Wallace & Gromit’s : pâte à modeler pixelisée pour tout le monde

24 mars 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Développeur Telltale Games
  • Sortie initiale 24 mars 2009
  • Genre Aventure

Au final, Wallace & Gromit’s GA : Fright of the Bumble Bees est un point & click très convaincant. Cette première aventure s’intègre sans fausse note dans l’univers de Wallace et Gromit, mais la connaissance préalable de cet univers n’est pas obligatoire pour apprécier le jeu. Le scénario, riche en péripéties, et le gameplay varié font que c’est avec grand plaisir que vous dirigez le charismatique duo. Espérons que les trois prochains épisodes soient de la même veine.

Nick Park est le grand spécialiste des films d’animation à base de pâte à modeler. Les plus célèbres d’entre eux mettent en scène les aventures rocambolesques de Wallace, un inventeur génial amateur de crackers et de fromage, et de Gromit, son chien muet mais intelligent. Après les essais infructueux de Bam! Entertainment et de Frontier Development, c’est maintenant au tour de Telltale Games de tenter une incursion dans le monde du jeu vidéo. Cette fois, c’est sous la forme d’un point & click disponible uniquement en téléchargement, Fright of the Bumble Bees, que reviennent les deux compères, bien décidés à vous montrer l’étendue de leur talent...

Les graphismes sont plutôt simples mais vraiment dans l'esprit de l'oeuvre de Nick Park.

Comme au cinéma

Cet épisode est le premier d’une série de quatre jeux. Dans celui-ci, Wallace s’est lancé dans la production de miel. Il a ainsi aménagé son sous-sol afin d’y accueillir une sorte de ruche inventée et assemblée par ses soins. Seulement voilà, sa production actuelle ne lui permet pas d’honorer sa première grosse commande, et il doit donc rapidement trouver un moyen d’augmenter le rendement de ses abeilles afin de livrer à l’épicier de la ville cinquante gallons de miel avant la fin de la journée. Comme vous pouvez déjà le deviner, tout ne va pas se passer comme prévu, et Gromit va devoir œuvrer pour tenter de réparer les catastrophes causées par son maître. Dès l’introduction, vous reconnaissez le thème musical et les bruitages des courts et longs métrages. Autant vous le dire tout de suite, ce premier volet des aventures de Wallace et Gromit est vraiment très fidèle à l’esprit des films d’animation. Que ce soit le scénario, les personnages, les environnements, la musique ou même les répliques, Fright of the Bumble Bees pourrait vraiment ressembler à une nouvelle aventure sur grand écran, d’autant plus que quelques jolies cinématiques rythment les moments-clés du jeu. Dans cette version test, les voix sont uniquement en anglais, mais un sous-titrage en français est inclus dans la version commerciale. Dommage, d’ailleurs, que les développeurs de Telltales Games ne se soient pas donné les moyens d’incorporer un doublage intégral des dialogues dans notre langue. En effet, cela aurait été un atout majeur, surtout auprès des plus petits, de retrouver les mêmes voix que dans les films.

L'énigme du kiosque à journaux est basée sur les jeux de mots.

Un point & click classique

Un tutoriel est disponible pour apprendre les bases du gameplay. Ce prologue n’a rien d’obligatoire, notamment si vous êtes un habitué de ce genre de jeux d’aventures. Cependant, je vous conseille vraiment de le lancer, ne serait-ce que pour ne manquer aucun des gags que les développeurs ont pris soin d’incorporer au jeu. Si les différentes actions (parler à un personnage, ramasser ou utiliser un objet...) se réalisent à la souris comme tout point & click qui se respecte, les déplacements se font par contre au moyen des touches directionnelles. Il est également possible d’utiliser une manette avec sticks analogiques - comme celle de la Xbox 360, qui bénéficie également d’une version du jeu - pour diriger les deux héros. En effet, vous incarnez à tour de rôle Wallace et Gromit et devez accomplir divers objectifs parfaitement intégrés au scénario. Ainsi, vous commencez la journée dans les pattes du chien et devez l’aider à préparer le petit déjeuner de son maître, puis vous épaulez Wallace dans sa tentative de refleurissement du jardin, etc. Ces différentes phases sont d’ailleurs assez variées, allant de la simple recherche d’objets au casse-tête plus élaboré, en passant par exemple par du tir en vue subjective, et s’enchaînent avec fluidité et cohérence. La difficulté est assez variable. Pour ne pas se retrouver bloqué, il faut veiller, comme à l’accoutumée, à bien fouiller chaque pièce pour avoir à disposition tous les éléments nécessaires. Enfin, dans les options, il est possible d’activer le déclenchement d’indices qui vous mettent sur la piste lorsque vous passez trop de temps sur la même énigme. Cependant, il est préférable de s’en passer afin de ne pas raccourcir une durée de vie déjà un peu légère.
Les Plus
  • Une fidélité à l’univers créé par Nick Park
  • Un scénario simple mais efficace
  • Des indices activables pour les plus petits
  • Des énigmes variées dans la forme comme dans le fond
Les Moins
  • Seuls les sous-titrages sont en français
  • Une durée de vie un peu courte
  • Disponible uniquement en téléchargement