, intitulé « World Tour ». Les graphismes sont corrects mais commencent à accuser un certain retard comparé à la concurrence. En effet, aucune amélioration notable n'est à signaler depuis le précédent volet. Les couleurs sont très bizarrement choisies : certaines sont assez criardes tandis que d'autres font ressembler le visage de certains joueurs à celle de zombies fraîchement déterrés. Au niveau de la bande sonore, les musiques tiennent davantage de la cacophonie que de la mélodie harmonieuse, et les commentaires français manquent cruellement de conviction. Par contre, le gameplay est toujours aussi typé « arcade ». La prise en main est immédiate et intuitive.

Les échanges ont un peu tendance à s'éterniser, notamment en double.

ATP World Tour

Le mode carrière vous place dans les baskets d'un joueur de tennis amateur qui doit gravir les échelons de la hiérarchie mondiale. Après avoir créé et personnalisé votre avatar de la tête aux pieds, vous enchaînez donc phases d'entraînement, tournois, mini-jeux et matchs sponsorisés afin de vous améliorer. Votre but est de passer professionnel dans l'espoir de faire un jour partie du gratin mondial aux côtés des Federer et autres Nadal. Si vos performances sont suffisantes, peut-être même aurez-vous l'honneur d'être sélectionné pour représenter votre pays en Coupe Davis, voire même de brandir en vainqueur le prestigieux trophée. Ce mode se révèle assez varié et suffisamment prenant sur la durée pour monopoliser quelques dizaines, voire centaines d'heures de votre temps, d'autant plus que vous pouvez à tout moment confronter votre joueur à des adversaires humains sur le Live. Les seuls reproches que je pourrais formuler concernent la très lente progression en mode amateur avant de devenir numéro 1, et la curieuse gestion de l'agenda, dans lequel, par exemple, une seule tentative dans la « Training School » occupe autant de temps – soit une semaine – qu'un tournoi entier. Très horripilant dans ce cas de ne pas pouvoir enchaîner plusieurs essais sous peine de devoir manquer un important tournoi.
Les Plus
  • Des sensations immédiates
  • Les plongeons ont enfin disparu
  • Un mode « World Tour » prenant
  • Un mode multijoueur intéressant
Les Moins
  • Certaines longueurs dans le mode carrière
  • Une réalisation (graphismes et son) en demi-teinte