Naruto Ninja Destiny II : Une destinée semée d’embuche

04 août 2009
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Takara Tomy
  • Développeur Dream Factory
  • Sortie initiale 6 mars 2009
  • Genre Combat

Avec Naruto Ninja Destiny II, Tomy a eu les yeux plus gros que le ventre. En se focalisant sur l’aspect physique, les développeurs en ont totalement oublié le fond. Malheureusement le cosmétique ne fait pas tout. Le manque total de modes de jeux est ajouté à une durée de vie poussive. Cet épisode de Naruto n’a pour lui que son apparence et les quelques innovations apportées par la DS.

Les jeux de combat ne se bousculent pas sur DS et encore moins les jeux de combat 3D. Après un premier volet peu convaincant, Tomy tente de réitérer l’exploit de proposer un jeu de combat 3D digne des consoles de salons. Telle la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf, Naruto Ninja Destiny II sur Nintendo DS compte nous impressionner en montrant ses capacités techniques.

Le mode scénario n'est qu'accumulation d'allers et retours dans des décors sans vie.

Je déprime! C'est grave docteur?

Se situant après le départ de Sasuke, le scénario de cet épisode propose une histoire assez inhabituelle. Naruto est en dépression totale. Il a même perdu sa jovialité depuis que son meilleur ami est parti. Pour remédier à cela, Tsunade (l’Hogake du village) a pensé à un subterfuge pour lui remonter le moral. Elle lui confie la mission de retrouver ses parchemins secrets mystérieusement volés. Mais cela n’est que mascarade pour lui faire combattre tous ses amis, qui ne se gêneront pas pour le sermonner après chaque combat. Le scénario est totalement vide qui n’a même pas le mérite de durer plus d’une heure. De plus les modes de jeux proposés ne sont pas faramineux. En plus du mode scénario le mode quête ne propose vraiment rien d’intéressant. Ici, vous avez le choix entre 7 personnages prédéterminés avec lesquels vous devez parcourir des couloirs vides à la recherche de la sortie afin d’atteindre le 99ème étage d’un donjon.

Le casting à la chance d'être constitué d'un nombre respectable de combattants.

Prendre exemple sur les grands n'est pas toujours bénéfique.

Les combats se déclenchent de manière aléatoire et à l’instar d’un jeu de rôle votre personnage augmente de niveaux et gagne en puissance. Le casting est complet et compte tout de même 25 personnages, tous modélisés en 3D. Tout à fait: une 3D cel-shadée qui au premier regard peu surprendre par le fait que cela soit rare sur DS. Une fois la surprise passée la rétine déchante vite. Le niveau graphique est loin d’un Final Fantasy IV. Lorsqu'il est possible de faire une 2D plus jolie, pourquoi s'obstiner à vouloir faire de la 3D? La nouveauté ici réside dans le mode aventure. Ce mode tente de se rapprocher d’un Naruto sur Xbox ou PS3 : vous vous baladez dans la ville de Konoha à la recherche de quêtes ou de PNJ. Le problème est qu’il n’y a ni quêtes ni PNJ. Cela sert juste à parcourir de longs trajets pour aller d’un combat à un autre dans des décors vides et ennuyeux.

Les coups spéciaux s'éxécutent trop facilement et font perdre tout interêt aux combats.

On ne devient pas ninja en mangeant des nouilles

Quant aux combats, aucune évolution majeure n’est à signaler par rapport à l’épisode précédent. Etant assez similaire à la jouabilité des épisodes parus sur Gamecube, les affrontements sont dynamiques et très simplistes. Les développeurs ne semblent pas avoir été perfectionnistes. L’éventail de coups de chaque personnages et bien trop maigre pour profiter d’un spectacle a la hauteur de l’animé. Le tout installe une répétition déconcertante. Notons également, que le challenge n’est vraiment pas élevé. Vous enchaînez des coups de base puis vous terminez par un coup spécial qui enlève plus des trois quarts de la barre de vie. Vue la technique du titre vous imaginez bien que les technique spécial ne vont pas vous éoustoufler. Petite innovation tout de même, l’écran tactile de la DS est mis à contribution. Vous vous en servez pour sélectionner les objets comme des nouilles ou autres pilules dans le but d’augmenter vos capacités pendant un moment ou encore récupérer de la vie.
Les Plus
  • Le nombre de personnages
Les Moins
  • Une technique à la ramasse
  • Un scénario inexistant
  • un gameplay plat et sans innovation