Deadly Creatures, un concept mortel ?

04 mars 2009
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur THQ
  • Développeur Rainbow Studios
  • Sortie initiale 13 février 2009
  • Genres Action, Aventure

Deadly Creatures laisse un cruel sentiment d'inachevé. L'idée de départ est excellente, le résultat final tout autre. L'atmosphère angoissante qui se dégage du jeu est vraiment adéquate. Mais les côtés négatifs prennent vite le dessus : peu d'exploration au programme, pas assez de variété en terme de maniabilité (coups de bases fades et actions contextuelles pas assez précises), pas très joli... Le titre de Rainbow Studio apparaît donc comme un coup d'essai honorable. L'originalité est bien au rendez-vous mais le plaisir de jeu pas assez. En espérant une deuxième tentative dans ce registre mieux maîtrisée.

Pointée du doigt par la majorité des joueurs acharnés, la Wii, au milieu d'un océan de titres anecdotiques, peut se narguer d'avoir dans son catalogue quelques perles d'originalité. Plusieurs développeurs ont d'ailleurs compris que c'était bien beau de viser large, si un jeu ne sort pas un minimum de l'ordinaire il risque de vite lasser son monde. Rainbow Studios, les responsables de la série MX vs ATV, tâtent donc le terrain avec Deadly Creatures. Au programme : une sorte de survival animalier empruntant les codes du beat them all, rien que ça. Affrontez de vils prédateurs en incarnant tour à tour une tarentule et un scorpion. Alors : Deadly Creatures, un jeu à essayer dare-dare ?

Certains éléments du décor rappellent la présence humaine dans les parages.

Une histoire intrigante

A défaut d'avoir un véritable scénario, Deadly Creatures jouit néanmoins d'une trame de fond alléchante. En plein cœur du désert de Sonora en Arizona, la station service du pompiste Georges Struggs explose. Les raisons de cet acte vous sont dévoilées en filigrane via un flashback d'environ cinq heures, soit à peu près la durée du jeu en difficulté normale. Vous découvrez donc ceci à travers le prisme d'une araignée et d'un scorpion. Un angle original pour un jeu qui ne l'est pas moins. A noter que les deux personnages de l'histoire sont doublés par Dennis Hopper et Billy Bob Thornton (aperçu notamment dans The Barber des frères Coen). Tous ces petits efforts de mise en scène sont appréciables et ajoutent au jeu un cachet cinématographique non dénué d'intérêt. Dommage que la maniabilité ne soit pas totalement à la hauteur des attentes.

Les environnements sont beaucoup trop ternes, surtout ceux en intérieur.

Une progression sans saveur

Dire qu'un beat them all est répétitif relève évidemment du pléonasme puisque le but principal de ce genre est de se débarrasser de tous les ennemis qui se mettent au travers de votre chemin. C'était valable pour un Streets of Rage, ça l'est pour un God Hand et ça le sera toujours plus ou moins. Il y a cependant un ressenti qui ne s'explique pas vraiment entre un beat them all jouissif et un beat them all soporifique en terme de maniabilité. Deadly Creatures tend dangereusement vers la deuxième catégorie. La faute sûrement à la réactivité des coups. Les séquences de coups contextuels en sont le parfait exemple car il faut souvent faire la manipulation plusieurs fois pour qu'elle soit prise en compte. Ces grosses prises (THQ et son passif en série de catch y est pour quelque chose) sont quand même sympathiques dans le fond car elles rompent avec la monotonie instaurée par les coups de bases. J'aurais d'ailleurs aimé en retrouver davantage afin de rendre le tout plus vivant et dynamique. Les combats contre les boss en fin de stages sont, eux, biens rythmés et amusants. Tout l'inverse des phases de combat contre le menu fretin en somme. Heureusement, le fait d'alterner entre l'araignée et le scorpion permet d'avoir un semblant de fraîcheur. Chaque bestiole se joue différemment. La première peut sauter et s'accrocher de toile en toile tandis que la deuxième peut sprinter par exemple.

Contrairement au scorpion, la tarentule peut sauter afin d'éviter ses ennemis notamment.

Des environnements déserts...

Visuellement parlant, Deadly Creatures demeure peu attirant. Les textures sont vraiment pauvres et les environnements beaucoup trop ternes. Malgré tout, le titre de Rainbow Studios bénéficie d'une ambiance suffocante vraiment réussie. La bande son, discrète mais efficace, participe grandement à ce sentiment oppressant qui s'installe dès l'écran titre. Un petit côté Metroid Prime qui s'avère plutôt bien fichu. Un gros point noir vient ternir le tableau, malheureusement : les bugs. Personnellement ça ne m'amuse plus de voir un ennemi projeté dans un mur invisible. Hors d'atteinte, il n'y a plus qu'à attendre bêtement que ce dernier réapparaisse dans la zone de jeu : énervant ! Surtout quand la caméra ne suit pas. Il est certes possible de la recentrer à tout moment derrière sa bête, mais celle-ci n'est pas aussi souple qu'elle devrait l'être, rendant pas mal de combats brouillons. Autant d'éléments qui nuisent au plaisir de jeu, tout simplement.
Les Plus
  • L'effort fait sur la mise en scène
  • Le concept plutôt original
  • L'ambiance étouffante
Les Moins
  • Les décors vides et les textures pauvres
  • Les multiples bugs et temps de chargement
  • La maniabilité perfectible
  • La faible durée de vie
  • L'absence de mode multijoueurs