La voie du magicien avec Avencast

25 avr. 2008
Testé par sur
Disponible sur
3

En conclusion, Avencast : Rise of the Mage est un hack’n slash très atypique. Les environnements, les quêtes, le bestiaire et les sorts sont tout ce qu’il y a de plus classiques. Pourtant, les développeurs ont opté pour une maniabilité assez spéciale au niveau du déplacement et surtout du système de combat, à base de combinaisons de touches. Le gameplay est ainsi très particulier, à des années-lumières des Diablo-like traditionnels. Enfin, la présence d’énigmes assez relevées et longues à résoudre, qui ont tendance à hâcher le rythme de l’action, est à prendre en considération. Ce jeu a en fait un peu de mal à cibler son public. Il vous faut être armé d’une certaine habileté, d’un sang froid sans faille, et de beaucoup de patience pour espérer être capable de relever le difficile mais sympathique challenge proposé par les autrichiens de ClockStone.

Vous êtes un orphelin. Un vieil ermite vous a trouvé lorsque vous étiez tout bébé, et il vous a recueilli. Il a rapidement décelé en vous une affinité particulière pour la magie, et c’est la raison pour laquelle il vous a envoyé à l’Académie de Sorcellerie d’Avencast, où sont formés tous les magiciens du royaume d’Aldgarth. Vous avez grandi et perfectionné vos connaissances. Il est temps maintenant de faire vos preuves et de passer l’examen final qui vous fera évoluer du rang de novice à celui de mage expérimenté dans ce hack’n slash développé par ClockStone.

Revendez l'équipement inutile aux marchands.

La naissance d'un héros

Vous êtes parvenu à réussir votre examen, mais la fête dont vous rêviez pour votre retour se voit gâchée : des hordes de monstres ont envahi et ravagé l’université d’Avencast en franchissant une porte dimensionnelle jusqu’ici scellée. Qu’importe, vous refusez de laisser ces démons dominer les vôtres et décidez de tout faire pour tenter de sauver le royaume. En tuant vos ennemis et en accomplissant des quêtes, vous gagnez des points d'expérience qui vous permettent d’améliorer vos caractéristiques (santé, mana, par exemple) et d’acquérir de puissants sorts au sein de deux écoles : la Magie du Sang (combat au bâton) et la Magie de l’Ame (sorts à distance). Vous pouvez également apprendre à invoquer des familiers pour vous seconder dans votre tâche. Les environnements rencontrés sont classiques mais variés : jardins, cryptes, salles incendiées, etc. Il en est de même pour les monstres : araignées, golems, squelettes, zombies... L’ aventure est par ailleurs plutôt ardue. La progression est assez lente car les ennemis sont très résistants et belliqueux. Heureusement, trois modes de difficulté sont disponibles dès le début du jeu.

Huit cases latérales servent de pense-bête pour se souvenir des combinaisons de touches.

Des doigts mis à rude épreuve

La maniabilité est loin d’être classique pour un hack’n slash puisqu’elle s’apparente plutôt à celle d’un FPS. En effet, le héros se dirige en utilisant les touches directionnelles, la souris n’étant utilisée que pour déplacer la caméra. Des esquives sont possibles en combinant la touche Ctrl et une touche de mouvement. Pour déclencher une esquive de plus grande ampleur (une sorte de roulade), il faut presser rapidement deux fois une touche de direction. Au niveau des pouvoirs magiques, vous pouvez utiliser seulement quatre raccourcis clavier. Pour les autres sorts, il faudra s’acquitter d’une manipulation de touches, du style droite, gauche, haut et clic droit, pour les lancer. Ce système de combat plutôt original, qui vous rappellera peut-être les jeux de combat à la Street Fighter, est assez délicat à manipuler pendant les affrontements avec les ennemis. Vous passez votre temps à tapoter frénétiquement bon nombre de touches du clavier pour essayer à la fois d’esquiver les projectiles des monstres et de déclencher vos attaques, tout en vous emmêlant régulièrement les pinceaux. Ainsi, une bonne dextérité s’impose si vous tenez à dompter les commandes.

Un des nombreux casse-têtes du jeu.

Et des méninges peu épargnées

L’autre aspect assez surprenant d’Avencast est la présence d’énigmes. Attention, il ne s’agit pas seulement d’aller chercher une clé pour ouvrir la porte d’une crypte, ou d’appuyer sur le mécanisme approprié pour dégager un passage obstrué. C’est d’énigmes au sens noble du terme dont il est question. Celles qui vous donnent des sueurs froides, celles qui vous nouent l’estomac, celles qui vous empêchent de dormir tant que vous n’avez pas trouvé la solution ! En effet, la difficulté est assez relevée à ce niveau. Les énigmes sont très nombreuses et souvent corsées. Par exemple, la résolution d’un puzzle complexe est nécessaire pour ouvrir certaines portes ou valider certaines quêtes. Bien sûr, quelques vagues indices vous aiguillent assez souvent vers la solution, mais une bonne dose d’astuce et un certain temps de réflexion sont nécessaires, sans quoi vous restez bloqué dans le déroulement de votre aventure. Cela constitue un atout indéniable si vous êtes un amateur de casse-têtes, mais également un défaut rédhibitoire si vous ne jurez que par l’action non-stop.
Les Plus
  • Le petit prix
  • Un moteur graphique fluide
  • Le système de combat (si vous êtes habile)
  • Les énigmes (si vous êtes fan)
Les Moins
  • Un rythme un peu lent
  • Des textures et animations dépassées
  • Pas de personnalisation du héros
  • Pas de mode multijoueurs